Partagez

Mais la vérité c’est que ça fait mal, alors on ment. (Nathanaé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

S. Hanaé Hamilton

Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.com/t69-hanae-j-ai-jamais-eu-l-imp

Tumblr est mon ami

▌AVATAR : La plus belle des rousses : Holland Roden
▌CRÉDITS : #CHEVALISSE
▌PSEUDO : Petit_Biscuit
▌HISTOIRES POSTÉES : 1361
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 23/07/2013
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 7274
▌DATE DE NAISSANCE : 01/06/1989
▌MON ÂGE : 30
▌EMPLOI/ÉTUDES : Secretaire médicale
▌CÔTÉ COEUR : Perdue...

Aksel <3

▌EN CE MOMENT : Mais la vérité c’est que ça fait mal, alors on ment. (Nathanaé) 864857hana02
« Je n’ai pas envie de te perdre. On s’est remis ensembles parce que j’étais enceinte et j’ai eu peur que tous ces bons moments qu’on a passés ensemble depuis, ça s’effacent lorsque je te l’annoncerais. »


▌RPs EN COURS : ♦️ Nathaniel
♦️ Les 4 thons
♦️ Malika
(3/5 rp)

▌DC : La deprimée et le BG Avery

Mais la vérité c’est que ça fait mal, alors on ment. (Nathanaé) Empty
MessageSujet: Mais la vérité c’est que ça fait mal, alors on ment. (Nathanaé) Mais la vérité c’est que ça fait mal, alors on ment. (Nathanaé) EmptyDim 9 Mar - 4:25


∞ Mais la vérité c’est que ça fait mal, alors on ment.

Nathanaé




La vie de la belle rousse qui porte le doux nom d’Hanaé Hamilton a bien changé et cela en quelques semaines à peine. En un rien de temps, elle est passée de la jeune femme en colère contre le monde entier, qui s’amuse à envoyer bouler qui elle veut quand elle veut sans même de limite du raisonnable à une rousse qui craque la vie à pleine dent, ou presque. Ce changement radical a lieu grâce – ou à cause, tout dépend du point de vue où l’on se pose – d’une seule et même personne : Nathaniel. Hanaé cesse depuis quelques semaines à lutter contre ce qu’elle ressent pour Nate, sentiments qu’elle pensait enfouit depuis des années maintenant et qui étaient remontés à la surfaces telle une claque dans la figure. Si la belle rousse a tenté de dévier ce qu’elle ressent et ne pas agir, même avec ses sentiments mais certains évènements ont fait qu’elle ne pouvait plus les fuir lui et la possibilité d’un « nous » dans un futur. En effet, ayant découvert qu’elle portait son enfant durant la soirée qu’ils avaient passés chez elle en compagnie de sa cousine Joy, de son copain dont Hanaé a totalement oublié le nom ainsi que l’un de leur seul ami en commun, Hugo. Une possibilité d’avenir à deux s’était alors accrochée à eux sans qu’ils aient besoin de se tracasser encore longtemps. En effet, cela s’est fait naturellement, comme si c’était un signe du destin, comme si la vie les poussait à se remettre ensemble après tant d’années à les éloigner l’un de l’autre. C’est ainsi qu’il se sont retrouvés, encore une fois, une nouvelle fois après leur moment d’intimité dans un endroit qui a été loin d’être intime puisqu’ils s’étaient retrouvés tout entier sur l’une des plages de Pearl Trees. C’est donc une toute nouvelle Hanaé qu’on retrouvait aujourd’hui. Différente de la femme qu’elle a été durant ses neuf dernières années mais aussi différente de l’adolescente éperdument amoureuse de Nathaniel avec qui elle ne pouvait même pas s’afficher à l’époque. Elle pouvait respirer, elle pouvait sourire. Leur futur était différent du futur dont ils auraient pu imaginer, chacun de leur côté. Ils se sont retrouvés et c’est déjà un énorme pas. Après neuf ans, vous pouvez bien imaginer qu’ils ne pouvaient plus se lâcher, du moins, normalement…

Aujourd’hui, ils allaient pouvoir passer la journée ensemble. Pour cela, la rousse a même demandé un jour de congés en dehors de ceux qu’elle a habituellement sans donner de véritables raisons même si c’était simple à comprendre, elle voulait pouvoir passer du temps avec Nathaniel. Avec leur travail respectif, ce n’est pas vraiment simple de pouvoir le faire. Lui il travaille de nuit et dort le jour et elle s’est l’inverse. Cela ne les a tout de même pas empêché de se voir ces derniers jours. Ils ont pu ainsi parler, s’embrasser, parler bébés et tellement d’autres trucs. Toutefois, c’est assez rare lorsqu’ils pouvaient le faire durant une journée entière. C’était donc tout prévu pour aujourd’hui. Tous les deux n’ont pas passés la nuit ensemble, Nathaniel doit passer chez elle très bientôt et la rousse était déjà prête. Pourtant, une personne normalement constituée aurait pu en profiter pour se reposer quelques heures de plus, ses quelques heures c’est avec Nathaniel qu’elle veut les passer. Elle pourra dormir plus tard, quand il sera en train de pécher et qu’elle dormira une nouvelle fois dans un lit vide, sans sa présence qui lui faisait tellement du bien de l’avoir retrouvé. Grace à cette grossesse, elle l’a retrouvé et s’est rendu compte d’une chose, il lui a terriblement manqué et Naé a bien besoin de sa présence dans sa vie désormais. A cette simple pensée, Hanaé mit une main sur son ventre plat et encore une fois, ses pensées partirent ailleurs…

Flash-Back, quelques jours plus tôt.
« Je suis désolé Hanaé ! C’est assez courant durant les premiers mois de grossesse. On n’aurait pas pu le détecter ni changer grand-chose. » Le médecin avec qui elle travaille puisqu’elle est sa secrétaire continua ses explications, explications qu’elle n’écoutait même pas puisqu’elle était totalement perdue. Elle venait de perdre le bébé. Hanaé était en train de travailler lorsqu’elle a ressenti quelques douleurs au niveau de son ventre. Travaillant dans un cabinet médical, elle s’était de suite inquiété, ce n’était pas anodin, elle le savait, elle le sentait. Elle avait alors débarqué dans le bureau de consultation de son supérieur malgré qu’il soit déjà en rendez-vous et il l’avait pris en charge après s’être excusé auprès de sa patiente qui comprenait parfaitement la situation. Hanaé était sous le choc mais elle ne disait rien. Fixant le sol sans intervenir sur ce que le docteur disait, elle fut sortie de ses pensées lorsqu’il posa une main sur son épaule. « Est-ce que ça va aller ? Tu peux rentrer chez toi, tu peux prendre ta journée, je comprendrais ! » Elle aurait pu oui, elle aurait dû même, il aurait mieux valu pour elle mais au lieu de cela, elle lui sourit, essayant de lui faire comprendre qu’elle allait bien et qu’il n’avait pas à s’en faire. Il est son supérieur, il n’y a qu’une relation purement professionnelle, ils ne connaissent rien d’autre de l’autre de l’autre mais cela ne l’empêchait pas de déceler une once d’inquiétude dans son regard. « Ne vous inquiétez pas, ça va. De toute façon ce bébé n’était même pas prévu au programme. Ce n’était qu’un accident ! » C’est ce qu’elle essayait de lui faire croire, c’est ce qu’elle essayait de se faire croire à elle aussi par la même occasion. Pourtant, ce fut en pleur qu’elle se retrouva aux toilettes afin de pouvoir dissimuler sa peine, de cacher sa déception à ses collègues, à ses supérieurs ainsi qu’aux patients. Les nouvelles vont vites dans ce genre de petite ville, Hanaé ne voulait pas s’afficher et devenir celle qui a fondu en larmes après avoir fait une fausse couche. C’est donc pendant un petit moment qu’elle resta là, à pleurer en silence. Elle avait une envie soudaine de taper dans le mur pour extérioriser sa peine mais elle ne le fit pas. Encore une fois cela allait se voir par la prochaine personne qui va venir ici et cela laisserait des traces sur son poing. Hanaé s’était donc contentée de pleurer pendant un temps avant de se remaquiller et de ressortir tout sourire, comme si rien ne s’était passé et comme si elle était apte à travailler. Pourtant, le cœur n’y était pas. Cacher les apparences, c’est devenu une seconde nature pour la belle mademoiselle Hamilton.
Fin du Flash-Back.

Quelques jours se sont écoulés depuis sa fausse couche. Pourtant, elle n’en a parlé à personne et surtout pas à Nathaniel. D’ailleurs, elle ne compte pas le faire. C’est peut-être totalement stupide certes, après tout il va bien le découvrir un jour ou l’autre mais elle n’en a pas la force. Ils sont si bien tous les deux depuis quelques semaines, depuis qu’ils ont appris qu’ils vont être parents et qu’ils ont pris la décision de se remettre ensemble. Durant ses quelques semaines, Naé a véritablement ouvert les yeux sur lui. Le bébé n’était pas prévu au programme certes, mais ils voulaient assumer et ils étaient réellement bien ensemble. Cette grossesse leur a fait ouvrir les yeux, c’était cette clé qui leur a permis de se retrouver et d’apercevoir un avenir en commun. En apprenant la fausse couche, elle avait comme l’impression qu’elle allait perdre cela aussi, cet avenir commun, comme s’ils ne tenaient que grâce à cet enfant. Enfant qui ne verra jamais le jour… Encore une fois, la belle Hanaé fut tirée de ses pensées par un élément extérieur. La sonnette de l’entrée avait retentie. Cela devait être Nathaniel, il lui a promis de passer tôt, dès qu’il le pouvait. Même si tout s’est précipité entre eux deux, Nate n’a pas les clés de chez elle, pas encore du moins. En réalité les doubles de son appartement, c’est sa sœur, enfin leur sœur qui les a et Naé n’a pas encore eu le temps d’en faire faire d’autres pour les lui passer. Ne perdant donc par de temps pour venir lui ouvrir, à peine la porte ouverte et Nathaniel à l’intérieur, elle referma la porte, prête à l’embrasser. « Coucou toi, tu sais que tu m’as manqué cette nuit ? » Oui, c’est une femme opposée à d’ordinaire qu’on retrouve. Comme quoi, l’amour peut totalement changer une personne. Elle allant donc l’embrasser mais se stoppa net en voyant sa tête. Quelque chose clochait. « Qu’est-ce qu’il se passe ? » Demanda-t-elle en restant tout de même proche de son petit ami, fronçant les sourcils essayant de comprendre ce que Nathaniel pouvait avoir. En espérant que ce ne soit pas trop grave.


code by PANICK!ATTACK


Siobhan Hanaé Hamilton

Boy to tell you the truth it's always been you, i'm all about you. Oh,boy, no one can do me the way you do. It's always been you. I'm all about you.
⊹ bohemian psychedelic
Revenir en haut Aller en bas

Nathaniel S. Reynolds

Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.com/t11-nathaniel-brother-sister-i

Mais la vérité c’est que ça fait mal, alors on ment. (Nathanaé) 833243nathanae

▌AVATAR : Joshua Bowman
▌CRÉDITS : me, myself & I.
▌PSEUDO : Mat'
▌HISTOIRES POSTÉES : 1290
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 27/06/2013
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 4780
▌DATE DE NAISSANCE : 18/09/1988
▌MON ÂGE : 31
▌QUARTIER : Le Lys blanc, Oak Ridge
▌EMPLOI/ÉTUDES : Pêcheur.
▌CÔTÉ COEUR : Célibataire, mais toujours épris de la rousse.

Mais la vérité c’est que ça fait mal, alors on ment. (Nathanaé) Tumblr_mgwtw7Nch51rce28do1_250

▌EN CE MOMENT :
Tous les deux le regard perdus dans l’immensité de cette étendue d’eau, il prit enfin la parole. « Dis-moi que tu n’y penses plus, dis-le moi… Tout ça, cette plage, cette chanson, c’est nous… C’est naturel, c’est simple… Et c’est beau… C’est même magnifique… » Termina-t-il en la serrant un peu plus fort. « Je t’en prie, ne t’en va pas, pas encore une fois.» Laissant ses mots s'envoler, emportés par le vent.

▌RPs EN COURS : .
Hanaé ❧ Faire de ta vie un enfer...
Les 4 thons ❧ Ca va chauffer...

▌DC : Camcam & Ioio

Mais la vérité c’est que ça fait mal, alors on ment. (Nathanaé) Empty
MessageSujet: Re: Mais la vérité c’est que ça fait mal, alors on ment. (Nathanaé) Mais la vérité c’est que ça fait mal, alors on ment. (Nathanaé) EmptyLun 31 Mar - 21:58

Hanaé & Nathaniel
Can we stop this for a minute ? You know, I can tell that your heart isn't in it or with it...
Comme depuis quelques jours, Nathaniel avait du mal à trouver le sommeil... La soirée à laquelle il s'était volontairement incrusté chez Hanaé avait apporté sa dose d'émotions, et surtout avait été source d'une immense annonce. La rousse était enceinte. Après neuf ans à s'éviter, à s'aimer à la haine, à se mener la vie dure, ils avaient cédé à la tentation, ils s'étaient laissés aller à échapper des sentiments enfouis, et il avait suffi d'une fois, de cette fois sur la plage pour que le destin change leur vie à jamais. Ils allaient accueillir un petit bébé, ils allaient devenir parents alors qu'ils réapprennaient tout juste à s'aimer. C'était difficile à imaginer, il éprouvait des difficultés à visualiser leur couple prêt à vivre un tel chamboulement, d'ailleurs rien que le mot "couple" devait être prononcé à demi-mot, il n'avait encore rien dit à personne, surtout pas à leur famille, alors comment même annoncer l'heureux événement ? Nathaniel se posait mille et une questions, est-ce qu'ils allaient devoir se marier ? Est-ce que Hanaé attendait de lui qu'il lui demande sa main ? Et s'ils avaient fait une erreur, s'ils avaient eu tort et que cette grossesse gâchait tout espoir d'une vie future pour eux ? Ils avaient besoin de construire des bases solides avant ensuite, éventuellement, d'avoir des projets de famille, mais ils faisaient tout à l'envers, et ils risquaient de s'y brûler les ailes. Cependant, une part de lui se disait également que ce bébé était aussi le symbole de leur histoire, que la jeune femme ne pourrait plus échapper à leur amour, ni à leur passé, et encore moins à leur couple, elle allait devoir assumer ses sentiments, c'était aussi quelque part un pas en avant pour eux. En vérité, le pêcheur était complètement perdu, il n'était même pas sûr d'être prêt à être papa, après tout, la ville entière savait ce qu'il était advenu du sien...

Alors, comme chaque matin depuis ces derniers jours, il se prépara rapidement afin d'apporter à sa rousse son café et quelques encas qu'il irait acheter en chemin. Depuis la découverte de sa grossesse, la demoiselle avait déjà quelques envies et le sandwich jambon cornichon dès dix heures du matin n'échappait pas à la règle. Attrapant son sac en bandoulière, il fila rapidement direction le cabinet médical, s'arrêta à la boulangerie au coin de la rue, récupéra le casse-croûte de madame et pénétra dans ce cabinet qui avait marqué leurs retrouvailles et changé le cours de leur relation. En effet, ce fut au moment où il avait franchi ces portes pour des examens qu'il avait littéralement pris le taureau par les cornes et affronter Hanaé en la poussant à assumer ses sentiments. Quelques semaines plus tard, tout avait changé entre eux, et s'ils n'avaient pas encore avoué à tout le village qu'ils ne formaient plus qu'un, sur le lieu de travail de la secrétaire, leur amour ne faisait pas de doute. "Oh Nathaniel, c'est toi... Comment ça va ? J'étais pas là ces derniers jours, du coup je n'ai pas eu l'occasion de te dire que j'étais vraiment désolé..." Le docteur Barnes avait un ton grave, et le jeune homme n'étais pas très sur de suivre. Devant le silence de son interlocuteur, le médecin pousuivit : "Je vais aller chercher Hanaé et lui dire que t'es là, la pauvre, depuis qu'elle a perdu le bébé, elle fait des petites crises... Je l'ai envoyée se calmer dans mon bureau." Le gobelet brulant s'échappa de sa main dépourvu de force, il était tétanisé par ce qu'il venait d'entendre. Incapable de feindre la désolation, il n'avait pas non plus le courage d'affronter la jeune femme. Lui qui pensait avoir finalement réussi à repartir sur des bases plus solides, honnêtes, venait de tomber des nues. Elle savait, et elle ne lui avait rien dit, pire que ça, elle avait fait semblant, hier encore, il lui avait parlé de leur bébé qui déjà n'existait plus. Il avait été con, trop con, encore une fois, elle avait abusé de lui, de sa confiance, elle l'avait détruit en réduisant à néant tout ce qu'il imaginait pour eux. Bien entendu, elle n'était pour rien, du moins il espérait, dans la perte de leur enfant, mais en lui mentant, elle venait de mettre un coup de pied dans tout ce en quoi il croyait : la sincérité et la véracité. "Je... je... Non, je vais y aller, excusez-moi pour le café, donnez-lui ça et dites lui que je suis passé." Il tendit le sac contenant les gâteaux et le sandwich au docteur et se rua en dehors du cabinet. Il avait besoin d'air, d'une douche froide, de partir loin d'ici... C'était trop, s'il y a quelques minutes, il n'était pas sûr de réellement vouloir ce bébé, les larmes qui coulaient de ses yeux prouvait le contraire. En même temps que cet enfant, il enterrait tout espoir d'une vraie et belle histoire avec elle. Une fois à l'intérieur de sa voiture, il s'écroula en larmes, la tête enfouie dans ses bras, cachée derrière le volant.

Un peu plus tard dans la soirée, il prit sur lui pour se rendre chez elle. Il lui avait dit qu'il passerait aussitôt qu'elle aurait fini le travail, mais pourtant, c'était à reculons qu'il se dirigeait vers Chestnut Park. Il avait envie de pleurer, ou alors de hurler, de lui tordre le cou, de lui cracher au visage, de lui redonner toutes ces affaires et de lui dire que plus jamais il ne voulait entendre parler d'elle, qu'encore une fois, elle avait obtenu ce qu'elle voulait, même plus que ce qu'elle n'aurait jamais imaginé, elle avait réussi à la réduire à néant, il était plus bas que terre, anéanti, elle l'avait finalement brisé après toutes ses vaines tentatives depuis pplus de neuf ans. Le visage fermé, il sonna à la porte, le visage fixant le seuil de cette porte qui en s'ouvrant, aller marquer le début de la fin. Eblouissante, Hanaé, tout sourire, l'accueillit avec un enthousiasme débordant que peu de gens lui connaissent avant de réaliser que quelque chose clochait. D'habitude, Nathaniel l'aurait embrassé, lui aurait caressé le visage en lui rappelant combien elle était magnifique, il aurait passé sa main sur son ventre qui n'avait rien de celui d'une femme enceinte encore, l'aurait regardée amoureusement avant de lui demander si tout allait bien. Au lieu de ça, il resta de marbre, et ne quitta pas le hall d'entrée. Visiblement, la rousse n'était toujours pas décidé à passer aux aveux, et ça le rendait fou. Elle osait lui poser la question, elle osait lui demander ce qui se passait alors qu'elle lui cachait la nouvelle la plus importante de sa vie. Impassible, il la fusilla du regard, et sans l'ombre d'une hésitation, lâcha la bombe. "C'est terminé. Il n'y a plus de toi & moi, plus de nous, je n'arrive pas à croire que tu aies pu me faire ça, je pensais qu'on avait passé ce cap Hanaé, je pensais que tu me respectais, que c'était fini le temps du mensonge et de la trahison. Je me suis trompé." Il la fixait, plantant son regard froid dans le sien pour qu'elle réalise qu'il pensait chacun de ses mots. Nathanaé n'existait plus.

©clever love.


Revenir en haut Aller en bas

S. Hanaé Hamilton

Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.com/t69-hanae-j-ai-jamais-eu-l-imp

Tumblr est mon ami

▌AVATAR : La plus belle des rousses : Holland Roden
▌CRÉDITS : #CHEVALISSE
▌PSEUDO : Petit_Biscuit
▌HISTOIRES POSTÉES : 1361
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 23/07/2013
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 7274
▌DATE DE NAISSANCE : 01/06/1989
▌MON ÂGE : 30
▌EMPLOI/ÉTUDES : Secretaire médicale
▌CÔTÉ COEUR : Perdue...

Aksel <3

▌EN CE MOMENT : Mais la vérité c’est que ça fait mal, alors on ment. (Nathanaé) 864857hana02
« Je n’ai pas envie de te perdre. On s’est remis ensembles parce que j’étais enceinte et j’ai eu peur que tous ces bons moments qu’on a passés ensemble depuis, ça s’effacent lorsque je te l’annoncerais. »


▌RPs EN COURS : ♦️ Nathaniel
♦️ Les 4 thons
♦️ Malika
(3/5 rp)

▌DC : La deprimée et le BG Avery

Mais la vérité c’est que ça fait mal, alors on ment. (Nathanaé) Empty
MessageSujet: Re: Mais la vérité c’est que ça fait mal, alors on ment. (Nathanaé) Mais la vérité c’est que ça fait mal, alors on ment. (Nathanaé) EmptySam 5 Avr - 18:24


∞ Mais la vérité c’est que ça fait mal, alors on ment.

Nathanaé




Hanaé pensait pouvoir passer une bonne soirée avec Nathaniel. Elle devait le voir le matin même mais pour une raison qu’elle ignorait, il était passé sans même attendre quelques minutes pour pouvoir le faire. Peut-être qu’il avait eu un contre temps et qu’il avait juste eu le temps de passer à l’un des médecins le sandwich et les gâteaux qu’il a l’habitude de lui emmener depuis qu’ils se sont remis ensembles. Peut-être qu’il était en retard pour le travail, pour être honnête, Hanaé ne s’est même pas posée la question. Elle ne l’a pas vu malgré qu’il soit passé mais devait-elle s’inquiéter ? Non bien sûr que non, il n’y a pas la moindre raison. Toute la journée, elle était bien loin d’imaginer qu’il était au courant de ce qu’elle prend bien le temps de lui cacher depuis quelques jours maintenant. Si elle avait su, autant dire qu’elle aurait stressé de sa réaction toute la journée. Dire qu’elle a peur de ce que Nathaniel pourra lui dire après avoir su n’est qu’un euphémisme, c’est bien pire que ça. Alors sans se poser la moindre question, elle lui avait envoyé quelques sms, sms qu’il n’avait pas répondue mais une fois encore, Hanaé ne s’était pas posée de réelles questions sur ceci, après tout, ça allait bien entre eux, la veille ils s’étaient vu, ce soir encore ils allaient le faire comme les jours suivants. Le futur ne se compte même plus en jours mais plutôt en années car maintenant qu’elle a enfin ouvert les yeux et qu’elle avait osé l’avouer à Nathaniel, Hanaé ne compte plus fuir. C’est fini le temps où elle faisait sa gamine en préférant le détester plutôt que de dévoiler à la fois au principal intéressé et à elle-même que ce n’est pas de la haine qu’elle a pour lui mais bien plus que ça. Hanaé a l’impression de revenir neuf ans en arrière, quand tout allait bien lors des premiers jours. La simple idée de savoir qu’ils vont une fois encore se voir ce soir la rend heureux et un sourire se dessine sur ses lèvres. Du moins c’est le cas lorsqu’elle ne refait pas l’une de ses crises récentes où elle finit en pleur. Naé est tellement lunatique qu’on dirait réellement qu’elle est encore enceinte et que ses hormones sont nettement en avance. La rousse a besoin d’une soirée en couple ce soir sans chichi ni rien, juste le voir et ne pas se prendre la tête. C’est pourquoi elle veut une nouvelle fois repousser le moment fatidique où elle devra lui annoncer que non il ne va pas être père, pas dans quelques mois en tout cas. Ce n’est donc pas étonnant que la belle Naé soit toute heureuse en allant lui ouvrir la porte. Toutefois, il suffit d’un regard, d’un regard et d’une seule parole pour qu’elle comprenne : il est au courant… Son souffle se coupa et elle a nettement n’impression que son cœur n’est plus en train de battre. « Vas-y Nate entre ! » Dit-elle en reprenant son souffle. Naé n’arrive pas à le regarder dans les yeux, c’est juste impossible alors qu’elle a l’impression qu’il va la tuer par un simple regard. Elle a même la sensation que s’il le pouvait, il la tuerait la toute de suite, de ses propres mains. C’est la première fois qu’elle le voit dans cet état-là, d’habitude c’est plutôt elle qui le fusille du regard.

En entendant ses mots, elle eut l’impression qu’on lui arrachait le cœur, que c’est Nathaniel qui le faisait et qu’il prenait un malin plaisir à lui arracher le cœur pour le broyer. Hanaé était heureuse de voir son petit ami ce soir, pourtant là, ce n’est pas vraiment le cas. Oui bien sûr elle est heureuse de la voir mais elle a tellement mal au fond d’entendre ses paroles. Elle est en train de le perdre et elle a mal. C’est bien la première fois qu’elle se sent de la sorte. Peut-être est-ce parce que d’ordinaire, c’est elle qui a les cartes en mains, c’est elle qui le fait souffrir, c’est elle qui le fuit après leur moment sur la plage. Oui, Hanaé a toujours tout imposé dans cette relation ou du moins la plupart du temps. Là elle n’a pas de pouvoir pour sauver cette nouvelle relation récente si Nathaniel est décidé à la rayer définitivement de sa vie. La seule chose qu’elle peut faire c’est mettre sa fierté de côté et s’expliquer tout en s’excusant. Avant, elle n’aurait pas fait cet effort, elle aurait préféré fuir, ça l’aurait même arrangé de fuir ses sentiments, de fuir la vie qui lui fait peur avec l’homme dont elle est franchement amoureuse. Là, c’est tout bonnement impossible de le laisser partir, de mettre leur relation à la poubelle en expliquant pas les raisons, en renonçant au fait de lui dire ce qu’elle ressent de la situation, de ce qu’elle ressent pour lui. « Doudou laisses moi t’expliquer s’il te plait, je n’ai pas envie de te perdre je… » Depuis que ces deux-là se sont remis ensemble, elle ne l’a toujours pas surnommé par le surnom qu’elle lui donnait lors de leur quinze ans, lorsqu’elle était complètement dingue de lui et qu’elle le montrait sans la moindre honte. Ces derniers temps, ils ont retrouvé quelques habitudes mais ce surnom n’en faisait pas parti. Là, c’est sorti tout seul, comme si pour ne pas le perdre elle a besoin de lui rappeler leur passé heureux. Hanaé n’a même pas remarqué que le surnom était de retour tellement sa pensées est ailleurs : ne pas le perdre. « Je… Je… » Elle commence à bafouiller c’est très mauvaise signe. Lorsque c’est le cas c’est un signe qu’elle ne contrôle pas du tout la situation et la rousse est loin d’être du genre à être à l’aise dans ce genre de situation. Tout le temps, c’est Hanaé qui contrôle la situation ou du moins, fait semblant de tout contrôler. Là, elle est loin d’être maitre de son destin et ça, ça lui fait peur. La situation et la peur de le perdre lui fit monter les larmes aux yeux, larmes qui menacent à chaque seconde de couler et dont Naé n’aurait pas la force de retenir. « J’allais te le dire, j’allais tout t’expliquer bientôt je te jure. » Essaya-t-elle de dire pour se rattraper mais est-ce que ça va aller en sa faveur ? Après tout, dans un couple en théorie on se dit tout non ? Surtout que ces deux-là, ce n’est pas un couple des plus banaux et avec tout ce qu’il s’est passé, il faut qu’ils soient honnête l’un avec l’autre. La perte de leur enfant, elle aurait dû le vivre avec Nate, elle aurait dû lui dire directement, l’appeler pour qu’il soit auprès d’elle au lieu de faire semblant. Allait-il donc la comprendre ? Ce n’est pas certain. « Je n’ai pas envie de te perdre. On s’est remis ensembles parce que j’étais enceinte et j’ai eu peur que tous ces bons moments qu’on a passés ensemble depuis, ça s’effacent lorsque je te l’annoncerais. » Oui, Hanaé a peur qu’il se soit remis avec elle que pour leur futur enfant qui finalement ne va pas naitre et que sans cela, ils n’ont plus rien à faire l’un avec l’autre. Attitude tout à fait étrange compte tenu du fait que c’est elle qui a refusé de le revoir après leur moment intime sur l’une des plages de la ville, lui il voulait la voir, elle non alors elle devrait se douter que ce n’est pas que pour l’enfant il s’est remis avec elle. Maintenant qu’elle y pense et qu’elle voit sa réaction, elle se rend bien compte de l’énorme erreur qu’elle a commise, erreur qui pourrait être conclus par une rupture.



code by PANICK!ATTACK


Siobhan Hanaé Hamilton

Boy to tell you the truth it's always been you, i'm all about you. Oh,boy, no one can do me the way you do. It's always been you. I'm all about you.
⊹ bohemian psychedelic
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






Mais la vérité c’est que ça fait mal, alors on ment. (Nathanaé) Empty
MessageSujet: Re: Mais la vérité c’est que ça fait mal, alors on ment. (Nathanaé) Mais la vérité c’est que ça fait mal, alors on ment. (Nathanaé) Empty

Revenir en haut Aller en bas

Mais la vérité c’est que ça fait mal, alors on ment. (Nathanaé)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» ca pue mais ca pue
» Ce n'est pas un film d'espionnage, mais presque ▬ le 08.02.11 à 00h15
» europe ❖ je voulais être seule mais trop tard, j'étais déjà née.
» Moi?Te voler quelque chose?Mais naaan,j'oserais pas.. (avec Tara)
» "L'opposé du jeu n'est pas le sérieux, mais la réalité" (Freud) - Rafaela T. D. Variola (Terminus)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pearl Trees ::  :: Les Habitations :: Chestnut Park :: Les Marguerites-