Partagez

Medhi x Road will not be easy ( closed)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Malika O. Clarsons

Voir le profil de l'utilisateur

Medhi x Road will not be easy ( closed) 1389949488-lika1

▌AVATAR : JK HOTNESS
▌CRÉDITS : Luckyred (moi )
▌PSEUDO : LKD
▌HISTOIRES POSTÉES : 729
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 25/12/2013
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 8239
▌DATE DE NAISSANCE : 26/10/1987
▌MON ÂGE : 31
▌EMPLOI/ÉTUDES : Ancienne hôtesse de l'air, ne peux plus travailler étant atteinte de cécité
▌CÔTÉ COEUR : Mon coeur est à l'isolement pour une durée indéterminée.

Medhi x Road will not be easy ( closed) 1389949491-lika

▌EN CE MOMENT :
Vivre, c'est continuer de naître,parfois je me sens comme un enfant.Qui ne sait pas compter,qui peut tout donner. Partager et aller de l'avantMedhi x Road will not be easy ( closed) Tumblr_mfx4t9RrXx1qcqa3io1_500 J’ai toujours eu besoin de personne dans ma vie, j’ai cherché le moyen de garder du monde autour de moi sans jamais percevoir que je n’étais rien pour ces personnes. Je me méfie à présent et encore plus depuis que je vis constamment dans la pénombre de mon âme. Toi tu es entré dans ma vie et je me méfie, les questions naissent en moi sans jamais trouver la moindre réponse. Comment avancer ? Je dois simplement avancer suivant cette voix qui me guide, la tienne, je ne connais rien d’autre que cette voix rassurante et angoissante à la fois.

▌RPs EN COURS : FERME
Medhi x Try to see it my ...
Hanaé x You will be the clarity of life
Erlina x with a little ... my friend
CaseyxNew place for us two
Lee-lou xLe piège qu'on ne ..
Loméé x Sunday Morning
Spoiler:
 


▌DC : C. Isaak Laokina

Medhi x Road will not be easy ( closed) Empty
MessageSujet: Medhi x Road will not be easy ( closed) Medhi x Road will not be easy ( closed) EmptyJeu 26 Déc - 23:00


Road will not be easy



Difficile. Ce matin allait être rude pour moi, je n’étais pas prête à affronter ce monde, pourtant je le connaissais par cœur.  Ma petite ville, j’aimais ce petit village  et le renier me ferais mal, mais le cocon que je m’étais fabriquée dans mon loft me convenait encore plus depuis mon accident.  Trois mois, je pouvais même citer les secondes où ma vue n’était plus, j’avais de la peine et pourtant je me devais de faire avec. Je le devais, mais cela ne voulait pas dire que je le pouvais réellement, j’étais perdue dans mon propre univers. Je connaissais, du moins je pensais connaître le moindre recoin de cet endroit où je vivais depuis trois années déjà, mais non. Je trouvais encore le moyen de me prendre le coin de la cuisinière , de chercher le lavabo dans les toilettes. J’étais perdu comme une personne venant d’emménager.  Même Mikado devait bien  donner de sa personne, le pauvre j’avais dû l’écraser une bonne quinzaine de fois avant qu’il  comprenne qu’il n’était plus possible pour lui de se faufiler entre mes jambes.  J’évitais de dormir dans mon lit, le canapé m’avait presque adopté alors que ce dernier n’était pas si confortable que  mon matelas.  Mais, je me sentais plus en sécurité près de la porte , il ne fallait pas chercher pourquoi je pensais cela.  J’appréciais  d’avoir un auxiliaire de vie dans ma vie, même si ce dernier avait été engagé par mes parents, ces derniers avaient tenté de me rappeler et de me voir depuis mon accident. Malheureusement, pour eux  je n’avais pas le courage de les affronter après ce que j’avais été capable de leurs dire, certes mes paroles était vrais, mais douloureuse, ce fût la première fois que j’entendis  ma mère pleurer, heureusement que je ne pouvais pas la voir, j’aurais sans doute pleuré avec elle.  Je m’en voulais et pourtant mes remords étaient ancrés en moi sans la moindre intention de les laisser s’extirper de mon être.  M’excuser de dire ce que je pensais depuis tant d’année,  j’avais toujours eu un comportement exécrable avec beaucoup de monde sauf eux, il fallait bien qu’un jour cela se produise.  J’aurais pu oublier d’être moi et d’être méchante avec ce petit coup de remarque déplaisante, mais  je me sentais encore plus obligé de l’être.

Effrayée.  Je me retrouvais dans la voiture de ce Medhi qui se comportait différemment avec moi, sans doute qu’il n’avait pas le choix d’être complaisant avec moi.  Je l’étais bien moi docile lorsque je devais travailler avec des personnes  qui se montraient plus qu’agaçante dans les avions. Un travail , j’étais payée pour ça, alors je m’ exécutais sans doute comme ce jeune homme actuellement installée à côté de moi dans cette salle d’attente. J’avais la mauvaise sensation d’être observée, moi et mes lunettes, je savais exactement lesquels je portais, j’avais surement agacé  le jeune homme pour qu’il me passe les bonnes lunettes.  J’avais besoin de tout cela ? Pas réellement, mais j’avais simplement eu l’envie de faire reculer le moment  où j’allais devoir mettre le pied dehors. Je ne profitais plus des petits plaisir de ma ville ou encore de mon toit terrasse étant trop apeurée par le monde extérieur. Ce fût à mon tour de me lever pour suivre le médecin, je tentais de me repérais, mais cela m’était impossible, trop de bruit pour savoir d’où provenait la voix qui venait d’énoncer mon nom de famille pour me prévenir de mon tour.  Je restais stoïque refermant mes paupières sur mes yeux qui m’étaient à présent inutile.  Je n’étais pas obligé de fermer mes paupières après tout cela était bête de le faire, mais je me sentais comme en sécurité, comme si tout était comme avant et que je maîtrisais cette pénombre qui était mienne depuis ce stupide accident. Je me laissais guider par Medhi qui venait de prendre ma main dans la sienne pour mener au cabinet du médecin, il me confia à cet homme qui était un inconnu, du moins son visage , son physique l’étaient , je connaissais simplement cette voix rauque et effrayante  par ce ton qu’il donnait à ses mots.  Je me posais là où il me le demanda laissant couler le temps en parlant de ma cécité avec lui.

Le rendez-vous s’était clôturé sur l’annonce d’un prochain entretien avec ce médecin. J’étais à présent dans la voiture avec Medhi.  Je ne parlais que très peu, ne répondant simplement que brièvement à ses questions,  je me méfiais, il était là juste pour l’argent comme beaucoup d’autre. Je pouvais me tromper, mais je préférais rester sur mes gardes. L’automobile se stoppa, je restais dans la voiture avec la seule hâte de retrouver mon canapé et mon Mikado qui serait là pour me rassurer. Je détachais au bout de quelque secondes ma ceinture alors que la porte s’ouvrit et qu’il prit ma main dans la sienne pour m’aider à sortir de sa voiture.  Une odeur qui ne m’était pas étrangère venue taquiner mon odorat et je ne comprenais pas ce qui se passait. «  Medhi on est où ? »  Je restais stoïque grimaçant en sentant une brise caresser mon visage, mon cœur battait de plus en plus vite signe de peur chez moi. Je sentais mes jambes tremblantes alors que j’attendais la réponse de Medhi.  


lkd


Je suis cette fille avec toutes ses humeurs

On passe notre vie entière à s’inquiéter de l’avenir, à faire des projets pour l’avenir, à essayer de prédire l’avenir... Comme si savoir à l’avance pouvait amortir le choc. Mais l’avenir change constamment. L’avenir est le lieu de nos plus grandes peurs, et de nos espoirs les plus fous. Mais une chose est sûre : quand finalement, il se dévoile... l’avenir, n’est jamais comme on l’avait imaginé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Anonymous



Medhi x Road will not be easy ( closed) Empty
MessageSujet: Re: Medhi x Road will not be easy ( closed) Medhi x Road will not be easy ( closed) EmptyVen 27 Déc - 14:33

Road will not be easy
Malika & Medhi

I hear the birds on the summer breeze



Sa main se posa dans celle de Medhi, elle était froide et incertaine. C’était étrange, le contraste flagrant entre son caractère fort et dédaigneux par moment et cette fragilité récente en tant que non-voyante. Tout ça était neuf pour Medhi, Malika était la toute première ! Elle innovait son expérience en tant qu’auxiliaire de vie, une reconversion inattendue pour lui. Aujourd’hui, ils étaient à l’hôpital, à attendre qu’on leur déballe un discourt que la jeune femme avait déjà entendu des dizaines de fois. Selon Medhi, Malika avait besoin de renouveau, de vider son esprit encombré par des pensées très sombres par autre chose. Le jeune homme se leva donc et observa cette silhouette chancelante, trop frêle pour soutenir le poids du monde sur ses épaules. Medhi baissa la tête, s’appuya du dos contre le mur et plongea les mains dans les poches.

Elle revint, lunettes sombres sur les yeux et visage fermé. Malika bâtissait un mur entre elle et les autres depuis des années, il suffisait de voir son attitude. Medhi l’observa approcher, le médecin devait lui avoir inondé les oreilles de mauvaises nouvelles, de consignes pesantes, de détails qui devaient ressembler à des ritournelles à force. Et même si Malika était hautaine, capricieuse, pourrie gâtée, elle ne méritait pas autant de coups de fouets. Le jeune homme s’approcha d’elle, lui tendant le bras et l’emmenant à ses côtés. Malika avait besoin de recul, de changement, d’un air plus pur et moins nocif que celui de sa demeure. Il n’imaginait même pas la difficulté que devait représenter sa lutte quotidienne, affronter un monde devenu invisible pour elle ! Medhi l’aida à s’installer sur le siège passager et rejoignit sa place. Face au volant, il eut un moment d’hésitation et puis en un instant, la décision fut prise !

Les roues crissèrent sur les graviers qui furent projeté plus loin, roulant jusqu’aux gros rochers. En face du pare-brise, une étendue d’eau immense, des bourrasques de vent qui faisaient vibrer les vitres dans leur socle, des oiseaux qui virevoltaient en poussant des cris bestiaux. Medhi fut le premier à s’extirper de l’habitacle et contourner le véhicule, il ouvrit la portière à la jeune femme et la fit sortir à son tour. Il suffit d’un simple regard sur son visage aux traits perturbés pour comprendre qu’elle était troublée ! Medhi avait pris la liberté de l’emmener au phare, sans lui demander son avis et sans l’en informer ! De toute façon, elle aurait refusé ! Elle pouvait toujours lui en vouloir, l’insulter ou le repousser mais en attendant, il était content de lui faire profiter de tout ça, juste pour un instant. Malika, poussée par son étonnement sans doute, chercha une justification à cette brise fraîche qui la caressait.

- On est au phare ! ça a toujours été l’un de mes endroits préférés et puis, tu en avais besoin. Ce doc est vraiment un pauvre con ...

Il pouffa de rire, Medhi s’adossa à la carrosserie de sa voiture et croisa les bras sur le torse, lâchant la main de Malika et l’abandonnant à son propre sort à quelques mètres de lui. C’était dingue, ce spectacle étrange, plaisant et déplacé à la fois. Une jolie fille, redécouvrant le monde d’une façon inédite, perdue dans un univers familier qu’elle avait toujours connu. Medhi voulait l’aider, pas juste parce que c’était son boulot mais surtout parce qu’elle le méritait ! Elle était jeune, pleine de vie et pourtant, elle était blasée. Quoi de plus normal ? Lui, il n’était même pas sûr de survivre à quelque chose comme ça ! Contrairement à ce qu’il voulait laisser paraître, il n’était pas très fort mentalement.

- Allez, fais pas la tête ! Il fait un peu froid mais j’étouffe chez toi et je suis sûr que toi aussi ! Viens, on va se balader.

Medhi lui tendit le bras, l’amenant jusqu’à la paume de la demoiselle et l’entraînant avec lui. La mer les attendait impatiemment.



Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

Malika O. Clarsons

Voir le profil de l'utilisateur

Medhi x Road will not be easy ( closed) 1389949488-lika1

▌AVATAR : JK HOTNESS
▌CRÉDITS : Luckyred (moi )
▌PSEUDO : LKD
▌HISTOIRES POSTÉES : 729
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 25/12/2013
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 8239
▌DATE DE NAISSANCE : 26/10/1987
▌MON ÂGE : 31
▌EMPLOI/ÉTUDES : Ancienne hôtesse de l'air, ne peux plus travailler étant atteinte de cécité
▌CÔTÉ COEUR : Mon coeur est à l'isolement pour une durée indéterminée.

Medhi x Road will not be easy ( closed) 1389949491-lika

▌EN CE MOMENT :
Vivre, c'est continuer de naître,parfois je me sens comme un enfant.Qui ne sait pas compter,qui peut tout donner. Partager et aller de l'avantMedhi x Road will not be easy ( closed) Tumblr_mfx4t9RrXx1qcqa3io1_500 J’ai toujours eu besoin de personne dans ma vie, j’ai cherché le moyen de garder du monde autour de moi sans jamais percevoir que je n’étais rien pour ces personnes. Je me méfie à présent et encore plus depuis que je vis constamment dans la pénombre de mon âme. Toi tu es entré dans ma vie et je me méfie, les questions naissent en moi sans jamais trouver la moindre réponse. Comment avancer ? Je dois simplement avancer suivant cette voix qui me guide, la tienne, je ne connais rien d’autre que cette voix rassurante et angoissante à la fois.

▌RPs EN COURS : FERME
Medhi x Try to see it my ...
Hanaé x You will be the clarity of life
Erlina x with a little ... my friend
CaseyxNew place for us two
Lee-lou xLe piège qu'on ne ..
Loméé x Sunday Morning
Spoiler:
 


▌DC : C. Isaak Laokina

Medhi x Road will not be easy ( closed) Empty
MessageSujet: Re: Medhi x Road will not be easy ( closed) Medhi x Road will not be easy ( closed) EmptyVen 27 Déc - 19:41


Road will not be easy



L’insécurité régnait dans ma vie depuis maintenant trois mois, cela m’effrayait.  Je ne savais pas comment combattre la peur qui rongeait mon être à chaque seconde que laissait filer ma vie. Je devais gérer mon mal  comme tout le monde et si j’avais besoin d’aide alors, je devais aller voir un psychiatre ? Voilà le remède que m’avait encore énuméré mon médecin, celui-là je n’avais plus envie de le rencontrer à nouveau surtout pour entendre ce disque rayé qu’il s’était mis en tête de me chanter à chaque rendez-vous.  Je répondais toujours amèrement à  ses questions.  Je le sentais bien qu’il cherchait plus à voir mon état mental que physique et  voir comment se portait la nouvelle non-voyante de cette  petite ville.  Je voudrais encore croire à cette minuscule chance pour moi de voir à nouveau, mais j’étais défaitiste, pourquoi être confiante ? Je préférais me destiner au pire que prévoir montes et merveilles pour être déçu au final. Je fonctionnais ainsi depuis beaucoup d’année et cela n’avait pas causé ma perte tout au contraire j’étais devenue plus forte et certainement très détesté par rapport à ça.  Je devais  arrêter de penser à cet hôpital, à cette odeur que j’avais encore l’impression de pouvoir humer alors que j’étais loin dans la voiture de Medhi en direction de mon appartement.  J’avais besoin de me reposer, je prétextais souvent cette excuse bidon pour éviter le contact avec d’autre personne. Je ne voulais pas affronter le monde extérieur, déjà que parvenir à franchir le seuil de ma porte d’entrée pour me confronter  à ma rue que je connaissais pourtant  merveilleusement me faisait peur, je me voyais mal m’aventurer ailleurs. Sauf si la vue m’était rendue et je m’étais fait une raison cela n’arriverait pas.

J’aurais dû me douter que je n’étais pas à l’endroit que j’avais prévu.  Je n’étais pas chez moi comme je l’avais prié,  j’aurais pu faire attention à ce bruit de gravier écrasé par des roues roulant à une allure raisonnable, mais non, j’avais totalement oublié que la confiance ne devait pas être présente entre Medhi et moi.  Pourquoi donner ma confiance ? On ne donne que cette dernière pour de bonne raison, pourtant quand j’y réfléchissais un peu plus, je devrais lui accorder avec le simple fait que sa présence me rassurait dans mon nouveau monde.  Je ne m’étais jamais demandé ce que ressentais une personne n’ayant pas la possibilité de voir à présent je pouvais comprendre étant moi-même dans cette situation.  Frustrant.  Cela me frustrée, je connaissais la couleur des choses,  la sensation que l’on pouvait avoir en voyant une chose plaisante, que ce soit un homme ou encore une jolie paire de chaussure. L’envie de l’avoir. Cette envie qui m’était indispensable auparavant n’était plus en moi.  Je ne savais même pas la tête ou encore la dégaine de l’homme qui venait de me piéger en m’emmenant me promener sans me demander mon avis.  Je me demandais comment il était, mais à chaque fois que cette question daignait apparaître dans mon esprit une centaine d’autre parvenait à me troubler.   J’en avais une en particulier qui me tracassait, comment  faisaient-elles les personnes atteintes de cécité depuis la naissance ? Elles n’ont jamais rien vu et par conséquent n’ont aucun moyen de savoir comment pouvait être certaine chose. Rouge, vert, bleu. Des couleurs de base qui leurs étaient totalement inconnus.   Des questions j’en avais un tas et je n’arrivais sans doute jamais à trouver  un minimum d’une réponse, alors pourquoi batailler avec mon esprit.  

Je sentais cette brise s’écraser avec douceur sur mon visage, cela m’aurait sans doute fait sourire si l’endroit ne m’était  pas si étranger. Je n’avais aucun moyen mise à part le bruit des vagues s’écrasant sur les rochers pour comprendre où j’étais. J’aurais pu le deviner seule, mais j’étais pétrifiée de cette sorte de trahison que venait de m’offrir le jeune homme.  Je restais immobile demandant où l’on était à  Medhi, je restais contre la voiture alors essayant de me raccrocher à quelque chose, l’impression que j’allais tomber au moindre mouvement venait de m’envahir. J’avais encore la main de Medhi ancrée dans la mienne, alors je la serrais de plus en plus fort . J’étais comme un enfant qu’on venait de lâcher dans un labyrinthe en lui demandant de retrouver son chemin seul. Impossible.  Si je ne  me retenais pas autant, j’aurais pu verser quelques larmes, alors que je sentais mes jambes trembler je grimaçais à la réponse de Medhi, même si ce petit message pour mon médecin arracha un léger sourire à mes lèvres qui disparaissait aussi rapidement qu’il était venu. «  De quel  droit ? Pourquoi  tu te sens obligé de faire ça !  Tu n’avais pas à faire  ça ! »  Je tournais autour du pot alors que je sentais une nouvelle brise caresser avec plus de douceur que la première caresser mon visage.  Comment réagir ? J’avais la vague impression d’être prisonnière et qu’importe mes dires on n’était pas prêt de quitter l’endroit.  Si je me m’étais à courir sans réellement savoir où j’allais pour lui faire comprendre qu’on devait rentrer ? Son idée était mauvaise, mais les miennes actuellement n’était guère meilleures.  Là je paniquais alors que la main de Medhi venait simplement de mettre un terme au contact que nos deux mains entretenaient depuis ma sortie de la voiture. «   Medhi ? »  Je paniquais, ayant  simplement l’impression que mon souffle était manquant, que ma respiration cessait, alors que ce n’était pas le cas.  Sa voix me rassura au moment où il reprit la parole. «   Tu l’as fait simplement pour toi ! Vas te promener, moi tu me laisse dans la voiture bouclé à quatre tours. »  Il ne pouvait pas se plaindre j’aurais simplement pu  lui ordonner de me ramener chez moi et lui dire de repartir ici pour qu’il respire vu qu’il avait la sensation d’étouffer. Moi cette impression je l’avais à cet instant, l’endroit m’était tellement inconnu avec cette chose qui m’était arrivée, que je ne maîtrisais rien.


lkd


Je suis cette fille avec toutes ses humeurs

On passe notre vie entière à s’inquiéter de l’avenir, à faire des projets pour l’avenir, à essayer de prédire l’avenir... Comme si savoir à l’avance pouvait amortir le choc. Mais l’avenir change constamment. L’avenir est le lieu de nos plus grandes peurs, et de nos espoirs les plus fous. Mais une chose est sûre : quand finalement, il se dévoile... l’avenir, n’est jamais comme on l’avait imaginé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Anonymous



Medhi x Road will not be easy ( closed) Empty
MessageSujet: Re: Medhi x Road will not be easy ( closed) Medhi x Road will not be easy ( closed) EmptyLun 30 Déc - 23:53

Road will not be easy
Malika & Medhi

I hear the birds on the summer breeze



Il avait abusé, cela se sentait dans les fluctuations indignées et courroucées de la jeune femme. Elle ne voulait pas être là, elle détestait déjà cet instant qu’ils partageaient avant même d’en avoir esquissé un mouvement ! Le souci, c’est que Malika semblait détester tout et tout le monde. En temps normal, Medhi aurait compris. Aimer un monde invisible semble plus dur encore que d’aimer cet univers détruit et chancelant dans lequel ils vivaient. Pourtant, il avait été engagé par des parents inquiets, des géniteurs blessés dans leur estime que ça soit tombé sur leur progéniture ! De toutes les personnes au monde, c’était tombé sur elle et ça, ça s’appelait l’inévitable. Medhi n’était pas là pour lui tenir la main quand elle traversait la route ! S’il n’avait que ça à faire, autant lui acheter un gentil labrador bien dressé ! Il était là pour la soutenir, l’aider et la réconforter du mieux qu’il le pouvait. Le premier stade était de percer sa carapace, à coup de hache ou de tronçonneuse vu l’épaisseur de la protection en question.

Le terme « obligé » le fit tiquer, arquer un sourcil curieux. Medhi aurait voulu répliquer mais il aurait eu tort, Malika était troublée et elle luttait contre sa propre peur de l’inconnu. Entrer en conflit avec elle à ce moment-là aurait été stupide, autant la laisser déverser sa haine. Après tout, quand le volcan a terminé de cracher sa lave, il s’endort paisiblement n’est-ce pas ? Malika se calmerait, elle aussi. Peut-être quand elle aurait pris conscience que des regards charitables n’étaient pas constamment posés sur elle. Medhi lâcha la paume de la demoiselle, il eut l’impression de relâcher une hirondelle à l’aile blessée. Il l’observerait voler dans les cieux, maladroitement, gauche avec son handicap mais finalement toujours aussi impressionnante. Sa voix sembla apaiser les traits perturbés du visage de la belle. Sans doute avait-elle eu besoin d’un point de repère, ne serait-ce que sonore. Bien sûr, elle l’envoya paître. S’il s’était attendu à mieux, il aurait été extrêmement naïf !

- Tu as raison, je ne l’ai fait que pour moi ! Parce que je suis égoïste et que j’ai décidé qu’aujourd’hui, tu obéirais à mes ordres et que j’arrêterais d’obéir aux tiens. J’en ai marre de t’aider à monter les escaliers ou à aller acheter des médicaments à la pharmacie du coin. Alors aujourd’hui, tu vas lâcher prise et te détendre ! Je suis là. Je suis à côté de toi et je t’abandonnerais pas mais mets-y un peu du tiens !

Medhi reprit sa main, attirant la demoiselle vers lui dans un geste lent et jamais trop brusque. Il avait appris à marcher selon le rythme des pas de la jeune femme, à parler sur un ton qui pouvait l’apaiser, à rire de façon à la détendre. Il s’était adapté à elle, c’était ça aussi son boulot ! Malika avait déjà perdu la vue, imaginez qu’elle soit coincée avec le pire des idiots, faisant de chaque journée une corvée, ça ne serait franchement pas une partie de plaisir. Quoiqu’en cet instant, elle ne devait pas le porter très haut dans son estime personnelle ! Tant pis, Medhi avait envie de tester les limites de la demoiselle, voir si elle était capable de supporter une petite balade ou si elle piquerait une crise monumentale dont l’enfant gâtée qu’elle était avait le secret.

Il était trop gentil avec elle, toujours à accepter les caprices de Madame la Princesse. Toujours à céder quand il pensait tout l’inverse, à écraser ce qu’il pensait être bien pour elle au profit de ce qu’elle désirait. Un jour, l’équilibre précaire devrait être rompu ! Malheureusement, c’était vraisemblablement le jour en question. Medhi s’en voulait, quand il la voyait là à ses côtés, déstabilisée et mécontente mais tout de même en vie, profitant d’un instant différent, d’une minute étrangère à sa ritournelle quotidienne. En tant qu’auxiliaire, il aurait dû la pousser à sortir plus et plus tôt, à affronter ce monde qui l’avait blessée mais qui continuait pourtant à lui réserver des surprises, bonnes et mauvaises. Medhi se disait qu’il avait sans doute été trop long, qu’à présent, ancrée dans son petit confort, elle refuserait le changement et la douleur qu’impliquait celui-ci. Encore une fois, tant pis.

- Maintenant viens, on va aller se balader sur la plage. On ne restera pas longtemps si tu n’en as pas envie, juste quelques instants.

Qu’il l’oblige à sortir était une chose, qu’il lui fasse redécouvrir certaines sensations agréables aussi mais qu’il l’oblige à rester dans un endroit qu’elle n’aimait pas, c’était l’inverse de ce qu’il voulait. Malika devait se sentir en confiance avec lui et il avait beaucoup bossé là-dessus en répondant à ses caprices de gamine de la haute société ! S’il se permettait un petit écart de conduite aujourd’hui, il ne changerait pas pour autant totalement de vision des choses. Le but était simplement de lui redonner l’envie de sortir, de sentir le vent glisser sur sa peau, dans ses cheveux et sous ses vêtements. Il avait aussi prévu de lui faire sentir le sable sur ses pieds et l’eau, venant se glisser jusqu’à ses orteils et rafraîchissant la température de son corps d’un seul coup. Mais ensuite, si cela déplaisait à Malika, ils repartiraient. Ils retourneraient dans le cocon habituel, avec cette soif insatiable de banalité.

- On vient d’arriver sur le sable mais avec tes chaussures, tu ne sentiras rien. Tu permets que je m’en occupe ?

Medhi lâcha la main de la demoiselle à nouveau, ils ne marchaient plus et elle pouvait sentir la présence du jeune homme à ses côtés. Le tout était de la familiariser à nouveau avec un environnement agréable ! Pour sa part, il ôta ses propres chaussures et ne put s’empêcher de sourire en sentant les grains de sable sous ses pieds. C’était une sensation agréable, différente du quotidien et c’est précisément ce qu’il recherchait ! Malika, bien que plus têtue que n’importe qui d’autre, ne pouvait gâcher ce moment ... ça aurait été beaucoup trop dommage !


Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

Malika O. Clarsons

Voir le profil de l'utilisateur

Medhi x Road will not be easy ( closed) 1389949488-lika1

▌AVATAR : JK HOTNESS
▌CRÉDITS : Luckyred (moi )
▌PSEUDO : LKD
▌HISTOIRES POSTÉES : 729
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 25/12/2013
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 8239
▌DATE DE NAISSANCE : 26/10/1987
▌MON ÂGE : 31
▌EMPLOI/ÉTUDES : Ancienne hôtesse de l'air, ne peux plus travailler étant atteinte de cécité
▌CÔTÉ COEUR : Mon coeur est à l'isolement pour une durée indéterminée.

Medhi x Road will not be easy ( closed) 1389949491-lika

▌EN CE MOMENT :
Vivre, c'est continuer de naître,parfois je me sens comme un enfant.Qui ne sait pas compter,qui peut tout donner. Partager et aller de l'avantMedhi x Road will not be easy ( closed) Tumblr_mfx4t9RrXx1qcqa3io1_500 J’ai toujours eu besoin de personne dans ma vie, j’ai cherché le moyen de garder du monde autour de moi sans jamais percevoir que je n’étais rien pour ces personnes. Je me méfie à présent et encore plus depuis que je vis constamment dans la pénombre de mon âme. Toi tu es entré dans ma vie et je me méfie, les questions naissent en moi sans jamais trouver la moindre réponse. Comment avancer ? Je dois simplement avancer suivant cette voix qui me guide, la tienne, je ne connais rien d’autre que cette voix rassurante et angoissante à la fois.

▌RPs EN COURS : FERME
Medhi x Try to see it my ...
Hanaé x You will be the clarity of life
Erlina x with a little ... my friend
CaseyxNew place for us two
Lee-lou xLe piège qu'on ne ..
Loméé x Sunday Morning
Spoiler:
 


▌DC : C. Isaak Laokina

Medhi x Road will not be easy ( closed) Empty
MessageSujet: Re: Medhi x Road will not be easy ( closed) Medhi x Road will not be easy ( closed) EmptyMar 31 Déc - 1:11


Road will not be easy



Le phare.  Je n’avais pas prévu ça et j’étais déconcertée. Hurler,  l’insulter, supplier pour rentrer j’aurais pu agir ainsi, mais mon visage  annonçait  la couleur avec cette grimace qui était certainement aussi convaincante  que toutes ces  autres façons dont j’aurais pu user pour faire comprendre à Medhi mon mécontentement.  J’étais blessée, comme ci  par ce choix il venait de me trahir, comment aurait-il pu alors que je gardais ma confiance loin de cet homme ? J’étais simplement écœurée par le monde qui se tenait autour de moi, mon désir le plus cher à cet instant était de me retrouver enfermé dans une boite. J’aurais été protégée, j’aurais pu  écouter le monde se défouler, avancer comme si je n’étais pas là, ne risquant à aucun moment de souffrir.  Mais, cela était trop demander.  Mes parents, mes soit disant amis tout le monde était contre moi. Je devais avancer, j’en étais consciente pourtant on me faisait avancer à une vitesse bien trop rapide pour moi. Je ne tenais pas la cadence de toute cette folie qui avait envahi ma vie.  La perte de ma vue était la pire chose qui pouvait m’arrivait même si cela m’avait réellement fait ouvrir les yeux sur ce monde que j’avais façonné par mon comportement de petite peste pour ne jamais être seule.  J’agissais par dépit,  fuir le contact des autres seulement supporter celui de Medhi. J’étais bien ainsi lui devait me détestait ou autre malgré son comportement qui donnait le change.   Mais garder son travail était peut être important au point de supporter la personne que j’étais ? Enfin, je désirais qu’une chose me recroqueviller sur moi-même et laisser le monde tourner sans moi.

Ma main se tenait toujours dans celle de Medhi s’était réconfortant, j’étais perdue dans cet endroit qu’était le phare, je l’avais pourtant souvent courtisé dans mes moments de folies avec mes amies. Sauter de la falaise, m’amuser et rire aux éclats.  Tous ces souvenirs qui venaient de m’envahir étaient malsains, me laissant prendre conscience à nouveau que tout cela n’était plus dans mes capacités.  J’aimais cet endroit et la façon dont le jeune homme  avait décrit son amour pour ce dernier me serra le cœur. Je revivais souvent mes souvenirs et j’avais quelques trous dans ces derniers  les couleurs s’estompait devenant à mon coup de plus en plus sombre, comme-ci mon handicap allait finir par déborder sur ces songes et souvenirs qui m’étaient cher. Je venais d’attaquer Medhi espérant qu’il me laisse rentrer dans la voiture pour échapper à cette réalité qui me peinait. Sa main s’éloigna  de la mienne et ma réaction fût horrible comme un déchirement pour moi, je devais l’appeler à l’aide. Me montrer faible, je prenais cher, mais  je ne savais où j’étais.  Au phare, mais l’endroit était si vaste à vrai dire. J’aurais pu me tenir à quelque centimètre de la mer ou à cent que je n’en aurais jamais rien su.  Je paniquais testant de ne rien montrer, laissant paraître un visage stoïque et sans émotion jusqu’à entendre sa voix qui  me réconforter avec aisance.  Ma bouche remuait  pour m’aider à retenir mes larmes, il avait horreur de m’aider alors pourquoi était-il ici ? L’argent comme bien d’autre. J’étais idiote et j’avais raison à la fois, malheureusement j’aurais voulu me tromper sur lui.  Cet homme sur qui je ne connaissais rien mise à part son dévouement pour moi et cette voix avec qui je vivais chaque jour.  Il venait de me dire quelque vérité chose que personne n’osait faire. « Je n’ai pas à t’obéir.  Tu m’en demande trop ... »  Ma voix  tremblait alors que je me retenais de craquer. Je soufflais récupérant mes esprits tranquillement avant de reprendre d’une voix plus posée et sûre.  « Je n'y arriverais pas. Je ne peux pas faire ça lâché prise, je n’ai aucun repère sauf  toi, mais je voudrais réellement te faire confiance. »  Je pinçais ma lèvre entre mes dents, ne voulant sentir que cette douleur provoqué par moi-même. Je n’aimais pas celle que venait de réveillait Medhi avec ces mots, cette confrontation qui ne rimait à rien.  

Je me sentais blessée tout en me sentant en sécurité lorsque la main de Medhi venait récupérer la mienne. Je n’avais pas prévu de me retrouver à faire quelques pas, pourtant je suivais cette cadence parfaite que venait d’imposer le jeune homme. Je marchais à ce rythme qui était étrangement le mien, celui qui me laissait prendre doucement, mais surement quelques repères.  Mon palpitant n’était  pas régulier, j’entendais résonner les battements de mon cœur dans ma tête, j’avais fait abstraction du reste : tous ces bruits qui me ramenaient à l’endroit où je me trouvais.   Je laissais la main qui avait pris possession de la mienne me guider, la boule énorme s’étant formé dans mon estomac me donnait des hauts de cœur.  Mes paupières venaient de se fermer lorsqu’une bourrasque de vent me frôla, la peur m’avait légèrement envahi laissant ma main serrer celle de Medhi pour la calmer. Elle avait presque disparu restant dans un coin de ma tête.  Allez sur la plage, voilà le programme qu’avait en tête Medhi.  Je  ne répondais pas à sa recommandation, laissant juste un faux sourire se peindre sur le bout de mes lèvres pour aussitôt disparaître.  Je me concentrais sentant  quelques fois des choses dures sous la semelle de mes chaussures.  Je n’étais pas paniquée pour ces choses dures, je me disais simplement que c’était des coquillages que j’écrasais à chacun de mes pas.

J’avais eu raison, nous étions bien sur la plage aux dires de Medhi.  Il était rassurant, j’allais donc simplement devoir le laisser gérer sans rien dire ? J’avais du mal avec ça.  «  D’accord. » Ma réponse était courte et peu sûre,  la peur était ancrée en moi et je doutais qu’un jour elle daigne s’en aller.  Sa main n’était plus dans la mienne, je restais plantée  là  bougeant doucement la tête en me laissant bercer par les brises de vent passant par là. Mon cœur s’était calmé alors que ma seconde main caressait la première tentant de me rassurer moi-même, alors que j’affrontais ce monde redoutable.  Le calme était revenu, me laissant comme à l’aise, je sentais le jeune homme à mes côtés son corps encore collé à l’une de mes jambes, jusqu’à sentir sa main soulever mon pied pour me ôter une chaussure.   Il lâcha mon pied le déposant dans le sable humide, mes doigts se recroquevillaient pour échapper à la fraicheur de cet élément naturel. Un petit sourire venait de s’imposer sur mon visage  à cette sensation venant d’envahir mon corps, des souvenirs d’enfance remontaient lentement à  mon esprit revoyant   ma première fois sur la plage .  J’avais l’impression de revivre la même chose, mais différemment. Mon second  pied rejoignit l’autre peu de temps après laissant une grimace se mélanger avec mon sourire, ne sachant comme expliquer mon ressentit sur ce que je vivais actuellement.



lkd


Je suis cette fille avec toutes ses humeurs

On passe notre vie entière à s’inquiéter de l’avenir, à faire des projets pour l’avenir, à essayer de prédire l’avenir... Comme si savoir à l’avance pouvait amortir le choc. Mais l’avenir change constamment. L’avenir est le lieu de nos plus grandes peurs, et de nos espoirs les plus fous. Mais une chose est sûre : quand finalement, il se dévoile... l’avenir, n’est jamais comme on l’avait imaginé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Anonymous



Medhi x Road will not be easy ( closed) Empty
MessageSujet: Re: Medhi x Road will not be easy ( closed) Medhi x Road will not be easy ( closed) EmptySam 4 Jan - 16:51

Road will not be easy
Malika & Medhi

I hear the birds on the summer breeze



C’était un traquenard, il fallait bien dire les choses. Medhi l’avait piégée et elle ne pouvait pas vraiment opposer de résistance. Enfin si, elle pouvait compte tenu du fait que si la demoiselle refusait catégoriquement de bouger, il plierait à sa volonté. Le jeune homme était là en tant qu’auxiliaire, en tant qu’aide pour la demoiselle pas en tant que tortionnaire. Elle lui lâcha deux phrases qui le firent sourire. Tout d’abord, elle lui énonça une vérité : elle n’était contrainte en rien à céder à ses ordres. En effet, Medhi n’avait aucun pouvoir sur elle et il n’en aurait probablement jamais ! Si tant est que quelqu’un sur cette Terre ait un jour un quelconque pouvoir sur Malika ! Ensuite, et c’est là qu’elle se trompait lourdement, elle estimait qu’il en attendait trop d’elle. Selon lui, elle se sous-estimait grandement ! Faire une balade sur la plage enjoliverait n’importe quel monde, même un invisible fait d’obscurité opaque.

Accorder sa confiance, c’est un problème intemporel. Quand on accepte de faire confiance à quelqu’un, on s’expose à de gros risques. Medhi en avait fait les frais, comme à peu près tout le monde au moins une fois dans sa vie ! Il s’était laissé embarquer dans une histoire d’amour un peu trop belle pour être vraie. Résultat, il avait été trompé par la femme qu’il aimait et toutes ses certitudes s’étaient écroulées. Mais au bout d’un moment, il s’était repris en main ! S’écraser n’était pas dans ses habitudes, se laisser étouffer sous la culpabilité et l’impression d’être inférieur, ce n’était pas lui. Medhi avait donc fait tout ce qui était en son pouvoir pour se redresser et aujourd’hui, il voulait partager cette expérience avec Malika. Parce qu’elle le méritait, malgré son caractère de cochon et ses remarques acerbes. Elle était bien plus humaine et agréable qu’elle ne le laissait paraître.

- Tu y arriveras ! Parce que je commence à te connaître et que si je suis certain d’une chose, c’est que tu es une sacrée battante ! Toi et moi, on forme une équipe maintenant et la confiance viendra d’elle-même !

La main de Medhi retrouva celle de Malika, s’il pouvait la sécuriser, elle aussi participait à l’apaiser. Autant le jeune homme participait à l’ouverture de la demoiselle sur son nouveau monde autant elle, elle lui faisait réaliser beaucoup de choses à son tour. Malika, dans sa spontanéité et son tempérament enflammé habituel, partageait avec Medhi une bonne partie de ses découvertes. Comme en cet instant où il la menait jusqu’à la plage. La belle se laissait guider, pour une fois sans protester, et semblait presque apprécier ce moment. Medhi apprenait peu à peu à décoder les odeurs, les sensations autour de lui. À l’image de Malika, il se surprenait souvent à tenter de se mettre à sa place, de différencier les senteurs et les saveurs. Là, face à la mer assez calme en ce jour d’hiver, le sel piquait légèrement les narines et la musique maritime jouait toute proche des oreilles de l’étrange duo.

Avec la permission de la demoiselle, il lui lâcha la main et l’aida à ôter ses chaussures. Medhi était toujours surpris de la retrouver si vulnérable, par instants, comme si face à la difficulté, elle s’apaisait totalement. C’était beau à regarder. Quand il eut déposé les pieds nus de la jeune femme sur le sable, il s’occupa de ses propres chaussures et glissa ses chaussettes dans celle-ci pour pouvoir se balader sur le sable humide. La sensation des grains qui glisse sous la peau était reconnaissable parmi toutes les autres ! C’était agréable, selon lui. Ça lui rappelait les vacances, la chaleur de l’été même si la brise fraîche leur fouettait le visage actuellement. Sa main se glissa dans celle de la jeune femme et il la fit marcher vers l’avant, leurs pieds s’enfonçant dans du sable plus humidifié et plus moelleux à chaque pas.

- Attention ...

Il avait dit ça en riant, comme si quelque chose s’apprêtait à arriver. Quelque chose d’inoffensif cependant car Medhi ne semblait ni bouger ni protéger la demoiselle comme il l’aurait fait s’il y avait eu une quelconque menace. Non, en vérité, il leur fallut cinq secondes de plus pour découvrir la surprise. L’eau déferla sur leurs pieds, aussi froide que l’hiver lui-même. Sur la plage, il y avait quelques silhouettes au loin mais aucunes ne s’approchait de l’eau ! Il faisait beaucoup trop froid pour tremper les pieds. Pourtant Medhi avait envie de rappeler à Malika le souvenir de la baignade inattendue comme quand on tombe dans la piscine par accident et qu’on se met à rire parce que finalement, c’est un super moment.

- Maintenant, tu peux regretter de m’avoir laissé t’emmener jusqu’ici !!

Cette fois, il explosa de rire et frissonna car une nouvelle lèche de la mer vint les agresser. Le jeune homme ne pouvait s’empêcher d’en rire, Malika allait le tuer ! Et c’était sans doute encore plus drôle grâce à ça ...


Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

Malika O. Clarsons

Voir le profil de l'utilisateur

Medhi x Road will not be easy ( closed) 1389949488-lika1

▌AVATAR : JK HOTNESS
▌CRÉDITS : Luckyred (moi )
▌PSEUDO : LKD
▌HISTOIRES POSTÉES : 729
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 25/12/2013
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 8239
▌DATE DE NAISSANCE : 26/10/1987
▌MON ÂGE : 31
▌EMPLOI/ÉTUDES : Ancienne hôtesse de l'air, ne peux plus travailler étant atteinte de cécité
▌CÔTÉ COEUR : Mon coeur est à l'isolement pour une durée indéterminée.

Medhi x Road will not be easy ( closed) 1389949491-lika

▌EN CE MOMENT :
Vivre, c'est continuer de naître,parfois je me sens comme un enfant.Qui ne sait pas compter,qui peut tout donner. Partager et aller de l'avantMedhi x Road will not be easy ( closed) Tumblr_mfx4t9RrXx1qcqa3io1_500 J’ai toujours eu besoin de personne dans ma vie, j’ai cherché le moyen de garder du monde autour de moi sans jamais percevoir que je n’étais rien pour ces personnes. Je me méfie à présent et encore plus depuis que je vis constamment dans la pénombre de mon âme. Toi tu es entré dans ma vie et je me méfie, les questions naissent en moi sans jamais trouver la moindre réponse. Comment avancer ? Je dois simplement avancer suivant cette voix qui me guide, la tienne, je ne connais rien d’autre que cette voix rassurante et angoissante à la fois.

▌RPs EN COURS : FERME
Medhi x Try to see it my ...
Hanaé x You will be the clarity of life
Erlina x with a little ... my friend
CaseyxNew place for us two
Lee-lou xLe piège qu'on ne ..
Loméé x Sunday Morning
Spoiler:
 


▌DC : C. Isaak Laokina

Medhi x Road will not be easy ( closed) Empty
MessageSujet: Re: Medhi x Road will not be easy ( closed) Medhi x Road will not be easy ( closed) EmptySam 4 Jan - 19:08


Road will not be easy


La perspective de ce piège où m’avait enfermé Medhi m’effrayait.  Ma cécité  n’était pas la seule des peurs qui avaient élue domicile  en moi, je pouvais souligner la peur de l’inconnu par exemple, mais  à cet instant elle était très mal placé.  Je connaissais cette ville comme ma poche, j’y avais vécu des choses extraordinaire que ce soit des moments de joie ou encore des moments de peine à m’en arracher le cœur.  Pourtant, j’avais la sensation d’être une simple étrangère dans cette ville qui m’avait vu grandir, m’épanouir tout en étant blessée.  J’étais encore plus blessée qu’auparavant, les rancœurs d’autrefois étaient toujours là à remuer le couteau dans la plaie, alors que je devais me reconstruire, comme si je venais de naître. J’apprenais au fur et à mesure du temps que la plupart des personnes m’étant proche n’était plus là pour moi. Cet handicap avec lequel je vivais n’y était pour rien, j’étais prête à  parier dessus,  en réalité ces personnes n’avaient jamais pensé mettre de réels amis.

J’étais tombée de haut, je ne pensais pas être capable de tomber plus bas, pourtant je m’étais trompée. Je devais reprendre tout depuis le début essayant sans doute de ne pas faire les mêmes erreurs ?   Ne pas accorder ma confiance était l’un des moyens que j’avais élaboré dans ma petite tête pour ne pas finir blessée. C’était encore plus frustrant de ne pouvoir voir les personnes me parlant, savoir réellement ce qu’il pensait, pour moi le regard était un livre ouvert sur l’âme des personnes me parlant.  Certains humains parvenaient à en jouer et d’autre était de piètre menteur à qui on pouvait deviner leurs penser les plus intimes.   J’étais loin d’être une hypocrite sans doute ce qui valait ma perte avec ce côté garce qui n’était réellement présent que pour me défendre des coups que m’imposait la vie. Je me retrouvais là stoïque, perdue comme une enfant qui était au beau milieu d’une foule imposante et étouffante ne pouvant trouver de l’aide auprès de la seule personne qui venait de me piéger. J’allais fatalement céder, pourquoi pas, mais  si tout ça se passait mal il risquait de le savoir d’une manière peu agréable.

J’eus un petit rire qui s’échappa d’entre mes lèvres, c’était assez moqueur par peur de faire tomber cette carapace qui me gardait en sécurité. En réalité, les paroles de Medhi avait effleurait de prés ma coquille, j’étais touchée et je n’aimais réellement pas ça. Au lieu de lui faire plaisir, je préférais rire et me moquer tout en restant sympathique, bizarrement je me retenais assez avec lui sans vouloir le blesser.  «   Tu dis ça juste pour faire plaisir.   Je n’y arriverais pas, car je n’en ai pas réellement envie. » J’aurais pu y arriver après tout il n’avait sans doute pas tort, mais réussir me donnerait des raisons de sortir de chez moi et je me sentais loin d’être prête à faire ce genre de chose. «  Une équipe... si on résume je suis l’aveugle et toi le chien qui me guide ? »  Je  grimaçais, je n’étais pas sympa, mais il m’avait tout de même un minimum cherché en m’emmenant dans cet endroit sans même me prévenir.  Un moment de panique qui m’était soulagée par la main de Medhi se logeant à nouveau dans la mienne, je pouvais souffler à présent. Il restait lui malgré mes remarques désobligeante parfois espérant qu’il me montrait  son vrai lui pas comme toutes ces personnes que j’avais eu la malchance de croiser. A défaut de pouvoir observer la vue magnifique que pouvait offrir le phare et la plage dans mes souvenirs, je me laissais bercer par la musique des vagues se brisant contre les rochers alors que les brises douce ne se faisaient pas prier pour caresser mon visage laissant quelques frissons  passer par la même occasion.

Je fus immobile le temps qu’il m’ôtait mes chaussures restant à  l’écoute de ce dernier. J’essayais de percevoir par mes autres sens ce qu’il faisait, c’était encore assez confus pour moi. Le médecin m’avait dit que me laissait guider per mes autres sens était une idée sublime, mais je n’y parvenais pas encore, peut être qu’un jour j’y arriverais, mais je devais digérer le fait d’en avoir perdu un et sans doute le plus important de tous. Un pied après l’autre se retrouvaient à sentir le sable humide et froid. Je pinçais mes lèvres entres elles en laissant mes doigts s’enfoncer dans le sable esquissant à cet événement un léger sourire sur mon visage. Je ne savais pas comment le jeune homme me faisait marcher en direction de quel horizon j’allais : celui  de la mer ou bien vers l’étendue de sable ? Je n’avais pas d’autre choix que me laissais faire. Je marchais à mon rythme, c’était Medhi qui avait copié le mien sans doute pour me mettre à l’aise. A chaque pas la sensation était toujours plus douce et enivrante, la boule de peur qui s’était formé au creux de mon estomac se dissipait de plus en plus. Je me sentais en confiance et bien jusqu’à entendre ce satanait mot que lâcha Medhi. Je restais immobile m’attendant au pire, qu’allait-il m’arriver ? Le noir m’énervait au plus haut point. J’étais comme un chat éblouis par la lumière des phares attendant d’être écrasé ou non par la voiture. Ce silence qui régnait ne m’avait pas dérangé jusqu’à ce mot sorti de la bouche du jeune homme, alors je brisais à nouveau ce calme. « Medhi !? »  Pas de réponse puis je sentais  de l’eau ? Je n’en étais pas sûre sur mes pieds. Je souriais bêtement ayant eu simplement l’impression d’être monté sur une balançoire en me balançant de haut en bas à une vitesse rapide.  J’appréciais la sensation laissant un rire de plaisir s’extirper de mes lèvres. J’entendais le jeune homme rire jusqu’à me lâcher une réplique m’autorisant à me plaindre et à l’engueuler de m’avoir piégé de cette façon, mais au lieu de ça je me mis à rire un peu plus.  Son rire devait être communicatif sans même le voir, juste l’entendre, je finissais par poser ma main contre mes lèvres pour m’empêcher de rire. J’étais tellement déconcentré qu’une nouvelle vague venait caresser mes pieds ce qui me fit sursauter, je me retrouvais  sur le sable à rire comme une idiote.  «  Je pense que ça ne marcherait pas si je me mets à crier ? »  Je faisais la moue en mordant délicatement ma lèvre inférieure.



lkd


Je suis cette fille avec toutes ses humeurs

On passe notre vie entière à s’inquiéter de l’avenir, à faire des projets pour l’avenir, à essayer de prédire l’avenir... Comme si savoir à l’avance pouvait amortir le choc. Mais l’avenir change constamment. L’avenir est le lieu de nos plus grandes peurs, et de nos espoirs les plus fous. Mais une chose est sûre : quand finalement, il se dévoile... l’avenir, n’est jamais comme on l’avait imaginé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Anonymous



Medhi x Road will not be easy ( closed) Empty
MessageSujet: Re: Medhi x Road will not be easy ( closed) Medhi x Road will not be easy ( closed) EmptyMer 8 Jan - 21:34

Road will not be easy
Malika & Medhi

I hear the birds on the summer breeze



Entendre le rire moqueur de Malika lui donna envie de soupirer. Sa patience était comme des grains de sable dans un sablier, continuant à s’écouler inlassablement. Pourtant, l’attitude moqueuse parfois limite mesquine de la demoiselle le blasait. Medhi devait sans cesse replacer les choses dans leur contexte pour se maîtriser, s’empêcher d’abandonner tout effort. Il aimait bien Malika, vraiment, c’était une fille sympa sous ses airs de princesse en carton. Seulement, il était extrêmement impulsif ! Si bien qu’il pouvait décider de tout ou de rien en une seconde. Parfois, l’envie de planter Malika sur place et de se barrer le submergeait. Bien sûr, il ne le ferait jamais. Par contre, arriverait un moment où tout le sable se serait écoulé et où des vérités se perdraient. En attendant, Medhi prenait sur lui pour ne rien répondre de méchant à la demoiselle.

- Si tu n’en as pas envie alors oui, on a un problème.

Il avait laissé glisser ça, sans accorder beaucoup d’importance à ses propres paroles. Malika lui sortait en face-à-face qu’elle n’avait pas envie de faire des progrès, qu’elle ne tenait pas particulièrement à ce qu’il s’efforçait de construire avec elle. Medhi avait un peu de mal à l’avaler. Sa remarque suivante ne fit qu’ajouter un peu d’huile sur le feu. Elle le prenait pour un chien maintenant ? Alors après les moqueries, ça serait carrément l’impolitesse limite la vulgarité. Le jeune homme arqua un sourcil, n’appréciant pas du tout les mots de la belle.

- N’oublie pas que sans son chien, l’aveugle se retrouve grave dans la merde ...

La petite menace sous-entendue le fit rire, Medhi n’abandonnerait jamais Malika, ça serait totalement débile et irresponsable ! Mais elle n’avait pas volé une frayeur passagère, il était partant pour l’aider à se rétablir mais pas pour jouer au punching-ball. Sa main alla se loger dans celle de la demoiselle, il l’emmena tout de même avec lui, repoussant dans un coin de sa tête les adorables compliments que venait de lui faire Malika. Plus la plage se rapprochait, plus sa bonne humeur revenait. Medhi avait eu besoin d’une pause, d’un temps mort pour prendre du recul mentalement par rapport au comportement de son interlocutrice. Quand il l’aida à se déchausser, toute rancœur était désormais mise de côté.

Quand ils furent tout proche de l’eau, un seul pas les séparant de l’étendue aquatique, Medhi sema le trouble involontairement dans l’esprit de la jeune femme. Malika paraissait désemparée, elle était seule face à l’obscurité et à un élément extérieur qui s’apprêtait à débarquer. Lui, il se contentait de rester à proximité, souriant à présent tout en se délectant de l’instant quand l’eau toucha enfin leur peau. Le baiser de la mer leur givra les pieds, créant des frissons le long de leur corps, hérissant leurs poils sur les bras. Medhi put alors ajouter une nouvelle touche musicale, totalement inédite, à la mélodie de l’eau : le rire de Malika. Ce son était rarissime ces derniers temps, porté disparu depuis un moment, tous les proches de la belle le traquait en vain. Medhi était doublement plus satisfait à présent, riant avec elle. Dans sa précipitation, elle fit quelques mouvements trop soudains et se retrouva à même le sable.

- Non ! Ne crie pas, je préfère t’entendre rire !

Il s’approcha pour aider la demoiselle à se redresser, ses pieds traversèrent l’eau en créant des éclaboussures glacées. Medhi grimaça, chaque fois que sa peau quittait le liquide et entrait en contact avec l’air, il gelait un peu plus. Il rejoignit Malika et lui prit la main pour la remettre sur ses deux pieds. Son visage exprimait des expressions différentes, complètement nouvelles. Ça faisait un bien fou de la voir presque heureuse ! Medhi avait failli désespérer en ne voyant que des mines boudeuses, tristes ou blasées sur son visage de poupée désillusionnée. Une nouvelle vague vint agresser les mollets de Medhi qui frissonna à nouveau, il prit les mains de la demoiselle et l’attira avec lui un peu plus loin. Mieux valait s’échapper avant que cet ennemi bien plus puissant ne finisse par les mettre K.O.

- Si tu tombes malade, ça sera pas de ma faute !

Il avait toujours la main de Malika dans la sienne, l’emmenant à présent plus sur la plage et sur le sable. Medhi se baissa lentement pour que la jeune femme comprenne qu’ils allaient prendre place sur les grains de sable quelques instants. Pas besoin de courir tout de suite à la voiture pour rentrer ! Un peu de vent sur le visage, les bruits marins, l’ambiance d’une après-midi hivernale, tout était propice à un instant privilégié. Le jeune homme espérait que tout ça permettrait à Malika de réaliser ce qui l’attendait dehors, loin de son cocon bien douillet.

- Tu m’as dit que t’avais pas envie de faire d’efforts, tout à l’heure. Je trouve ça dommage, j’aime bien passer du temps avec toi ! Derrière ta carapace de petite princesse des garces, t’es plus gentille que tu voudrais le laisser paraître ! Si tu me filais un tout petit coup de main pour faire de ta vie quelque chose de mieux, je suis sûr qu’on arriverait à un résultat de fou !

Medhi avait senti que c’était le bon moment d’en parler. Il se garderait bien de révéler à la jeune femme que ses propos l’avaient blessé et qu’à chaque fois qu’elle lui lançait une pique, sa motivation en prenait un coup. Pourtant, il parvenait à trouver le courage de continuer parce qu’elle l’intriguait et qu’il s’était sincèrement attaché à elle. Elle toute entière, avec son caractère de cochon parfois et son côté plus doux à d’autres moments. Medhi finit par ébouriffer les cheveux de la demoiselle comme on le ferait à un enfant, sachant que ça l’énerverait.

- Ça te dit de manger au resto ce soir ? Je t’invite si t’arrête de bouder pendant une semaine, au moins !

Il se laissa lentement glisser sur le dos, s’étendant de tout son long sur le sable de la plage et posant une main sous la tête. C’était reposant et en même temps, agréable. Des moments simples comme ceux-ci étaient rares avec Malika, autant en profiter.


Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

Malika O. Clarsons

Voir le profil de l'utilisateur

Medhi x Road will not be easy ( closed) 1389949488-lika1

▌AVATAR : JK HOTNESS
▌CRÉDITS : Luckyred (moi )
▌PSEUDO : LKD
▌HISTOIRES POSTÉES : 729
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 25/12/2013
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 8239
▌DATE DE NAISSANCE : 26/10/1987
▌MON ÂGE : 31
▌EMPLOI/ÉTUDES : Ancienne hôtesse de l'air, ne peux plus travailler étant atteinte de cécité
▌CÔTÉ COEUR : Mon coeur est à l'isolement pour une durée indéterminée.

Medhi x Road will not be easy ( closed) 1389949491-lika

▌EN CE MOMENT :
Vivre, c'est continuer de naître,parfois je me sens comme un enfant.Qui ne sait pas compter,qui peut tout donner. Partager et aller de l'avantMedhi x Road will not be easy ( closed) Tumblr_mfx4t9RrXx1qcqa3io1_500 J’ai toujours eu besoin de personne dans ma vie, j’ai cherché le moyen de garder du monde autour de moi sans jamais percevoir que je n’étais rien pour ces personnes. Je me méfie à présent et encore plus depuis que je vis constamment dans la pénombre de mon âme. Toi tu es entré dans ma vie et je me méfie, les questions naissent en moi sans jamais trouver la moindre réponse. Comment avancer ? Je dois simplement avancer suivant cette voix qui me guide, la tienne, je ne connais rien d’autre que cette voix rassurante et angoissante à la fois.

▌RPs EN COURS : FERME
Medhi x Try to see it my ...
Hanaé x You will be the clarity of life
Erlina x with a little ... my friend
CaseyxNew place for us two
Lee-lou xLe piège qu'on ne ..
Loméé x Sunday Morning
Spoiler:
 


▌DC : C. Isaak Laokina

Medhi x Road will not be easy ( closed) Empty
MessageSujet: Re: Medhi x Road will not be easy ( closed) Medhi x Road will not be easy ( closed) EmptyVen 10 Jan - 16:06


Road will not be easy




Les mots de Medhi étaient comme des coups de pioche qu’on donnait à ma carapace que je m’étais façonnée au fur et à mesure des années. Le seul moyen pour moi de rester en sécurité, garder mes émotions, mes blessures enfouis en moi, pour ne pas tomber dans les profondeurs de la tristesse. Je n’avais pas envie de m’ouvrir et encore moins l’intention de donner ma confiance trop souvent bafouées par des personnes en qui je n’aurais sans doute jamais doutés auparavant. Je ne pouvais plus nier à présent que ma vie d’avant était un mensonge qui était devenu un couteau planté dans mon cœur. J’avais mal en pensant à toutes ses personnes prétendants être mes amis, alors que c’était loin d’être le cas. Alors, au lieu de laisser voir à Medhi ce que je pouvais réellement penser de son discourt, qui effleura à plusieurs reprise ma coquille, je finissais par lui faire regretter ses mots, du moins je l’espérais. Je ne pouvais pas en être sûre, n’étant pas dans son esprit. « J’étais sûre que tu serais d’accord avec moi » Je souriais faussement avant de pincer mes lèvres entres elles. Je n’avais pas envie de le vexer, mais c’était la seule solution qui me venait à l’esprit pour ne pas craquer, pour ne pas faire exploser cette sécurité qui m’entourait, je l’aimais cette sureté qui me suivait depuis maintenant beaucoup d’année. J’eus un petit rire toujours moqueur, mais cette fois sans me forcer, en même temps, il m’avait répondu et forcément il m’obligeait à répondre. Ma réponse cette fois allait être beaucoup moins forcée, il fallait avouer qu’il avait su appuyer là où ça risquait de me toucher. « Malheureusement pour le chien il n’est pas le seul, il y en a plein d’autre de toutou dans la vie. » Je fronçais les sourcils, peu fière à vrai dire de ma réplique. Ma vie sans Medhi ne serait sans doute pas la même et à force de trop taper dessus j’allais l’éloigner de moi et de son métier au risque de voir quelqu’un débarquer dans ma vie dans laquelle je tentais de mettre de l’ordre. J’avais des remords chose si rare chez moi, le pire dans tout ça c’est que je ne pouvais point lire les réactions réelles du jeune homme en observant son visage. La cécité changeait tout, on m’avait dit que mon ouïe serait en faire autant, mais j’avais beaucoup de mal à percevoir les émotions dans la voix de Medhi.

Plaisant et angoissant. Je me retrouvais face à l’eau, je ne pensais pas que Medhi m’aurait laissé dans un réel danger jusqu’à présent et pourtant à son mot, j’avais pris l’alerte de me méfier de ce qui allait pouvoir m’arriver. Je ne m’étais certainement pas attendu à avoir les pieds dans l’eau pourtant cela pouvait paraître logique, car le sable me paraissait plus mouillé qu’au début, mais je n’en étais pas sûr. L’eau était froide et mon corps frissonnait laissant mes poils se hérisser sur mes bras. Je venais de reculer pour ne pas prendre une seconde vague sur les pieds, mais malchanceuse, mes pieds s’embrouillèrent entre eux, me laissant les fesses dans l’eau. Impossible de me retenir de rire, mon petit éclat de rire fût léger jusqu’à entendre Medhi rire lui aussi. Son hilarité m’avait sans doute submergeait me laissant encore plus l’envie d’en faire autant. Je riais de bon cœur demandant peu de temps après si une crise serait correct et si elle serait cru, mais peu de chance au dire de Medhi. « Quoi, t’aime pas mes cris ? Je pensais pourtant que tu en raffolais moi. » Je lâchais un nouveau petit rire plus contrôlée que les précédents. Mon visage était resté marqué par mon sourire, ce dernier n’arrivant pas à disparaître, sans doute que l’humeur et l’état dans lequel je me tenais n’y était pas pour rien. J’étais bien, je ne bougeais pas de l’eau jusqu’à sentir les mains de Medhi m’aider à me relever, je regrettais amèrement le geste de ce dernier. Au vu de la froideur du vent qui venait de passer sur mes jambes et mon derrière, je venais de frissonner de froid. Je finissais par suivre Medhi au loin, je ne pouvais plus sentir les houles de la mer mourir à mes pieds.

Je m’installais sur le sable après avoir compris que Medhi en faisant autant. Je humais l’odeur marin qui me ramenait à un tas de souvenir d’enfance, souriant un peu plus jusqu’à entendre les paroles de mon auxiliaire. « Si je tombe malade, tu vas m’entendre crier si je dois voir le médecin. » Je ne savais pas s’il me voyait, mais j’avais fait une douce grimace en parlant du médecin. Je le voyais si souvent, que j’avais l’impression de vivre avec lui et ses disques rayés. « Puis il faudra bien un fautif, de toute façon » Je rigolais un peu avant de prendre une bouffée d’air tout en souriant. Je finissais par zapper la mélodie que nous jouait l’endroit me concentrant sur le discourt de Medhi. Je ramenais mes genoux à ma poitrine serrant mes jambes à l’aide de mes mains plantant doucement mes ongles dedans. Je l’écoutais en essayant de ne pas céder à la tentation de briser ma carapace. Je ne voulais pas me risquer à faire confiance, même si donner un brin de confiance à Medhi était tentant, je ne voulais pas perdre pied, pas encore. Il aimait bien passer du temps avec moi ? Mais savais-je réellement si cela était réel ou non ? Qui me disait qu’il ne tentait pas de m’amadouer pour réussir son travail le plus vite possible ? J’étais sans doute paranoïaque a force de me méfier du seul qui était là pour moi depuis le début. « C’est tellement plus compliqué. » Je sentais une larme ruisselet le long de ma joue pour finir sa vie sur mes lèvres, je passais ma langue à l’endroit précis où cette perle venait de finir ses jours. « Et si je te fais confiance et qu’au final comme tous les autres, tu me lâchais, ou si tu n’étais là que pour ton salaire en fin de compte ? » Avec mes mots, j’ouvrais légèrement mon cœur et par conséquent cette maudite protection qui devait très certainement commencer à se fracturer pour Medhi.

Je n’avais rien dit de plus tentant d’en cacher le plus possible, je ne pouvais point laisser tout tomber ainsi face à ce jeune homme. Je posais mon menton sur mes genoux finissant par trembler de froid avec la brise qui passait par là. Je fronçais un sourcil à la proposition de Medhi. Je réfléchissais du moins je faisais semblant, ma réponse était déjà dans mon esprit à vrai dire. « D’accord, mais je choisi l’endroit ? » Je souriais ayant une petite idée derrière la tête, j’avais sans doute avancé aujourd’hui avec un gros coup de pouce du jeune homme, mais je n’étais pas si prête à affronter tous les regards pour le moment. « Après une semaine sans bouder, ce n’est pas si simple. » Je rigolais doucement avant de faire mine de bouder pour embêter Medhi. Mes mains quittaient mes jambes pour s’enfoncer dans le sable prenant des poignées de ce dernier pour le laisser filer d’entre mes doigts.




lkd


Je suis cette fille avec toutes ses humeurs

On passe notre vie entière à s’inquiéter de l’avenir, à faire des projets pour l’avenir, à essayer de prédire l’avenir... Comme si savoir à l’avance pouvait amortir le choc. Mais l’avenir change constamment. L’avenir est le lieu de nos plus grandes peurs, et de nos espoirs les plus fous. Mais une chose est sûre : quand finalement, il se dévoile... l’avenir, n’est jamais comme on l’avait imaginé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Anonymous



Medhi x Road will not be easy ( closed) Empty
MessageSujet: Re: Medhi x Road will not be easy ( closed) Medhi x Road will not be easy ( closed) EmptyVen 17 Jan - 19:49

Road will not be easy
Malika & Medhi

I hear the birds on the summer breeze



Medhi ne releva même pas ce que la jeune femme souligna. Il était d’accord avec elle, son manque d’efforts était flagrant mais de toute façon, il ne pouvait pas y faire grand-chose ! La décision de se bouger les fesses devait émaner d’elle et de personne d’autre. Lui, il était juste là à titre d’aide, prêt à lui filer son appui si besoin mais dans le cas où elle ne désirait pas avancer, autant l’abandonner là. L’auxiliaire de vie la fixait, dérouté par ses paroles. Elle devait les penser, ces mots qui faisaient un peu mal à entendre ! C’était ça le pire, savoir qu’elle ne plaisantait pas quand elle disait qu’elle ne voulait en rien l’aider à faire son job. Medhi se sentait un peu comme ses employés de bureau dont les chefs sont des enfoirés de première ! Le genre de patron qui regardera le dossier un instant avant de le jeter à la poubelle, sans même respecter les efforts et le travail fourni par l’employé. C’était un peu son ressenti en cet instant.

- Personne ne devrait avoir à supporter les sautes d’humeur d’une gamine capricieuse et mal lunée tous les jours de l’année.

Il avait lâché ça sur un ton plutôt blasé, sans réelle colère. Plutôt comme quelqu’un qui a déjà tout vu et qui ne s’étonnera pas d’un coup-bas supplémentaire. C’était le cas, elle le traitait de chien ! Bof, c’était pas franchement sa pire inspiration. Medhi n’appréciait pas et en temps normal, il aurait déjà demandé à la demoiselle d’aller se faire entarter chez les Polonais mais là, c’était différent. Tout de même, quelqu’un devait lui rappeler que son manège de fifille à papa un peu trop gâtée, finirait par user au bout d’un temps. L’ambiance était retombée, les deux individus vexés et du coup, sur la défensive. Heureusement, le contact de l’eau sur leurs pieds chassa la mauvaise humeur et la rancune. Medhi observa la demoiselle rire, ce qu’il n’avait pas souvent l’occasion de voir. C’était plaisant, comme s’il avait enfin réussi à arracher un quelconque trophée des mains de Malika ! Tout un défi que d’obtenir une once de reconnaissance de la part de la jeune femme.

Quand elle lui lança une remarque sur ses cris, Medhi poussa un profond soupir bien sonore suivi d’un rire. Malika, ce n’était pas des sourires, des rires et de la bonne humeur au quotidien ! Souvent, c’était un silence pesant entre eux, des remarques parfois cinglantes, une envie de part et d’autre de foutre le camp au plus vite. Donc non, ses cris n’étaient franchement pas ce qui lui manquerait le plus quand il partirait ! Medhi aida la jeune femme à se relever et les deux seuls fous à se baigner les pieds en plein hiver, allèrent s’asseoir sur le sable. Le médecin, hantise de Malika mais aussi de Medhi ! Parce qu’au final, quand ils y allaient, la journée était pourrie. Le doc répétait les mêmes phrases inlassablement à la jeune femme et ensuite, elle était fâchée toute la journée.

- T’en fais pas ! Je te laisserais mourir d’une pneumonie mais on ira pas voir le doc !

Il pouffa à nouveau de rire. La seconde remarque de Malika fit arquer un sourcil au jeune homme. C’est vrai que le monde tournait souvent de cette façon ! Et la demoiselle étant une personne au caractère de cochon, il n’aurait pas été étonné qu’elle choisisse des boucs-émissaires quand les choses tournaient mal. Le rire de Malika le faisait rire aussi, c’était plus beau à deux. Quand le calme revint, Medhi en profita pour jouer avec le sable. La discussion devint plus sérieuse quand il aborda avec Malika des sujets plus sensibles. Elle ne lui offrait que des quart de réponses, comme toujours. Restant évasive et secrète, fidèle à elle-même.

Seulement, pour la première fois, elle se confia un peu plus. Medhi pouvait presque comprendre son point de vue ! Même si, de sa place personnelle la situation était assez difficile à supporter, en se mettant du côté de Malika, il comprenait un peu mieux. La crainte d’être abandonnée s’ajoutait à toutes les autres. Le jeune homme se redressa pour être à nouveau à la même hauteur que la demoiselle. Elle pensait vraiment qu’il n’était là que pour le salaire ? Des tas d’autres gens attendaient de l’aide et étaient carrément moins chiants qu’elle ! Pourtant, Medhi avait envie de l’aider, de la voir surmonter tout ça et regagner son autonomie.

- Et si t’arrêtais de te poser toutes ces questions tout le temps ? Je suis là et je compte aller nulle part. Tu peux continuer à toujours anticiper le pire mais ça ne t’aidera jamais à te sentir mieux !

Medhi haussa les épaules d’un air impuissant. Il pouvait comprendre que Malika se créée un mur entre elle et les autres mais son pessimisme risquait de lui coûter la désillusion. Lui, il était là pour l’empêcher de sombrer dans la perte totale d’un quelconque espoir. Aujourd’hui, ils avaient fait un pas en avant en sortant de chez elle et en revenant sur des lieux qu’elle connaissait, qu’elle devait sans doute apprécier. Medhi comptait bien lui prouver qu’elle avait des raisons de lui faire confiance et par la même occasion, lui apprendre à se gérer avec son récent handicap.

Elle voulait choisir le restaurant, Medhi l’avait déjà traînée dans un endroit tenu secret, il n’allait pas l’obliger en plus à se rendre dans un resto de son choix ! Pas deux fois en une journée, quand même. Il se devait bien d’accepter sa requête. Puis, il fallait avouer que Malika avait plutôt bien réagi à la quasi-baignade improvisée ! Elle semblait moins à cran qu’à leur arrivée, elle paraissait même un peu libérée. Medhi accepta donc sans protester :

- Ok, tu choisis ! Mais je veux un endroit sympa pas une tanière !

Ce n’était pas demain la veille qu’elle accepterait de fréquenter à nouveau les restaurants et autres endroits où elle se rendait avec ses anciens amis ! Mais Medhi ne tenait pas à aller se terrer dans un trou à rat, éloigné de tout et de tout le monde. L’auxiliaire de vie l’observa feindre de bouder, pour une fois, c’était juste pour rire !

- Une petite semaine, c’est rien du tout ! Je suis sûr que tu vas même vouloir arrêter de bouder à vie après ça !

Il se laissa retomber sur le sable en riant, comme si Malika allait arrêter de bouder à vie ! Ce n’était clairement pas prévu au programme avant un bon bout de temps !



Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

Malika O. Clarsons

Voir le profil de l'utilisateur

Medhi x Road will not be easy ( closed) 1389949488-lika1

▌AVATAR : JK HOTNESS
▌CRÉDITS : Luckyred (moi )
▌PSEUDO : LKD
▌HISTOIRES POSTÉES : 729
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 25/12/2013
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 8239
▌DATE DE NAISSANCE : 26/10/1987
▌MON ÂGE : 31
▌EMPLOI/ÉTUDES : Ancienne hôtesse de l'air, ne peux plus travailler étant atteinte de cécité
▌CÔTÉ COEUR : Mon coeur est à l'isolement pour une durée indéterminée.

Medhi x Road will not be easy ( closed) 1389949491-lika

▌EN CE MOMENT :
Vivre, c'est continuer de naître,parfois je me sens comme un enfant.Qui ne sait pas compter,qui peut tout donner. Partager et aller de l'avantMedhi x Road will not be easy ( closed) Tumblr_mfx4t9RrXx1qcqa3io1_500 J’ai toujours eu besoin de personne dans ma vie, j’ai cherché le moyen de garder du monde autour de moi sans jamais percevoir que je n’étais rien pour ces personnes. Je me méfie à présent et encore plus depuis que je vis constamment dans la pénombre de mon âme. Toi tu es entré dans ma vie et je me méfie, les questions naissent en moi sans jamais trouver la moindre réponse. Comment avancer ? Je dois simplement avancer suivant cette voix qui me guide, la tienne, je ne connais rien d’autre que cette voix rassurante et angoissante à la fois.

▌RPs EN COURS : FERME
Medhi x Try to see it my ...
Hanaé x You will be the clarity of life
Erlina x with a little ... my friend
CaseyxNew place for us two
Lee-lou xLe piège qu'on ne ..
Loméé x Sunday Morning
Spoiler:
 


▌DC : C. Isaak Laokina

Medhi x Road will not be easy ( closed) Empty
MessageSujet: Re: Medhi x Road will not be easy ( closed) Medhi x Road will not be easy ( closed) EmptySam 18 Jan - 0:47


Road will not be easy


Première fois que j’allais lâcher prise.  Je le faisais ,car avec Medhi on allait pouvoir continuer longtemps ainsi, puis en réalité chacun de ses mots avaient su me toucher et me blesser par la même occasion. Je l’avais peut être mérité et je le savais pertinemment, mais tout de même.  Je ne l’avais pas directement traité de chien, mais  c’était assez compréhensible pour que même  une personne avec un faible quotient intellectuel parvienne à le déchiffrer. Je devais l’avoir touché au fond pour qu’il me réponde et me dise ce qu’il pensait réellement de moi. Je me demandais pourquoi je me retenais de répondre.  Les questions se bousculaient en moi, tandis que je tentais de trouver une réponse à la seule et unique qui m’intéressait.   Je restais perplexe avec cette relation plutôt troublante à mon goût que j’avais avec Medhi. Je pouvais être imbuvable avec lui alors que dans la seconde je m’en voulais pratiquement directement ou encore je pouvais être exécrable et me mettre à ne paniquer rien que quand je n’ai plus aucun contact physique. C’était comme expliquer une relation  que pouvait entretenir un drogué avec sa drogue. Je n’en voulais pas, mais sans lui je n’arriverais sans doute jamais à avancer. Il parvenait à trouver les mots, des paroles qui me touchaient au plus profond de moi m’arrachant quelques fois quelques mots quand j’en décidais ainsi au lieu de me terrer dans mon silence. «   Personne ne te force à le faire, mise à part l’argent Medhi. Personne. »  Mensonge. Ma voix avait été douce comparé à mon agressivité des premières paroles vexante.  J’étais réellement dans la merde si l’idée de m’écouter lui venait. Oserait-il me laisser. Voilà, j’avais une grande bouche qui lâchait des mots à tout vas alors que je devrais sans doute réfléchir avant de dire quoi que ce soit. Je voulais pas qu’il sorte de ma vie, malheureusement, je ne savais pas encore comment il allait prendre ce nouvel affront. M’excuser ? J’aurais pu, mais à l’intérieur de moi une boule dans mon estomac poussait doucement à l’idée que ma personne ne lâche la moindre excuse. J’étais ainsi. Mon handicap pour certaine personne expliquait mon comportement et pourtant ce n’était pas ça qui me poussait à être ainsi. J’étais ainsi depuis mes premières désillusions sur la race humaine , pourquoi devrais-je faire une exception avec lui ? Passons.

Je  me sentais bien. Heureuse et cela me paraissait assez étrange.  J’avais simplement laissé le monde extérieur pénétrer dans cette coquille qui s’était fortifié avec l’arrivait de ma cécité. J’avais été  capable de rire, puis  j’avais fini hilare par la faute de Medhi, son rire était communicatif et m’avait donné envie de lâcher prise.   Une sensation plaisante. J’y pensais alors qu’on s’était installé sur le sable, mes mains s’étaient posés sur mes genoux  laissant ces derniers se blottir contre ma poitrine.  Ma bonne humeur restait plaisante, la mauvaise humeur qui jonchait chaque journée qui m’était donné de vivre était partie, j’étais bien, appréciant le moment.  J’avais été idiote de mal réagir avant d’essayer, mais ça Medhi ne risquait pas de le savoir, que moi j’étais d’accord avec lui. Avec tout ça, j’étais la seule mouillée, je ne pouvais pas faire attention à ce qui m’arrivait par conséquent mes pieds n’étaient pas les seuls à avoir goûté à l’eau gélifiante de la mer, mon dos et mes fesses y avaient  dégusté.  Le médecin. La discussion  que je ne voulais pas faire durer, même si c’était plus une sorte de farce avec mon auxiliaire de vie.  En réalité, ce n’était pas Medhi qui me minait le morale, mais les autres personnes,  lui me poussait vers le haut et les autres prenaient un marteau pour me faire redescendre aussi vite.  Je passais ma main dans les cheveux et sachant parfaitement que Medhi était de mon côté gauche ma tête se tournait vers lui pour grimacer à sa remarque. «  Tu veux te débarrasser de moi alors. » Une petite moue prit place sur mon visage faisant fuir ma grimace qui s’y tenait quelques secondes plutôt.  Depuis, toujours j’avais réussi à ne pas me confier. A garder tout ce qui faisait mal, m’effrayait, me rendait heureuse pour moi.  Je ne voulais pas donner ma confiance à des personnes pouvant s’en servir contre moi par la suite.  J’écoutais la réponse de Medhi laissant rouler une larme sur ma joue que je cachais rapidement en cachant mon visage dans mon écharpe.  Je pinçais mes lèvres hésitant à reprendre la parole par peur d’entendre ma voix bien trop tremblante pour laisser  deviner au jeune homme mon désarroi.  Mes doutes et mes questions ne risquaient pas de partir de sitôt même si la vie serait peut-être plus facile en fin de compte. Je soufflais prenant la parole tout en essayant de cacher cette détresse que l’on pouvait entendre dans ma voix. «   Tu as tort. » Je n’avais rien dis de plus  pour me calmer un peu avant de reprendre quelque seconde plus tard. «   Me méfier me permet de ne pas tomber de haut, la chute fait mal , j’en ai trop eu  pour me laisser tomber sans prendre la moindre précaution.  En réalité, c’est exactement comme une histoire d’amour où tu aurais été trahis,  tu te lancerais à nouveau à corps et âme dans une relation identique si tu sais que tu as le même risque de souffrir ? »   Je ne pouvais pas l’expliquer plus clairement, qui n’avait jamais  était en grande détresse à cause de l’amour ou encore vu quelqu’un dans une peine constante à cause de l’amour ? Moi, mes peurs me faisaient vivre et ressentir la même chose.

Je passais mes mains sur mon visage séchant les deux –trois larmes ayant coulé sur mon visage espérant ne pas être vu pas Medhi.  J’aurais aimé  à ce moment précis être une petite souris trainassant dans l’esprit de  mon auxiliaire de vie. Je voulais savoir ce qu’il pensait ou ressentait, j’étais perdue sans ma vue, je ne pouvais juger les personnes sur leur honnêteté sans cette dernière. Je ne savais pas comment faire pour savoir à qui faire confiance et pourtant j’avais dû le faire, mais pour lui ça m’était difficile. Alors que j’aurais pu le faire partir directement de ma vie, il était là,  car sans lui je me retrouvais perdue , sans cette voix me guidant et me rassurant malgré ma méchanceté quelque fois me donnait  l’envie d’avancer, mais pas au même rythme que lui en tout cas. J’oubliais cette conversation alors  en souriant doucement laissant mon visage se positionner vers Medhi. «  Moi qui pensais à la grotte des loups au zoo , c’est raté. »  J’éclatais de rire, je me sentais  en confiance à cet instant au point de faire des blagues pas toujours drôle.   « D’accord.  Pas d’appartement ou autre,  je choisis l’endroit  et j’ai droit  à un petit plus en plus sans que tu proteste. » Je faisais la moue comme une enfant de cinq ans réclamant un câlin avant de reprendre «  Et je te laisse choisir ce qu’on mangera. C’est un bon marché non ? »  Je souriais alors que je sentais l’odeur de la mer me taquinant toujours le nez, je finissais par me laisser tomber doucement contre le sable faisant avec mes bras  et mes jambes un ange. Je visionnais à nouveau  à cet instant toutes les fois où j’avais pu faire cela dans le sable ou la neige.  «  Je ne sais même pas si je parviendrais à le faire une journée entière.  Mise à part si tu m’enferme dans une bulle avec toi, ça pourrait le faire, j’arrive malheureusement à te supporter »  Je pinçais ma lèvre avant rire doucement.
lkd


Je suis cette fille avec toutes ses humeurs

On passe notre vie entière à s’inquiéter de l’avenir, à faire des projets pour l’avenir, à essayer de prédire l’avenir... Comme si savoir à l’avance pouvait amortir le choc. Mais l’avenir change constamment. L’avenir est le lieu de nos plus grandes peurs, et de nos espoirs les plus fous. Mais une chose est sûre : quand finalement, il se dévoile... l’avenir, n’est jamais comme on l’avait imaginé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Anonymous



Medhi x Road will not be easy ( closed) Empty
MessageSujet: Re: Medhi x Road will not be easy ( closed) Medhi x Road will not be easy ( closed) EmptyDim 26 Jan - 19:41

Road will not be easy
Malika & Medhi

I hear the birds on the summer breeze



Ils auraient pu continuer à se renvoyer la balle, continuer à se tester leur capacité innée à se faire du mal. Medhi avait eu du mal à accepter les lourds sous-entendus de la demoiselle, c’était dégradant et humiliant mais son boulot, c’était aussi de savoir passer au-dessus des sautes d’humeur de ses patients. Et puis, l’auxiliaire n’avait qu’à s’en prendre à lui-même ! Sortir Malika de son élément naturel, l’arracher aux bras réconfortants de son canapé, aux caresses de son lit et à la chaleur de sa maison pour la planter sur la plage au milieu des vents, ça avait été un pari risqué. Il récoltait un peu la grenade dégoupillée en cet instant ! Attendant une explosion à tout instant, un mot de trop, le couple de syllabe qui le ferait reculer. Malika était douée pour ça ! Toucher les points sensibles des gens et les mettre plus bas que terre, Medhi la connaissait assez bien pour le savoir. Un peu de persévérance et au final, ils en revenaient toujours au même sujet. Dans un long soupir, il lui rétorqua sur un ton usé mais décidé :

- Et si j’en ai envie ? Je veux rester donc je reste. Parfois, on n’a le droit d’être illogique !

Medhi estimait que cette attitude hostile voire parfois presque agressive de Malika, n’était pas sa vraie nature. Par moments, elle pouvait se montrer très ouverte, presque sympathique. Et puis, la réalité le rattrapait. C’était une gosse de riche du genre diva à qui on avait ôté la vue sans préavis, à quoi s’attendait-il mis à part une crise de colère continuelle ? Heureusement, la pratique n’est jamais fidèle à la théorie ! Et Medhi découvrait bien plus qu’une princesse huppée chez Malika.

Leurs rires dans l’eau les conduisirent sur le sable, à discuter de façon presque amicale. Medhi, allongé contre les grains et Malika, assise à ses côtés. Elle passa une main dans ses cheveux, réflexe qui fit sourire Medhi. Durant ses diverses formations, il avait lu que beaucoup de patients perdaient le goût de plaire en perdant un sens subitement ! Chez la demoiselle, c’était différent. Elle avait gardé cette allure fière et son apparence plaisante. C’était une belle femme et Medhi était content qu’elle ne se laisse pas dépérir, il aurait été déçu de la voir se perdre elle-même de vue. La plaisanterie sur le docteur le fit rire jusqu’à ce qu’elle lui assène une nouvelle fois une nouvelle petite pique, plus sur le ton de la rigolade cette fois cependant.

- Attends quelques mois et ça sera plutôt toi qui ne pourra plus me supporter !

Il explosa de rire et regagna peu à peu son sérieux tout en observant les alentours. Un certain malaise était palpable du côté de la jeune fille, elle avait besoin d’une minute à elle. Medhi s’habituait de plus en plus au fonctionnement de Malia et savait interpréter ses silences. Celui-ci signifiait clairement qu’elle avait besoin d’une seconde. L’auxiliaire préféra donc laisser son regard vagabonder sur les vagues, les silhouettes au loin qui se perdaient dans le sable. Du bout des doigts, il dessinait des formes. La discussion prit une tournure inattendue car assez profonde. Jusqu’à ce que la jeune fille mette le doigt sur un sujet sensible. Medhi se crispa légèrement en l’entendant parler d’un désastre amoureux. Est-ce qu’il replongerait tête baissée dans une nouvelle histoire ? Le jeune homme aurait voulu tout lui raconter, s’ouvrir à Malika et lui avouer qu’il connaissait mieux cette situation que personne d’autre.

- Je comprends ce que tu veux dire ...

Medhi aurait pu argumenter, chercher à la persuader qu’elle avait tort de ne pas lui offrir pleinement sa confiance. Mais il n’en avait pas le courage, Malika venait de le plonger dans une réflexion intense. En effet, depuis Tasmin, le jeune homme n’avait pas pu reprendre une relation sérieuse et stable avec une autre femme. Son hypocrisie le déstabilisa sur l’instant. Il aurait pu tout lui déballer mais égoïstement, il préservait sa vie privée. Medhi finirait par le lui dire ... un jour ...

Ce n’est qu’à ce moment qu’il repéra les larmes, discrètes et furtives mais qui ne lui échappèrent pas. Ça ne dura qu’une fraction de seconde, Medhi respectait cette zone privée qu’il avait instaurée autour de Malika. Elle avait besoin de lui mais il ne voulait surtout pas l’envahir, devenir un poids pour elle. Pleurer faisait partie de ses droits sans avoir forcément une audience. Quand elle lui parla de la grotte au zoo, il éclata de rire avec elle. C’est vrai que parfois, enfermés à deux chez Malika, ils avaient presque l’air dans ce fameux endroit ! Et la voilà qui marchandait joyeusement, Medhi laissa un « hum » sonore s’échapper de sa bouche, faisant mine de peser le pour et le contre puis, tout en riant, il céda :

- D’accord ! Vendu, tu choisis l’endroit et le bonus et je me charge de ce qu’on mange !

Il l’observa, Malika se laissa glisser dans le sable, agitant les bras et les jambes comme pour dessiner un ange dans les grains. Medhi esquissa un sourire, elle retrouvait l’envie de se rappeler ! C’était déjà un bon début. Au moins, elle repartait dans l’aventure. Son dernier commentaire fit rire le jeune homme qui se laissa à son tour retomber contre le sable. Il tourna la tête vers elle, comme pour la fixer.

- Et si on agrandissait notre bulle à tous les deux ? T’en fais pas, je ne laisserais entrer que des gens de confiance ! Des VIP !

Son rire se joignit à cette hypothèse. Ils auraient pu rester là des heures, au final ...


Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

Malika O. Clarsons

Voir le profil de l'utilisateur

Medhi x Road will not be easy ( closed) 1389949488-lika1

▌AVATAR : JK HOTNESS
▌CRÉDITS : Luckyred (moi )
▌PSEUDO : LKD
▌HISTOIRES POSTÉES : 729
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 25/12/2013
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 8239
▌DATE DE NAISSANCE : 26/10/1987
▌MON ÂGE : 31
▌EMPLOI/ÉTUDES : Ancienne hôtesse de l'air, ne peux plus travailler étant atteinte de cécité
▌CÔTÉ COEUR : Mon coeur est à l'isolement pour une durée indéterminée.

Medhi x Road will not be easy ( closed) 1389949491-lika

▌EN CE MOMENT :
Vivre, c'est continuer de naître,parfois je me sens comme un enfant.Qui ne sait pas compter,qui peut tout donner. Partager et aller de l'avantMedhi x Road will not be easy ( closed) Tumblr_mfx4t9RrXx1qcqa3io1_500 J’ai toujours eu besoin de personne dans ma vie, j’ai cherché le moyen de garder du monde autour de moi sans jamais percevoir que je n’étais rien pour ces personnes. Je me méfie à présent et encore plus depuis que je vis constamment dans la pénombre de mon âme. Toi tu es entré dans ma vie et je me méfie, les questions naissent en moi sans jamais trouver la moindre réponse. Comment avancer ? Je dois simplement avancer suivant cette voix qui me guide, la tienne, je ne connais rien d’autre que cette voix rassurante et angoissante à la fois.

▌RPs EN COURS : FERME
Medhi x Try to see it my ...
Hanaé x You will be the clarity of life
Erlina x with a little ... my friend
CaseyxNew place for us two
Lee-lou xLe piège qu'on ne ..
Loméé x Sunday Morning
Spoiler:
 


▌DC : C. Isaak Laokina

Medhi x Road will not be easy ( closed) Empty
MessageSujet: Re: Medhi x Road will not be easy ( closed) Medhi x Road will not be easy ( closed) EmptyDim 26 Jan - 22:31


Road will not be easy



Des semblants de réponses à mes questions qui se baladaient dans mon esprit depuis l’arrivée de Medhi dans ma vie. J’avais été clair, il n’était nullement obligé de rester, au fond si il décidait de me lâcher, je me trouverais mal, il me manquerait sans doute, même si mes pics à répétition ne laissait pas réellement que cela puisse être possible. Je me défendais et c’était assez difficile de le faire autrement. La réponse de Medhi me coupa net dans mes propos. Il voulait rester alors ? J’avais du mal à comprendre, je faisais tout pour être méchante voir horrible avec le jeune homme et il était encore présent ? Alors il n’était pas forcément là pour l’argent ? J’avais eu des réponses, mais de nouvelle questions étaient apparu dans mon esprit comme : pourquoi ? Enfin, j’avais envie de passer au-dessus de cela et de le laisser mener la danse pour aujourd’hui.

Il avait bien fait d’insister au final, il ne risquait pas de le savoir, mais ce petit moment me comblait de bonheur. J’étais bien, j’avais retrouvé le plaisir de rire aux éclats pour quelque chose de futile laissant s’effacer les moindres problèmes qui jonchaient ma vie actuellement. Qu’importe le froid ou encore le vent qui finissait de me geler sur place les endroits de mon corps qui avait été mouillé par les vagues et mon idiotie à vouloir sauter sans pouvoir voir là où j’allais atterrir. Puis le moment continuait sur la plage, j’étais calmée et assez heureuse, malgré les blagues de mauvais goût de Medhi pour le coup, enfin, il n’était pas censé savoir ce que je pensais de ce médecin. Je ne l’aimais pas et je ne voulais pas le rencontrer encore avant un rendez-vous forcé pour ma cécité. Je souris doucement à la réplique de Medhi. « Je ne sais pas pourquoi, mais je présume que tu as tort. » La preuve, je le supportais, malgré ma méfiance cet homme avait fait naître un tas de chose en moi. Il était comme une bouée de sauvetage pour moi, j’étais perdue si il n’était pas là, rien que sa main lâchant la mienne pendant quelques secondes, je commençais à flipper de ce qui allait m’arriver et malgré ça, j’avais saisi encore aujourd’hui qu’il ne me laisserait pas affronter des choses dangereuse ou pouvant me peiner seule. J’espérais ne pas me tromper, mais tout ça restait à voir.

Une conversation peu réjouissante était apparue. Je n’aimais pas cette dernière, Medhi me poussait sans le vouloir, peut-être, à me confier. Je ne voulais pas en dire trop et finir par être déçu. J’essayais de faire comprendre à mon auxiliaire ce qui se passait réellement dans ma tête avec la confiance et le choix de vouloir avancer avec certaines personnes. Comment ne pas le faire avec un sujet qui parlerait forcément au monde entier. L’amour. J’avais finalement relié les deux déposants mon problème comme une ancienne histoire d’amour douloureuse. Pas plus de réaction de Medhi, il lâcha prise, me laissant avoir raison ? Pour une fois mes dires trouver grâce à ses yeux, c’était assez inédit. Je reprenais mes esprits assez rapidement après les quelques larmes qui s’échappèrent de mes yeux, je ne voulais rien laisser paraître, mais au fond il avait sans doute vu, à moins que son regard se portait ailleurs que sur moi. Enfin, la soirée et surtout le diner de ce soir était prévu, et mon idée fleurissait de plus belle dans mon esprit. Je ne répondais pas plus à Medhi qui avait accepté mon offre, un simple sourire se dessina sur mes lèvres. Je pinçais mes lèvres entres elles alors que je finissais par lâcher le haut de mon corps sur le sable avec une petite idée en tête. Je bougeais mes membres pour tenter de faire un ange, je ne savais pas du tout comment cela allait rendre et je n’allais pas le découvrir. « On verra ça avec le temps … » Peut être qu’un jour je serais donné ma confiance sans me méfier, mais ça ce n’était qu’un : peut-être.

Le moment que j’avais redouté passa rapidement, les heures s’étaient écoulés bien trop rapidement à mon goût j’avais apprécié la journée et je me demandais bien ce que la soirée allait encore nous réserver et surtout comment Medhi allait réagir à mon idée. Nous étions dans la voiture allant à l’endroit prévu.
lkd


Je suis cette fille avec toutes ses humeurs

On passe notre vie entière à s’inquiéter de l’avenir, à faire des projets pour l’avenir, à essayer de prédire l’avenir... Comme si savoir à l’avance pouvait amortir le choc. Mais l’avenir change constamment. L’avenir est le lieu de nos plus grandes peurs, et de nos espoirs les plus fous. Mais une chose est sûre : quand finalement, il se dévoile... l’avenir, n’est jamais comme on l’avait imaginé.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






Medhi x Road will not be easy ( closed) Empty
MessageSujet: Re: Medhi x Road will not be easy ( closed) Medhi x Road will not be easy ( closed) Empty

Revenir en haut Aller en bas

Medhi x Road will not be easy ( closed)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Mellindra Road, à votre service !
» Aden | Your kiss it could put creases in the road
» EASY CANICHETTE NOIRE 7 ANS TRESOR DE VIES 59
» adresse offroad wiltz
» Eat the road, Mack !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pearl Trees ::  :: Les RPs archivés-