Partagez

(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Maya l. Johnson


Maya l. Johnson


(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Tumblr_mxqec1OV9j1rm2lw9o1_500

▌AVATAR : Lauren Sexy Conrad
▌CRÉDITS : Kréou
▌PSEUDO : kréou
▌HISTOIRES POSTÉES : 265
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 12/10/2013
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 1390
▌DATE DE NAISSANCE : 19/08/1988
▌MON ÂGE : 31
(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... 39926885

▌DC : Super Drew & Riri le moche

(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Empty
MessageSujet: (Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... (Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... EmptyLun 14 Oct - 21:08




 
NOUVEAU DÉPART


Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent...




Trois jours. Trois jours et deux nuits que j'avais quitté New-York. Je viens de quitter ma vie et ce qu'il en restait parce que je n'avais plus le choix. Dormir dans ce foutu car censé m'emmener dans ce trou paumé me torture. Le paysage a bien changé depuis mon départ. Les buildings interminables, les taxis jaunes et les mannequins perchés sur leur Jimmy Choo ont étés troqués contre des champs de blé, des fermes et les bouchons se créent suite à la vitesse du tracteur devant nous. J'ai le cœur brisé, démoli... En réalité, je suis moi-même brisée et démolie. Je vois la façon dont les gens me regardent, ils se questionnent sur les hématomes et ma lèvre éclatée ou peut-être que je les effraies, je ne sais pas vraiment. Mes côtes me font souffrir et me poussent à me contorsionner dans tous les sens pour pouvoir trouver une position acceptable. Comment ai-je pu en arrivée-là ? Comment a-t-on pu en arrivée-là ? Est-ce réellement de ma faute ou celle de Jacob ? Je ne sais plus. La douleur m'empêche de réfléchir à vrai dire. J'aimerais dormir pour oublier, mais ça non plus je n'y arrive pas, dès que mes yeux se ferment Jacob apparait. Je le revois me frapper encore et encore, puis s'arrêter et me dire de dégager avant qu'il ne finisse par me tuer. " Non Jacob ne m'a pas frapper et frapper encore jusqu'à ce que mes côtes se brisent sous ses coups. Non tout ça n'est qu'un mauvais rêve...C'est un cauchemar Hope... C'est un cauchemar, tu vas te réveiller... " Me répétais-je sans cesse. Pourtant, aucune sonnerie stridente de réveil pour me sortir de mon sommeil et me ramener à la réalité. Non, non... À la place, j'entends mon voisin se moucher tous les quarts d'heure et un alcoolique assit dans le fond du bus ronfler comme un cochon. Moi qui me plaignais chaque matin de ce réveil, je me mets à le regretter amèrement en regardant autour de moi. Ma vue se brouille, mes larmes recommencent à couleur et mes sanglots me font grimacer de douleur.

Je suis montée dans ce car direction Pearl Trees en essayant de suivre les conseils que ma mère m'aurait donnée. Elle m'aurait dit " Hope sèche moi ces larmes, les Merritt sont des femmes fortes... " Depuis petite, elle me répétait toujours cette même phrase dès que mes larmes coulaient. Je partais désormais à la recherche d'une famille que je ne connaissais pas sans savoir qui chercher exactement et le pourquoi, seul cette lettre que m'avait laissé ma mère en me parlant de cette petite ville m'avait poussé à venir ici. Ici personne ne me trouverait, pas même Jacob.  Je m'étais toujours considéré comme une aventurière et avais toujours rêver de partir du jour au lendemain, tout plaquer pour recommencer une nouvelle vie... À présent, cette idée m'angoissant au plus haut point et me tétanisait. Le chauffeur m'indiqua que nous allions arriver, j'en profitai pour ranger les quelques affaires que j'avais déballées de ma valise et souffla un bon coup. Le car marqua l'arrêt, je regardai autour de moi, nous étions sur une petite route entourée d'arbre avec un petit abri bus en bois. Je m'assis sur ce banc en regardant le car s'éloigner de moi puis posa la tête sur ma valise. Les oiseaux chantaient, aucun klaxon de voiture, seulement le silence... Je crois bien que pour la première fois depuis trois jours, j'oubliai le temps d'un instant mes soucis et m'endormis sur ce banc.




love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Heaven E. Carlton


Heaven E. Carlton

http://www.pearl-trees.com/t1244-heaven-sur-ma-route-il-y-a-eu-d

(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Tumblr_n0vbge70JG1t444smo7_250

▌AVATAR : Hayden P.
▌CRÉDITS : Liloo_59
▌PSEUDO : Mat'
▌HISTOIRES POSTÉES : 871
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 29/07/2013
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 3960
▌DATE DE NAISSANCE : 18/06/1991
▌MON ÂGE : 28
▌QUARTIER : Pines Square
▌EMPLOI/ÉTUDES : Responsable marketing.
▌CÔTÉ COEUR : All of me loves all of him ♥ Always and forever...

(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Tumblr_n0vbge70JG1t444smo5_250

▌DC : Nathou, Camcam & Ioio !

(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Empty
MessageSujet: Re: (Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... (Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... EmptyMar 5 Nov - 1:58


Hope&London❧ It ain't over till it's over...
La nuit commençait à tomber sur Pearl Trees, la température chutait déjà et bientôt le froid allait prendre possession de chaque pore de ma peau, mais pourtant, c’était dehors que je me sentais le mieux, j’étais libre d’être qui je voulais, de faire ce que je voulais, seul avec moi-même je trouvais l’apaisement. La journée de cours était terminée depuis un moment maintenant, mais à peine sorti, j’avais été convoqué au commissariat pour un bilan complet de mes résultats scolaires et étude de mon dossier, autant dire que j’avais le cerveau prêt à exploser. On m’avait gonflé encore et encore sur l’importance de l’école, des examens pour la suite et surtout, ils avaient tous pris leur pied à me rappeler que j’étais en conditionnelle et que la moindre connerie me ramènerait tout droit au trou, là où aurait dû être ma place si le juge n’avait pas été si clément.  Il était donc temps pour moi de me retrouver en tête à tête avec ma guitare, sans avoir à subit la moindre remarque ou critique acerbe de gens qui pensaient me connaitre mais ne savaient de moi que ce que j’étais prêt à leur donner.

Si j’avais pour habitude de me poser sous ce grand chêne du parc à fleurs, ce soir, l’endroit était trop fréquenté pour que je m’y sente bien. J’avais donc marché un bon kilomètre à la recherche d’un abri qui m’offrirait le calme et la tranquilité dont j’avais besoin. Finalement, c’était devant la station de bus que j’avais pris mes quartiers, à cette heure-ci, il n’y avait plus de dessertes, du moins pas à ma connaissance, et les quelques passants n’avaient pas grand intérêt à s’éterniser dans le quartier préféré des dealeurs et des sans-abris. Je m’assis sur un banc, sortis ma guitare et commença à gratter quelques accords quand les phares d’un car vinrent m’éblouir et me couper dans mon élan. Il faisait maintenant nuit noire et Pearl Trees n’était honnêtement plus à même de faire rêver qui que ce soit, on ne pouvait plus deviner la beauté de la flore de la ville ou bien même le côté pittoresque du coin ; à cette heure-ci, la ville ressemblait à toutes les autres, elle était sombre et ne rassurait personne.

Peu enclin à souhaiter la bienvenue à des inconnus venus chercher leur petite dose de campagne, je pris mes affaires et m’installai un peu plus loin, à l’abri des regards indiscrets. J’avalai le reste d’un sandwich qui trainait encore dans mon sac et jetai un œil à ce devoir d’histoire qui m’attendait le lendemain. Les quelques lampadaires me permettaient de distinguer les quelques dates importantes de la Guerre d’indépendance que ma tutrice m’avait surlignées dans le bouquin, et je me répétai encore et encore chacune d’entre elle pour que ça rentre. Je n’étais pas un bosseur, surtout pas lorsque je m’y sentais forcé, mais j’étais dos au mur et l’idée de passer les prochaines années de ma vie dans une cellule ne me réjouissait pas franchement. Le temps passait et j’arrivais bientôt au bout de ce chapitre pourri, j’allais enfin pouvoir bouger de là et sûrement passer la nuit au lycée, la serrure était si facile à crocheter. J’attrapai mes affaires et entrepris de faire le chemin inverse à celui qui m’avait amené jusque-là Alors que traçais ma route, j’aperçus un type louche près de l’abribus, il avait l’air d’observer quelque chose ou… Au fur et à mesure que je m’approchais, je distinguais plus nettement ce qui était en train de se passer. « Patrick, non ! » je courus vers le vieil homme à la barbe hirsute et à l’odeur de pisse. Je connaissais ce clochard depuis un bon moment, parfois il venait dormir au centre quand une chambre se libérait. « Laisse ce sac, tu ne vas quand même pas voler une femme !!! Tiens, prends ça… » Je sortis les quelques dollars que je m’étais fait en revendant un autoradio acquis dans l’illégalité, lui fourrai dans la poche et lui fis signe de déguerpir.

« Hé oh !!! » Je secouai la jeune femme assoupie, et lui jetai un regard de désapprobation. Quelle idée franchement de fermer l’œil avec toutes ces affaires sur un banc, toute seule… « Tout va bien ? » lui demandai-je surpris de la trouver là. « Qu’est-ce que vous faites à dormir là sérieux, vous êtes malade ou quoi !!!! Putain les gens, je les comprendrai jamais ! » et je m’éloignai doucement. « Ah et au fait, j’ai sauvé tes affaires hein, mais y’a pas de quoi surtout ! ». Il fallait vraiment être inconsciente pour se mettre dans un tel pétrin, et je n’avais pas de temps à perdre, j’avais fait ma bonne action du jour.  
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
Maya l. Johnson


Maya l. Johnson


(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Tumblr_mxqec1OV9j1rm2lw9o1_500

▌AVATAR : Lauren Sexy Conrad
▌CRÉDITS : Kréou
▌PSEUDO : kréou
▌HISTOIRES POSTÉES : 265
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 12/10/2013
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 1390
▌DATE DE NAISSANCE : 19/08/1988
▌MON ÂGE : 31
(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... 39926885

▌DC : Super Drew & Riri le moche

(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Empty
MessageSujet: Re: (Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... (Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... EmptyJeu 7 Nov - 20:40




 
NOUVEAU DÉPART


Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent...




" Je me collais contre son dos et entourai son buste de mes bras. Le parfum de ma mère me rassurait et me ramenait dans des souvenirs d'enfance. Je souriais et j'étais heureuse, à ce moment-là rien ne pouvait m'atteindre. C'était elle et moi contre le monde. Elle et moi contre son cancer. Je savais qu'elle n'était plus la femme forte et déterminée qu'elle était autrefois, elle avait abdiqué. Son cancer l'avait eu à l'usure. Ma mère savait que son temps désormais était compté et que jamais elle ne verrait mon mariage, mes enfants... Elle s'en était fait une raison. Je crois d'ailleurs que c'est l'une des choses qui ont poussé Jacob à me demander ma main pour qu'elle puisse partir en paix tout en sachant qu'il serait là pour s'occuper de moi. Ma mère me regardait et son sourire m'apaisait. J'étais terrorisée à l'idée de la perdre, mais je n'avais pas d'autre choix que de faire bonne figure et de lui dire que j'irai bien. Ma main glissa dans la sienne puis mes lèvres vinrent se poser sur son front et c'est dans un dernier souffle que ses yeux se fermèrent pour la toute dernière fois. "

J'étais en plein rêve, mon corps s'était petit à petit engourdis avec le froid, alors l'agitation autour de moi me fit me sortir de mon sommeil. Une main vint m'attraper le bras pour me secouer ce qui me fit sursauter. Visiblement, la nuit était tombée, les oiseaux étaient à présent bien loin et je me retrouvai face à un jeune homme qui avait visiblement l'air surpris de me trouver ici. Les gens du coin ne devaient pas avoir l'habitude de voir des étrangers par ici. J'observai le jeune homme qui bougonnait dans ma direction sans réellement savoir s'il attendait une réponse. Je touchai ma lèvre qui n'avait toujours pas dégonflé et je grimaçai en me rasseyant. Je devais trouver un logement pour la nuit et rapidement si je ne voulais pas finir par dormir à la belle étoile. Aucun bus, aucune voiture à l'horizon, seulement ce silence flippant. Le jeune homme s'éloignait avant de se retourner vers moi pour me faire une dernière remarque. Visiblement, j'avais loupé une étape à en croire ce qu'il me dit. Il était peut-être ma seule chance de trouver un toit pour la nuit et des anti-douleurs. J'en profitai pour sauter sur l'occasion. " Hum, excuse-moi, j'ai eu une longue journée... Tu ne saurais pas où je pourrai dormir dans le coin ? Je débarque de New-York et je suis plus ou moins perdu... " Comme d'habitude quand je paniquais, je devenais un moulin à paroles. Pourquoi lui dire que je venais de New-York et lui dire que j'étais perdu en plus de ça... Si ce garçon était vraiment un vagabond comme je me l'étais dit en ouvrant les yeux, je n'avais plus qu'à prier pour que ce soit un homme courtois avec les femmes. " Enfin, je ne suis pas vraiment perdue, disons plutôt que je suis en avance et que je réserve une surprise à mon oncle et ma tante qui habitent ici... " Alors que je le regardai timidement, un vieil homme visiblement alcoolisé s'approcha doucement de lui par derrière. "Attention ! " Paniquée, je laissai échapper un cri qui les surprirent tous les deux. Les sdf, les rues de New-York en étaient remplis, je les connaissais bien... Les journaux quotidiens relataient chaque semaine des faits divers de vol, d'agression et d'overdose en tout genre. J'attrapai ma valise, prête à courir s'il le fallait.


love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Heaven E. Carlton


Heaven E. Carlton

http://www.pearl-trees.com/t1244-heaven-sur-ma-route-il-y-a-eu-d

(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Tumblr_n0vbge70JG1t444smo7_250

▌AVATAR : Hayden P.
▌CRÉDITS : Liloo_59
▌PSEUDO : Mat'
▌HISTOIRES POSTÉES : 871
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 29/07/2013
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 3960
▌DATE DE NAISSANCE : 18/06/1991
▌MON ÂGE : 28
▌QUARTIER : Pines Square
▌EMPLOI/ÉTUDES : Responsable marketing.
▌CÔTÉ COEUR : All of me loves all of him ♥ Always and forever...

(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Tumblr_n0vbge70JG1t444smo5_250

▌DC : Nathou, Camcam & Ioio !

(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Empty
MessageSujet: Re: (Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... (Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... EmptyVen 8 Nov - 1:01


Hope&London❧ It ain't over till it's over...
Alors que je m’éloignais de cette pauvre fille qui d’ailleurs ne ressemblait plus à grand-chose, absolument effaré par tant d’inconscience et échaudé par l’attitude inappropriée de Patrick, j’entendis la jeune femme s’adresser à moi. De New-York, mais qu’est-ce qu’elle pouvait bien venir foutre à Pearl Trees ? Pourquoi quitter la Big Apple pour ce trou perdu de Pearl Trees ? Décidemment, elle avait vraiment tout faux. Je secouai la tête en guise de désapprobation et d’incompréhension. Devant ma mine perplexe, elle expliqua son intention de réserver une surprise à sa famille. « Ils sont noirs ? Non parce que ça ne court pas les rues ici. » Je sentis que mon franc-parler la surprenait, mais autant que les choses soient claires tout de suite. Je tenais mon métissage de ma mère et j’en étais fière, cependant, dans une ville comme Pearl Trees, avec tous ces conservateurs, ma couleur de peau avait été sujet à quelques remarques, en même tant que celles associés à mes mauvaises habitudes.

Soudain, Patrick refit éruption et s’accrocha à moi, il était ivre mort mais insistait sur le fait de dépouiller la jeune femme. « Allez, aide moi, on lui prend ses affaires, c’est qu’une étrangère, qu’est-ce que ça peut te faire petit bâtard si on la dépouille ? » Ce vieux Pat’ venait de m’insulter, il dépassait les bornes. Il m’avait déjà énervé quelques minutes plus tôt mais là, c’en était trop. Ni une ni deux, je lui envoyai mon poing dans la figure, le projetai à terre et lui enfonçai son pied dans les côtes avant de prendre la fuite. Le silence derrière moi me fit stopper ma course, la demoiselle en détresse était restée tétanisée devant le spectacle affligeant qu’on venait de donner. « Ramène-toi, faut pas trainer ! » lui hurlai-je tout en lui faisant signe de me rejoindre. Quelques rues plus loin, je m’arrêtai afin de reprendre mon souffle, les mains sur les genoux, et me retournai vers ma partenaire de crime.

« Si ce qui vient de se produire pouvait rester entre nous, ça m’arrangerait. » dis-je assez sèchement. Si les événements venaient aux oreilles de la police, j’allais être envoyé au trou sans avoir le temps de dire ouf, c’était sûr et certain. Je sentis son regard interrogateur mais je n’avais aucune intention de lui raconter ma vie, et avant qu’elle ait le temps de poser d’éventuelles questions, je me redressai et repris le chemin du foyer. Elle n’avait d’autre choix que de me suivre de toute façon, mais je voyais bien qu’elle n’était pas vraiment en confiance. « Il y a un foyer pas très loin, c’est là que je vis en quelque sorte, je vais voir si je peux négocier un lit pour toi, au moins pour ce soir, le temps que tu retrouves ta famille. » Je marchai maintenant tranquillement, glissai une main dans ma poche et attrapai mon paquet de clopes. Machinalement, je lui tendis le paquet sans prendre la peine de lui proposer ouvertement, puis porta la cigarette à ma bouche. J’avais bien besoin d’en griller une après tout ce remue-ménage. « Alors, parle-moi de New-York… Faut vraiment être taré pour quitter NYC et venir s’enterrer dans cette ville de merde. » Je me retournai vers elle à présent et la regardai droit dans les yeux « Non mais sans déconner, t’as un grain meuf ! Et vraiment une sale tête... si je peux me permettre.». Je pris un air supérieur tout en souriant, clairement elle ne savait pas où elle avait mis les pieds ni à qui elle avait à faire.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
Maya l. Johnson


Maya l. Johnson


(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Tumblr_mxqec1OV9j1rm2lw9o1_500

▌AVATAR : Lauren Sexy Conrad
▌CRÉDITS : Kréou
▌PSEUDO : kréou
▌HISTOIRES POSTÉES : 265
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 12/10/2013
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 1390
▌DATE DE NAISSANCE : 19/08/1988
▌MON ÂGE : 31
(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... 39926885

▌DC : Super Drew & Riri le moche

(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Empty
MessageSujet: Re: (Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... (Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... EmptyVen 8 Nov - 2:27




 
NOUVEAU DÉPART


Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent...




Le jeune homme me riait au nez quand je lui évoquais ma surprise familiale du lendemain. Si visiblement les noirs n'avait pas grand succès dans cette petite ville, cela me permettrait sans doute de pouvoir trouver ma famille plus rapidement que je ne le pensais. Le vieillard se mit à son tour à balbutier une phrase qui de ma place était inaudible. Alors que j'étais toujours accroché à ma valise, prête à bondir en cas de soucis. Le jeune homme se rua d'un coup sur le vieillard et l'allongea par terre si vite qu'il ne put faire quoi que ce soit contre lui. Son pied vint à la rencontre de ses côtes et le bruit de ses coups vinrent briser le silence qui nous entouraient. Ce bruit me pétrifia sur place. J'étais tétanisée, incapable de bouger d'un seul centimètre. Je me revoyais 3 jours plus tôt dans un coin de pièce à prier que Jacob veuille bien s'arrêter. Contracter mon corps dans l'espoir que ses coups ne fasse moins de dégâts.

Je regardai le jeune garçon s'éloigner, laissant le vieillard par terre totalement sonné des coups qu'il venait de recevoir. Il gesticulait et secouait ses bras dans tous les sens tout en récitant toute une série d'injure. Il était trop ivre pour se relever tout seul visiblement, ses tentatives à se mettre debout se soldant toujours par une chute lourde au sol. C'est en entendant les hurlements du jeune homme qui me demandait de le rejoindre que je me mis à courir, valise à la main. Notre course folle s'arrêta enfin dans une rue déserte, seule quelques fenêtre de maisons encore allumés nous éclairaient désormais. C'est d'un ton froid qu'il se tourna vers moi pour me dicter que cette petite scène devait rester secrète. Il n'avait pas l'air de rire et m'effrayai même un peu. Qui était-il ? Je suivais cet homme qui visiblement n'en était pas à son coup d'essai quand il s'agissait de se battre. Le clou du spectacle pour moi ce fut quand il se mit à me parler de son foyer. Il m'arrivait parfois de faire du bénévolat surtout pendant l'hiver dans ce genre d'endroit. Et j'avais tout sauf envie de dormir dans un endroit miteux, remplie de gens tous plus bizarres les uns que les autres... Il marchait vite et ne me laissait pas d'autre choix que de le suivre. Alors que nous marchions silencieusement depuis cinq bonnes minutes, il se tourna vers moi me proposant vulgairement une cigarette, il eut une grimace comme seule réponse.

New-York... évidemment que si je pouvais je serais toujours entouré de mes buildings, mes taxis jaunes et ces boutiques par milliers. Qui ne rêverait pas d'être à New-York à cet instant précis ? Il faudrait clairement être dingue, c'est clair ! Ce garçon avait le don pour me mettre le blues... Et voilà qu'il se moquait de ma tête. En plus d'être défiguré, j'étais épuisée, pas coiffée, pas maquillée... Même ma meilleure amie ne me reconnaitrait pas dans ces conditions là. " Tu sais parler aux femmes toi dis donc... J'ai eu une mauvaise semaine on va dire. Alors je suis venue ici pour me changer de cette vie new-yorkaise et de son rythme effréné... " Nous avancions en direction de son centre et cela ne me laissait présager rien de bon. " Et toi alors qu'est-ce qu'un gamin de ton âge fait là dedans ? T'es en fugues ? " Une petite moue se dessina sur mon visage en lui posant ces questions. A la fois curieuse de connaître la réponse mais gênée de poser ces questions. Je m'approcha de lui amusée de la situation. Moi qui était plutôt paranoïaque et méfiante, je n'avais pas d'autre choix que de faire confiance à ce gamin visiblement perdu et instable. Ma mère me répétait toujours " Hope, fais confiance en ton instinct... Il te protégera toujours du danger. " Mon instinct à ce moment précis me disait que je ne craignais rien, pas dans l'immédiat en tout cas. L'endroit n'avait rien de glorieux et m'inquiétait même. Les cris d'une dispute résonnaient jusqu'à l'extérieure du bâtiment... Finalement mon instinct déraillait peut-être ce soir.

love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Heaven E. Carlton


Heaven E. Carlton

http://www.pearl-trees.com/t1244-heaven-sur-ma-route-il-y-a-eu-d

(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Tumblr_n0vbge70JG1t444smo7_250

▌AVATAR : Hayden P.
▌CRÉDITS : Liloo_59
▌PSEUDO : Mat'
▌HISTOIRES POSTÉES : 871
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 29/07/2013
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 3960
▌DATE DE NAISSANCE : 18/06/1991
▌MON ÂGE : 28
▌QUARTIER : Pines Square
▌EMPLOI/ÉTUDES : Responsable marketing.
▌CÔTÉ COEUR : All of me loves all of him ♥ Always and forever...

(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Tumblr_n0vbge70JG1t444smo5_250

▌DC : Nathou, Camcam & Ioio !

(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Empty
MessageSujet: Re: (Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... (Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... EmptyMar 12 Nov - 1:30


Hope&London❧ It ain't over till it's over...
Nous avancions tranquillement vers le foyer, et maintenant que nous étions loin de la station de bus, j’étais un peu plus tranquille et relaxé. Plus personne pour témoigner de cette agression et donc personne pour me dénoncer, à moins que la charmante demoiselle aux multiples coupures et à la lèvre de gorille ne parle un peu trop mais quelque chose me disait qu’elle tiendrait sa langue, après tout, je lui trouvais un abri pour la nuit, elle me devait bien ça. Je me demandais bien ce qui avait pu se passer pour qu’elle finisse avec cette tête de punchingball, et surtout ce qui pouvait entrainer un être humain normalement constituer à vouloir venir à Pearl Trees, même pour rendre visite à quelqu’un. Enfin, on n’allait pas tarder à arriver à bon port quand elle me posa à son tour une question qui me fit éclater de rire. Moi ? En fugue ? Pitié. « Tu rigoles j’espère ?! Si seulement… Non c’est ma mère qui a fugué tu vois. » Je ne savais pas vraiment pourquoi je lui parlais de ça, à vrai dire, c’était plutôt le genre de sujet que j’évitais. Le départ de ma mère remontait à plus de cinq ans maintenant, je n’étais encore qu’un gosse, mais il fallait croire qu’on n’avait pas tous la même vision des choses. De toute façon, là ou pas, ça n’avait pas changé grand-chose à ma vie. Le foyer, la débrouille, mon quotidien n’en avait pas été plus perturbé que ça, il y avait juste le fait d’accepter qu’elle ait choisi une aventure plutôt que son propre enfant… L’enfant de la honte. Devant le regard interrogateur de la new-yorkaise, je préférais couper court à l’interrogatoire.  « Mêle-toi de ce qui te regarde NYC. »

Nous nous rapprochions maintenant de la porte complètement taguée et défoncée du foyer, soi-disant que la ville devait la changer, ça faisait bien trois bons mois qu’on n’avait vu personne prendre la moindre mesure. Lakeisha était encore aux prises avec son ex, venu tenter de la récupérer pour la… millionième fois ? On avait l’habitude, leurs cris nous semblaient murmures, un fond sonore auquel on était habitué et qu’à force, on finissait par ne même plus entendre. A l’entrée, la vieille Marybeth tenait le registre. Cette petite mamie faisait des heures de bénévolat ici, elle s’occupait de nous, ou du moins elle essayait. Souvent, elle venait me demander si j’avais besoin de quoi que ce soit, mais je n’avais pas besoin de sa pitié, je savais bien qu’elle faisait ça pour se donner bonne conscience, il circulait que son défunt mari avait fait partie du Ku Klux Klan ou quelque chose comme ça et qu’il avait participé au Bloody Sunday en 1965. Elle voulait le pardon de Dieu alors elle tendait la main à un noir. Ils sont tous comme ça ici, ils sentent la mort frapper à leur porte alors ils font ce qu’ils peuvent pour obtenir la rédemption. Je ne crois pas à ce genre de connerie, tes actions te suivent toute ta vie, c’est juste une ombre que tu portes et tu n’as d’autres choix que de l’assumer. Quand elle nous a vu entrer, j’ai bien vu à sa tête qu’elle n’était pas très enchantée. « Marybeth, j’te présente mon amie… » Je ne connaissais même pas son prénom au final. J’attendais qu’elle lui donne son prénom puis continua « Elle va passer la nuit ici d’accord ? Elle vient de New-York et elle n’a nulle part où aller ce soir. » La vieille bique protesta, elle se plaignait de son arrivée à une heure si tardive et sans même ouvrir le registre, elle répliqua « Y’a pas de place. ». Quelle mégère. Je me penchai par-dessus son bureau et attrapai le cahier. Sans l’ouvrir, parce que je savais qu’elle mentait, et levant le cahier plus haut que ce que ses bras puissent atteindre, je la fis chanter. « Maintenant tu vas la faire apparaitre dans ta petite liste et lui donner un lit… Ou tu préfères que je l’inscrive moi-même ? » Je n’attendis pas sa réponse et fit signe au mutant qui me servait de binôme de me suivre. « T’sais quoi, tu vas prendre mon lit, j’vais me débrouiller. » Quelques mètres plus loin, la porte s’ouvrit sur une minuscule chambre de quelques mètres carrés, je posai son sac sur mon lit, jetai une couverture par terre et m’allongea, les mains derrière la tête. « Au fait, comment t’as dit que tu t’appelais NYC ? »
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
Maya l. Johnson


Maya l. Johnson


(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Tumblr_mxqec1OV9j1rm2lw9o1_500

▌AVATAR : Lauren Sexy Conrad
▌CRÉDITS : Kréou
▌PSEUDO : kréou
▌HISTOIRES POSTÉES : 265
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 12/10/2013
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 1390
▌DATE DE NAISSANCE : 19/08/1988
▌MON ÂGE : 31
(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... 39926885

▌DC : Super Drew & Riri le moche

(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Empty
MessageSujet: Re: (Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... (Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... EmptyLun 2 Déc - 1:26




 
NOUVEAU DÉPART


Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent...




Ce gamin m'amusait. Visiblement sa vie était un vrai bordel à en croire l'endroit dans lequel il vivait et cela lui paraissait normal. Rien ne le choquait dans cette porte qui tenait par on ne sait quel miracle, ce sol défoncé, ce clochard complètement ivre ou ces cris hystériques qu'on entendait de si loin. Ces cris, ce sont un couple qui se disputent violemment, ce qui me faisait serrer les dents. J'avais envie de prendre mes pieds à mon cou et de courir à toute allure mais pour aller ou ? Supporter ce spectacle me glaçait le sang et cela me replongeai quelques jours auparavant. Peu importe je n'avais pas d'autre choix que de tourner la tête, me boucher les oreilles et me concentrer sur autre chose. Une petite grand-mère avec les cheveux blancs et un chemisier à fleur nous accueillis. Qu'elle était mignonne! Enfin quelqu'un de rassurant dans cette ville. Quoi que... son regard dédaigneux et après sa réponse froide elle me paraissait beaucoup moins mignonnes.  Les lèvres pincées et les mains derrière le dos je laissais finalement mon jeune sauveur s'occuper de la situation qu'il avait l'air de maitriser. Ne lui laissant pas d'autres choix, la vieille harpie nous laissa prendre place dans ce foyer.

Je suivis le garçon jusqu'à sa chambre qui n'avait rien de très personnel hormis le foutoir qui lui était omniprésent et envahissant. Cahier et papier étaient dispersés un peu partout, ainsi que des vêtements se baladant à droite à gauche. Enfin un point commun avec New-York ! Le bordel était universel chez tous les hommes de la planète, ce qui me fit esquisser un léger sourire. Et bien que la situation soit totalement dingue, je me sentais bien et rassurée dans cet chambre avec cet homme. Oui la situation était vraiment dingue.

Alors qu'il arracha une couverture du lit, je m'assis doucement sur le lit observant tout autour de moi. Le bad boy trouvait normal de s'allonger par terre pendant que moi j'étais sur le lit, ce qui me gênait totalement. " Je m'appelle Hope... drôle de prénom pour une fille visiblement paumée et déprimé je sais. " Je lui avais répondu en rigolant moi même, habitué a ce qu'on me charie et au vu de la situation la meilleure défense c'était l'attaque. " Et toi le bad boy a t'il un nom ? Ou tu es comme celui que tout le monde craint et dont on ne doit pas prononcer le nom au vu de nos rencontres précédentes je me pose des questions... " J'attrapai une chaussette coincé sous mes fesses que je lui lançai en plein visage. "Reste pas là-bas, on peut bien se serrer un peu... ou alors c'est moi qui dort par terre" Et avant même qu'il puisse rajouter quoi que ce soit je rajoutai : "Ne t'inquiètes pas, pas de risque que je te saute dessus, beaucoup trop jeune pour moi en plus de cette petite bague. " Je lui indiquais ma bague comme preuve de mes dires. Je ne savais plus réellement si j'étais toujours fiancée ou non mais savoir que j'avais une preuve de mon appartenance à une famille me rassurait. Lorsqu'on frappa à la porte...




love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Heaven E. Carlton


Heaven E. Carlton

http://www.pearl-trees.com/t1244-heaven-sur-ma-route-il-y-a-eu-d

(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Tumblr_n0vbge70JG1t444smo7_250

▌AVATAR : Hayden P.
▌CRÉDITS : Liloo_59
▌PSEUDO : Mat'
▌HISTOIRES POSTÉES : 871
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 29/07/2013
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 3960
▌DATE DE NAISSANCE : 18/06/1991
▌MON ÂGE : 28
▌QUARTIER : Pines Square
▌EMPLOI/ÉTUDES : Responsable marketing.
▌CÔTÉ COEUR : All of me loves all of him ♥ Always and forever...

(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Tumblr_n0vbge70JG1t444smo5_250

▌DC : Nathou, Camcam & Ioio !

(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Empty
MessageSujet: Re: (Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... (Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... EmptyMar 17 Déc - 8:28


Hope&London❧ It ain't over till it's over...
Si quelqu’un m’avait dit un jour que je ferais entrer une fille dans ma pauvre chambre toute pourrie, dans un foyer de SDF, je l’aurais envoyé valser d’un taquet dans le nez. Cependant, voilà que ce soir, cette jeune femme était allongée sur mon lit, et en plus, je n’allais même pas en profiter. Le monde à l’envers. En même temps, vu la tronche qu’elle se tapait, je n’étais pas très sûr que quiconque en voudrait. Quelle ironie du sort quand on s’appelle Hope de finir par dormir dans un taudis, le visage tuméfié, accompagné du petit voyou de la ville. « Tes parents étaient déchirés quand ils t’ont donné un nom ou ils sont juste dérangés ? » Je sentis que j’avais touché une corde sensible vu la mine de ma colocataire d’une nuit. Je ne savais pas très bien ce qu’elle traversait mais bon, ses parents ne pouvaient pas franchement être pires que les miens alors il n’y avait pas besoin d’en faire toute une histoire. Devant son silence, je commençai à lui parler un peu de moi, histoire qu’elle se détende un minimum. « Oh tu sais, je ne sais pas ce que tu viens chercher ici, quelle famille tu viens retrouver, mais je te souhaite qu’elle ne ressemble pas à la mienne. Un drogué et une… Enfin bref. » Je ne trouvais jamais les mots pour qualifier ma mère, une part de moi lui en voulait de n’avoir jamais pu me donner le peu d’amour que je demandais, mais une autre comprenait qu’elle n’ait jamais réussi à le voir autrement que cet enfant de l’horreur. Parfois, quand j’y pensais, je me disais qu’il aurait sûrement été préférable qu’elle m’abandonne à l’adoption dès ma naissance, au moins, j’aurais pu avoir une autre vie.

Finalement, Hope m’invita à récupérer mon lit, mais je n’avais pas de soucis à dormir par terre, je le faisais tout le temps. Après tout, mes nuits au foyer se comptaient sur les doigts d’une main, en général, je m’échappais et passais la nuit à trainer dehors, à écrire, à vivre ma vie en somme. Soudain, quelqu’un frappa à la porte. « Ouais ? » je m’exclamai, ne bougeant pas un muscle de mon semblant de lit. La porte s’ouvrir et le visage de la vieille bique fit son apparition. « Excusez-moi de vous déranger, mais ta sœur a oublié de signer le registre. » Oh la blague.. « Marybeth, faut que je t’explique un truc… » Je m’étais levé et passai mon bras autour du cou de la petite vieille. « Ce n’est pas parce qu’on est tous les deux noirs qu’on est frère et sœur, on ne vient pas de la même portée de singes, sache le… » Elle rougit immédiatement, consciente que je me foutais de sa gueule et de ses préjugés. « Non non, mais je pensais… Elle m’a dit en arrivant qu’elle s’appelle Merritt, comme toi London. Alors j’ai… Enfin bon, vous pourriez signer s’il vous plait ? » Finit-elle en s’approchant de mon invitée. Merritt, c’était bien la première fois que je croisais quelqu’un qui portait le même nom que moi, et les probabilités qu’elle ait de la famille ici sans qu’on ait un quelconque lien me semblaient infimes. J’étais complètement sur le cul, quelles étaient mes chances de tomber sur une voyageuse à la tombée de la nuit, de l’accueillir et qu’en plus, elle porte le même nom que moi… Une fois que Marybeth fut sortie, je me tournai vers Hope. C’est vrai qu’on était de la même couleur… On s’observait tous les deux, complètement choqués par ce qu’on venait d’entendre. Il devait y avoir une autre explication, elle venait de New-York, moi j’avais grandi ici… Et puis j’avais le nom de ma mère, et celle-ci n’avait pas de frère donc c’était impossible qu’on soit lié, ce n’était sûrement qu’une coïncidence. « Sympa ton nom de famille, j’aime beaucoup. » lui glissai-je avant de reprendre ma place par terre. J’essayais de penser à autre chose mais tout cela m’intriguait quand même énormément. Moi qui n’avais jamais vraiment eu de famille, je trouvais ça dingue… « Mais comment ça tu t’appelles Merritt ? » demandai-je finalement, le regard plus interrogateur que jamais. « Tu viens voir qui ici, y’a que moi… Enfin je veux dire, le seul Merritt à  Pearl Trees, c’est moi. »
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
Maya l. Johnson


Maya l. Johnson


(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Tumblr_mxqec1OV9j1rm2lw9o1_500

▌AVATAR : Lauren Sexy Conrad
▌CRÉDITS : Kréou
▌PSEUDO : kréou
▌HISTOIRES POSTÉES : 265
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 12/10/2013
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 1390
▌DATE DE NAISSANCE : 19/08/1988
▌MON ÂGE : 31
(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... 39926885

▌DC : Super Drew & Riri le moche

(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Empty
MessageSujet: Re: (Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... (Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... EmptySam 11 Jan - 16:21




 
NOUVEAU DÉPART


Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent...




On s'observait l'un l'autre. À la fois amusé et gêné de la situation. Alors qu'il voyait que je n'étais pas franchement à l'aise, il commença à me parler de sa famille qui n'avait pas l'air fameuse puis il se ravisa et changea finalement de sujet. Quelqu'un frappa à la porte coupant le silence qui régnait. La porte s'ouvrit. C'était la vieille harpie de l'accueil, venue nous signaler que j'avais omis de laisser ma trace sur son registre. Les contrôles me semblaient peu probables dans ce genre d'endroit, mais qu'importe, j'allais éviter de me faire remarquer en signant son bout de papier.

Je me mis à rougir et rigoler nerveusement quand elle me prit pour la sœur du jeune homme. J'étais fille unique et avait souvent rêvé d'avoir un frère ou une sœur. Je n'avais jamais spécialement rêvé d'une grande famille, mais j'ai toujours voulu ma personne. Une personne qui aurait eu le même sang, les mêmes racines, les mêmes gênes. Une personne de qui j'aurais pu me plaindre de ma mère en la charriant, se raconter nos histoires de familles et en rire pendant des heures, mais la vie en avait décidé autrement pour moi, il faut croire. Oui, cela m'avait toujours fait rêver et hormis ma mère, je ne connaissais personne. De me savoir installer - bien que sommairement - à Pearl Trees me réjouissait vraiment et découvrir une partie de moi qui m'étais jusqu'à présent inconnue, me redonnait le sourire aux lèvres que j'avais perdu dernièrement. J'allais enfin mettre un visage sur un nom. J'étais bien décidé à trouver ma tante. La sœur dont ma mère me parlait pendant ses soirées de blues. Elle n'avait jamais voulu m'expliquer la raison de leur dispute ou de leur séparation dans la vie l'une de l'autre. " Hope, tu comprendras un jour... Qu'il faut parfois faire des choix qui nous brisent le cœur pour la survie de celui-ci " me répétait-elle sans cesse. Je n'avais jamais réellement compris cette phrase. Comment pouvait-on couper tout contact avec sa propre sœur ? Je m'étais posé la question des centaines de fois en la retournant dans tous les sens sans pouvoir trouver une réponse digne de ce nom.

Le garçon se leva d'un bond en direction de la porte et fonça sur la petite dame pour faire de l'humour qui ne la ravivait pas spécialement, voyant bien qu'il se moquait d'elle. Il s'appelait London venait-elle de dire. Drôle de prénom pour un garçon qui n'a connu que sa cambrousse et n'a jamais mis le pied dans une grande ville. Tout était tellement paradoxal dans cette ville, je n'étais plus à un prénom près. La vieille dame nous regarda toute gênée en nous annonçant que lui et moi, nous avions le même nom de famille d'où le rapprochement fraternel qu'elle avait fait. Finalement, on s'échangea un regard sans un mot, ne comprenant pas vraiment, je crois ce qu'elle venait de nous apprendre. Mary-Beth comme London venait de l'appeler, me tendit sa planche que je signai et partis sans un bruit en direction de son bureau. La pièce était soudainement devenue étouffante et trop petite pour nous deux. Je me dirigeais vers la fenêtre et me mis à l'entrebâillement de celle-ci. Ce n'était pas possible. Nous étions dans une ville si petite, que le hasard était au grand pour qu'on ne soit pas lié lui et moi. Physiquement, nous n'étions pas si différents l'un de l'autre. Notre couleur chocolatée était la même. La situation était improbable que j'en restais muette. Moi qui étais venue chercher ma famille, je ne pensais pas que c'est elle qui directement m'accueillerait en sortant du bus, surtout dans cet état. D'un coup, je réalisais qu'il m'avait parlé de sa famille, mais qu'il avait très vite arrêté en me disant que c'était elle qui s'était sauvée... J'avais besoin d'en savoir plus. Avant même que je puisse prendre la parole, il me coupa, utilisant l'ironie comme meilleure défense en complimentant mon nom de famille, ce qui me fit sourire et me détendit de nouveau.

"Comment ça, tu es le seul Meritt ici ? Enfin ce n'est pas possible... Ma mère m'a dit que... " Ma voix se brisa, le fait de parler d'elle à un parfait inconnue me mit mal à l'aise. Des larmes montèrent et je réalisai qu'en venant ici, je venais sans doute chercher un bout de ma mère. Je lui tournais à présent le dos en regardant par la fenêtre. Je vis alors passer le clochard rencontré une heure plus tôt à peine à cet arrêt de bus. Il hurlait et dansait comme un fou en plein milieu de la route. Je me retournais vers London soudainement. " Merci alors... De ne pas m'avoir laissé toute seule dans la rue, de m'avoir emmené ici... Merci. " Ma voix s'était voulue hésitante et timide. " Mais tu es vraiment le seul Meritt ici ? Vraiment personne ? " Je réalisais la dureté de ma question, en croisant son regard. J'étais en train de le mettre face à sa situation qui visiblement m'avais l'air bien compliqué pour un garçon de son âge.




love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Heaven E. Carlton


Heaven E. Carlton

http://www.pearl-trees.com/t1244-heaven-sur-ma-route-il-y-a-eu-d

(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Tumblr_n0vbge70JG1t444smo7_250

▌AVATAR : Hayden P.
▌CRÉDITS : Liloo_59
▌PSEUDO : Mat'
▌HISTOIRES POSTÉES : 871
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 29/07/2013
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 3960
▌DATE DE NAISSANCE : 18/06/1991
▌MON ÂGE : 28
▌QUARTIER : Pines Square
▌EMPLOI/ÉTUDES : Responsable marketing.
▌CÔTÉ COEUR : All of me loves all of him ♥ Always and forever...

(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Tumblr_n0vbge70JG1t444smo5_250

▌DC : Nathou, Camcam & Ioio !

(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Empty
MessageSujet: Re: (Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... (Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... EmptySam 25 Jan - 15:54


Hope&London❧ It ain't over till it's over...
Allongé par terre, je fixais le plafond et me demandais vraiment dans quelle galère j’avais réussi à me fourrer. Pour une fois que je faisais un effort, que je tendais la main à quelqu’un et me coltinais une inconnue carrément dans ma chambre, on aurait bien dit que j’avais encore gagné le gros lot. Et par « gros », je ne parlais pas du pactole non, mais d’un colis plutôt encombrant tout droit arrivé de NYC par le dernier bus. Soufflant, désespéré par cette situation complètement rocambolesque, je regardai Hope des pieds à la tête, observant le moindre détail qui pourrait m’aider à comprendre qui était réellement cette personne que j’hébergeais. En plus, ce qui m’intriguait plus particulièrement, c’est qu’elle était persuadée de retrouver de la famille ici, comment est-ce qu’elle pouvait avoir cru une connerie pareille ? Ça faisait bien longtemps que j’étais le seul à porter ce nom ici, et Dieu savait combien les gens détestaient entendre parler du merdeux de Merritt dans les parages. Au fond, j’espérais pour elle qu’on n’avait absolument rien à voir et qu’elle reparte d’où elle était venue par le premier bus le lendemain, ça vaudrait mieux, où elle risquait d’avoir un accueil pour le moins glacial lorsqu’elle se présenterait aux habitants de Pearl Trees. Finalement, ce fut elle qui rompit le silence et la tension palpable dans la pièce. « Bin quoi ta mère ? » Demandai-je sèchement et impatient. Qu’est-ce que ça pouvait me gonfler les gens qui ne terminaient pas leur phrase, et encore plus qu’on pleurniche sur son sort. De toute façon, les mères, c’était de la merde, elles faisaient des gosses et les laissaient livrés à eux-mêmes, sans un regret. En tout cas, c’était le portrait de la mienne, et l’addition était déjà assez salée pour que je l’écoute se plaindre de sa pauvre petite mamounette d’amour. Les mélodrames, très peu pour moi, je n’avais ni l’envie, ni le temps, et encore moins la patience de jouer au psychologue. Je ne connaissais cette fille ni d’Eve, ni d’Adam après tout, j’avais déjà été assez sympa de la laisser crécher dans ma chambre, il ne fallait pas non plus abuser de mon immense bonté. Cependant, mon regard noir se posa sur elle et je réalisai qu’elle avait réellement l’air bouleversée. Décidemment, son arrivée à Pearl Trees, elle s’en souviendrait. J’attrapai la chaussette qu’elle m’avait envoyée au visage quelques minutes plutôt et lui jeta dessus sans forcer, s’écrasant doucement contre sa joue. « Ca va aller NYC, t’inquiète pas. » Je n’étais pas très doué pour réconforter les gens, mais j’essayais tout du moins. Elle me remercia de l’avoir pris sous mon aile, et aussi con que ça puisse paraitre, j’étais content. Rares avaient été les gens qui m’avaient un jour dit merci dans la vie, ou à qui j’avais laissé l’occasion de le faire d’ailleurs, et je ne pouvais l’expliquer, mais sa sincérité réussissait à m’atteindre. « J’sais pas chez toi, mais ici, j’suis redouté de tous, trop costaud pour eux ! Les Merritt sont des battants. » Je lui offris un sourire timide pour qu’elle reprenne ses esprits, et surtout pour éviter d’avoir à répondre à cette guimauve qu’elle me servait sur plateau d’argent. Je n’étais pas du genre à étaler mes sentiments au grand public, ni à quiconque en fait. J’avis le visage fermé, j’avais l’impression que cette jeune femme violait mon intimité, non pas en étant dans mon petit espace personnel, mais parce qu’elle faisait remonter le passé, des choses dont je ne parlais jamais, auxquelles je préférais ne plus pensé, parce que sous mes airs durs et hautains, ces moments m’avait traumatisés, ils avaient fait de moi quelqu’un qui doutait de tout et de tout le monde, incapable de faire confiance à qui que ce soit, à quelqu’un qui a perdu foi en le genre humain. La famille, c’était une belle connerie et j’allais devoir lui parler de la mienne pour qu’elle comprenne qu’il était encore temps pour elle de faire demi-tour, de s’échapper avant qu’il ne soit trop tard et que la vérité lui vienne en pleine face et la mette KO. « Ecoute NYC, crois-moi, y’a que moi ici, et ceux qui étaient là avant ne vallait pas le coup de faire tout ce chemin de toute façon. » Je ne la regardais pas dans les yeux, je n’avais pas l’envie d’affronter son regard plein de questions, son besoin de réponses qu’elle n’assouvirait sûrement jamais. A quoi bon lui dire, si tant est que c’était bien ma mère qu’elle cherche, que cette dernière n’était qu’une lâche, qu’elle avait eu une vie pourrie et avait choisi de s’en aller sans même l’ombre d’un remord. Depuis des années, elle ne m’avait laissé aucune nouvelle, à croire que du jour au lendemain, elle avait tiré un trait sur sa vie, elle  était repartie à zéro, ailleurs j’imaginais. « Non vraiment, tu devrais rentrer chez toi. Y’a rien pour toi ici. » Finis-je par conclure, cette fois en plantant mon regard sombre dans le sien.
©flawless
Revenir en haut Aller en bas
Maya l. Johnson


Maya l. Johnson


(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Tumblr_mxqec1OV9j1rm2lw9o1_500

▌AVATAR : Lauren Sexy Conrad
▌CRÉDITS : Kréou
▌PSEUDO : kréou
▌HISTOIRES POSTÉES : 265
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 12/10/2013
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 1390
▌DATE DE NAISSANCE : 19/08/1988
▌MON ÂGE : 31
(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... 39926885

▌DC : Super Drew & Riri le moche

(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Empty
MessageSujet: Re: (Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... (Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... EmptyMar 25 Fév - 18:59




 
NOUVEAU DÉPART


Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent...




Sa tête se releva brusquement quand je mentionnai ma mère... Je pouvais voir un mélange de surprises, de curiosité et de gêne dans son regard. Puis pour couper court à toutes mes interrogations qu'il pouvait lire à son tour au vu de sa réponse, il me conseilla de faire demi-tour et de retourner à ma petite vie d'avant. En effet, j'aurais aimé pouvoir prendre le prochain bus pour New-York, faire le chemin inverse et retrouver ma vie d'avant... Retrouver ma mère et la serrer dans mes bras et ceux de Jacob qui avait été autrefois si doux et rire à n'en plus finir avec Zachary. Oui je venais tout juste de quitter ma vie, qu'elle me manquait horriblement à m'en faire un trou dans le ventre. " J'aimerais ne jamais t'avoir connu, tu sais... " Je lui souris timidement, mon regard toujours fixé sur cet homme qui se déchainait en bas m'amusait. Finalement, il n'avait pas l'air si malheureux, il dansait et chantait sous la pluie comme un enfant. Puis soudainement, je réalisais la portée de mes derniers mots. Je rougis et me mis à bégayer en m'excusant. " Non enfin ce n'est pas vraiment ce que je voulais dire... Mais si ma mère était toujours là, je ne serais jamais venu ici à la recherche de ma tante. C'était dans ce sens-là... Ce n'était pas contre toi, au contraire... Merci encore de ne pas m'avoir laissé dormir dans la rue. " Je lui montrai d'un signe de tête, le clochard qui était en plein Haka en poussant ses cris. " Mon autre option aurait été beaucoup moins paisible... J'aurais peut-être finis devant ta fenêtre à danser et chanter avec lui qui sait. " Je remettais mes mèches de cheveux frénétiquement derrière mon oreille et rongeais les ongles de ma main libre. Le stress m'envahissait, qu'allais-je devenir à présent ? Je venais de trouver visiblement le seul Merritt qui se trouvait dans ce petit village qui lui me conseillait de partir au plus vite. Oui, mais partir pour aller où ? Retourner à New-York ? Impossible, rien que l'idée de me rapprocher de Jacob physiquement, mes mains se mirent à trembler nerveusement.

La voix de ma mère résonna dans ma tête : Hope reste positive ! " Qui te dis que celui que je cherche ce n'est pas toi hein ? Je vois bien que tu ne veux pas me parler de ceux qui sont partis alors je vais me contenter de toi... " Je m'étais approché de lui et me tenais plus qu'à quelques centimètres de lui à présent. Ma main vint donner un petit coup dans son bras. " Paraitrait que les Meritt sont tenaces... " Dis-je en rigolant innocemment. " Puis de toute façon s'il y a rien pour moi ici, il n'y a plus rien pour moi là-bas non plus crois moi... " Mon sourcil se leva et mon index désigna mon visage tuméfié. Je n'allais pas entrer dans les détails et jouer ma victime, mais je devais lui faire comprendre que pour le moment, je n'avais pas le choix de ma situation géographique. " On ne s'est toujours pas présenté... Moi, c'est Hope. Hope Merritt donc. " Je lui tendis la main, un sourire hollywoodien aux lèvres. " Alors toi et moi, on est quoi ? Cousins ? " Je levais les épaules et riais niaisement. Ce que je pouvais m'insupporter moi-même dans ces moments-là. Quand je ne savais pas quoi dire pour combler les blancs, j'avais un don pour parler et rire niaisement en même temps. "T'es mon premier cousin, tu sais... Mon père, il a pris la poudre d'escampette à ma naissance et ma mère bah, elle est bornée à la Merritt, je crois. Elle m'a parlé vaguement d'une dispute avec sa sœur puis sa fierté les a séparées alors je ne connais personne non plus du côté Merritt. Je n'avais que ma mère... Puis elle est décédée d'un cancer alors je n'avais plus que moi. " Ma langue se déliait et le stress me faisait parler. Je parlais vite sans m'arrêter face à cet ado qui me regardait perplexe sans bouger. " Mais maintenant, je t'ai toi non... " Avant même qu'il puisse me répondre quoi que ce soit, je m'approchai de lui pour le prendre dans mes bras. Le stress me poussait à faire et dire des choses qu'en temps normal, je n'aurais pu dire ou faire ce qui avait le don de me stresser d'avantage encore.




love.disaster
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Empty
MessageSujet: Re: (Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... (Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent... Empty

Revenir en haut Aller en bas

(Lonlon & Hope ) Si au lieu de te battre contre moi, tu t'étais battus avec moi tout aurait pu être différent...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Keep Hope, de Baby Angel et Cat's Eyes
» Une visite sur son lieu de travail [PV]
» 78HG — sujet du lieu b
» ej - I have a dream. I hope it will come true. You are here with me. And I am here with you. I wish that the earth, sea, and sky up above would send me someone to lava.
» Ruines mystiques d'Anémos.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pearl Trees ::  :: Les RPs archivés-