Partagez| .

take me away; let's get out of this town † miles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.com/t866-love-song-they-kill-me-ar



▌AVATAR : Eva Green
▌CRÉDITS : shiya(avatar) - wild hunger (signature)
▌PSEUDO : keels
▌HISTOIRES POSTÉES : 68
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 05/02/2014
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 2035
▌EMPLOI/ÉTUDES : professeur de science.
▌CÔTÉ COEUR : en couple avec mes clopes, au moins, elles sont toujours là quand j'ai besoin.

Space enough to grow.


MessageSujet: take me away; let's get out of this town † miles. Dim 11 Mai - 15:05

miles & arizona
take me away, let's get out of this town.
Le regard fixé sur l'horloge, Arizona tapait nerveusement avec son stylo sur son bureau. Elle avait l'impression de redevenir une adolescente qui attendait la sonnerie, et son regard ne cessait de fuir en direction de cet objet où les aiguilles indiquaient l'heure. Dix minutes. Il ne restait que dix minutes. Et pourtant, ça semblait être une éternité. Une éternité de minutes, et chaques secondes devenaient des heures. Oui, le temps passait à une vitesse lente, trop lente, extrêmement lente. Déjà qu'elle détestait la dernière heure du vendredi mais alors ce soir, c'était pire. Surtout qu'elle avait cours jusqu'à 18h30 tout les vendredis, donc c'était pire, et oui, comme toute professeur normale, Arizona attendait son week-end avec impatience.
Fixant les feuilles devant elle, elle soupirait. Non, elle n'avait pas envie de corriger pour les dix dernières minutes qui restaient, et les élèves devant elle étaient en pleins contrôle de biologie, une épreuve de deux heures qui touchait presque à sa fin, et pour les entraîner aux examens de fin d'année. Et ça lui rajouterait une vingtaine de copies puis Lundi, elle se dirait qu'elle était désespéré de pas y avoir touché du week-end. Mais Arizona était une opportuniste, et dés que l'occasion de ne pas toucher à ses copies se présentaient, elle n'hésitait pas. Elle était plutôt rapide dans sa correction, mais c'était parce qu'une fois lancé, elle ne s'arrêtait plus. Mais ce week-end, non, elle n'y toucherait pas. Hors de question.
Lorsque la sonnerie retentie enfin, elle attendit que tout les élèves lui donnèrent leur copies, et elle ne prit même pas la peine de les compter, elle rangeait le tout et elle se levait précipitamment. Fermant alors la porte à clé derrière elle, elle se mit à marcher d'un pas rapide dans les couloirs en direction de sa voiture et une fois dedans, elle se  mit à rouler en direction de chez elle. Il ne lui fallut que quelques minutes, une dizaines environ, pour arriver au niveau de son appartement. Elle laissait son sac habituel dans sa chambre et embarquait le sac qu'elle avait préparé la veille. Elle embarquait, en plus, un simple sac à main où elle mit tout l'essentiel, à savoir téléphone, et tout ce qui s'en suivait. Elle se changeait rapidement, contrôlait le maquillage et elle sortie sur son balcon, allumant alors une cigarette elle, se mit à attendre, appuyé contre le mur de son balcon.
Et une fois de plus, elle attendit. Le temps passait, encore, lentement, puis enfin, un klaxon retentie. Se penchant, elle sourit en reconnaissant la voiture garé juste devant chez elle, et elle se dépêchait d'éteindre sa cigarette, puis, d'attraper ses affaires, et enfin, quitter son appartement en vérifiant que tout était bien fermé, pour ensuite, verrouiller la porte. Une fois en bas, Arizona contournait la voiture, et mit son gros sac dans le coffre pour finalement le fermer. Et enfin, elle vint du côté passager, s'installait, posant son sac à ses pieds et tout en refermant la portière, elle se penchait doucement de manière à embrasser de manière délicate Miles, en gardant son petit sourire. « Recoucou. » Elle lui volait un deuxième baiser avant de s'attacher enfin, et de se mettre à l'aise sur le siège. « Alors, on va où? »  
Code by Silver Lungs


me and you living under a paper moon.
we lay on the floor, breath it in deep. don't speak, don't say a word. just savoring. you're all that i have and all to hold on to, you carry me on. take me away ,let's get out of this town. run, baby, run. we're unstoppable now on top of the world. sing it out loud and mean it and keep believing.we've got the rest of our lives, so let it ride.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.com/t934-miles-t-scott-we-won-t-li

<3

▌AVATAR : Matt Smith
▌CRÉDITS : vava : mia signature : joy
▌PSEUDO : casielsilencio
▌HISTOIRES POSTÉES : 206
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 20/02/2014
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 2851
▌DATE DE NAISSANCE : 09/06/1982
▌MON ÂGE : 35
▌QUARTIER : Oak Ridge
▌EMPLOI/ÉTUDES : Professeur d'Anglais au lycée de Pearl Trees
▌CÔTÉ COEUR : Arizona *-*



▌EN CE MOMENT : J'essaye de mettre au clair toutes mes émotions et de maîtriser mes classes au lycée. Je fais connaissance avec les profs, j'essaye de reprendre en main ma relation avec Arizona, et je mets en place un tutorat pour les élèves en difficulté !
▌DC : Nope

MessageSujet: Re: take me away; let's get out of this town † miles. Mar 13 Mai - 15:46






take me away, let's get out of this town
Arizona & Miles

Le problème, avec les femmes, c'est qu'elles s'accrochent et ne te laissent plus repartir. Dans mon cas, j'adorais être retenu comme prisonnier d'Arizona. Depuis ce si beau jour, nous étions de nouveau inséparables, et je me réjouissais de ce changement d'attitude. Nous allions pouvoir redevenir le couple que nous étions et que nous voulions toujours être. Rien ne pouvait me conforter un peu plus dans l'idée que j'avais bien fait d'accepter cette mutation. J'étais loin de tout, mais proche de l'essentiel. De plus, depuis quelques temps, je débordais d'inspiration et d'imagination. Le revers de cette relation, certainement, et ce n'était pas pour me déplaire.

Très vite, nous avions décidé d'un commun accord que nous allions partir en week-end, rien que tout les deux, loin de Pearl Trees, loin des élèves du lycée, et loin des regards un peu interrogateurs que nous pouvions croiser. Je me rappelle encore de la tête qu'a fait Arizona quand, je lui avais proposé, juste avant qu'elle accepte...

**

« Allez, laisse tomber, je t'emmène en week-end ! » Son visage était devenu livide, et en même temps, j'avais vu cette lueur de défi et d'envie briller dans ses yeux. Elle n'avait pas attendu longtemps avant de venir dans mes bras en m'embrassant, pour bien me faire comprendre qu'en effet, elle allait suivre. Et je savais qu'elle irait jusqu'au bout du monde, en me suivant, aveugle. Je le savais en effet, parce qu'elle était comme moi.

**

Et voilà où j'en étais, en ce vendredi soir. Alors que certains étaient enfin en week-end, j'avais l'impression de courir le marathon. Dans les couloirs, le matin même, j'avais prévenu Arizona pour qu'elle m'attende chez elle, et de faire en sorte que sa valise soit prête. La connaissant, elle n'allait pas perdre de temps pour la faire, peut-être même que c'était déjà fait. Elle m'avait souri, m'avait volé un baiser après avoir été sûre et certaine que personne n'allait nous voir, et nos chemins s'étaient séparés de nouveau. Je terminais les cours une heure et demie avant elle, ce qui me laissait le temps de faire tout ce que je devais. Préparer la voiture en la chargeant, en la remplissant d'essence également, et en me préparant moi. Contrairement à elle, mon sac n'était pas prêt, et je ne savais pas exactement quoi emmener. Je n'avais pas besoin de grand-chose, mais parfois j'étais pire qu'une fille pour ces choses-là.

Quand soudain, dix-huit trente sonnèrent à ma grande horloge en bois, je pris les clés sur la table et filai dans ma voiture, en prenant mon temps pour laisser Arizona rentrer chez elle. Elle était encore au lycée, normalement, mais je savais qu'elle allait se dépêcher. Elle était comme une petite fille, à qui on aurait promis de voir le père Noël. En réalité, dès qu'il s'agissait de faire quelque chose avec moi, elle était dans cet état là, ce qui n'était pas pour me déplaire, bien au contraire ! Après un court trajet, je me retrouvai devant chez elle, sur le parking, et je klaxonnais en la voyant sur son balcon, une cigarette à la main. Quand arrêterait-elle cette sale habitude ? Jamais, probablement, ou plutôt quand elle serait sur un lit d'hôpital, terrassée par un cancer... Cinq minutes plus tard, elle était à mes côtés dans la voiture. Son sourire se réfléta au mien, et quand elle me demanda où nous allions, je démarrai la voiture et secouai la tête : « Tutut. Tu ne sauras rien tant qu'on ne sera pas arrivés ! Mais tu vas adorer ! » En réalité, j'avais loué une sorte de petit cottage à une cinquantaine de kilomètres de Pearl Trees, un endroit charmant et au calme, entouré de bois et de rivières. C'était quelque chose de vraiment beau, dans un cadre parfait. Je ne connaissais pas les goûts d'Arizona à ce point-là, mais je ne pouvais pas imaginer une seule seconde qu'elle n'aimerait pas l'endroit ! « Tu as passé une bonne journée ? » Je pris les devants en commençant par les banalités pour éviter qu'elle ne me pose d'autres questions sur l'endroit. Elle était curieuse, et je ne voulais pas qu'elle soit, pour une fois !

© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart





A mad man
Every man's life ends the same way. It is only the details of how he lived and how he died that distinguish one man from another. • Ernest Hemingway
©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.com/t866-love-song-they-kill-me-ar



▌AVATAR : Eva Green
▌CRÉDITS : shiya(avatar) - wild hunger (signature)
▌PSEUDO : keels
▌HISTOIRES POSTÉES : 68
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 05/02/2014
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 2035
▌EMPLOI/ÉTUDES : professeur de science.
▌CÔTÉ COEUR : en couple avec mes clopes, au moins, elles sont toujours là quand j'ai besoin.

Space enough to grow.


MessageSujet: Re: take me away; let's get out of this town † miles. Sam 31 Mai - 8:54

miles & arizona
take me away, let's get out of this town.
La brune fit mine d'être déçu du au fait qu'elle ne saurait rien, mais elle haussait doucement les épaules en souriant ensuite, signe qu'elle était malgré tout bien contente de passer un petit week-end tranquille. « Et bien, sache que j'ai hâte de savoir la surprise que tu me réserves! » elle s'était mise à sourire comme une idiote, avant de venir embrasser sa joue. Passant une main dans ses cheveux pour les remettre en arrière, elle finie par hausser les épaules face à la question. « journée basique quoi. Surtout longue. Tu sais, le genre de journée où tu commences tôt, que tu passes trois/quatre heures à rien faire, et que tu dois reprendre après? Et bien voila. Du coup, j'suis descendu en ville, et j'ai fais deux/trois achats. Rien de bien spécifique, juste quelques fringues. Vu que j'ai eu ma paye y a quelques jours, et que j'ai payé mon loyer, j'en ai profiter! » La brunette sourit avant d'ouvrir son sac pour en sortir une boite de chocolat qu'elle s'était fait un plaisir d'acheter. « Et j'ai pris ça aussi. J'me suis dis que ça serait sympa. » Ouvrant alors la boite, elle prit un chocolat pour ensuite le manger et lui tendre la boite. « T'en veux?» elle fit un petit sourire posant alors la boite entre vous deux, histoire de pouvoir se servir à volonté. « Et toi, ta journée? Pas trop longue? Si tu savais comme je t'envie de pas avoir eu à rester jusqu'à dix huit heures. j'ai cru que mon cerveau allait exploser! » elle se remit à rire avant de tourner le regard vers le brun en continuant de sourire.
Oui, le sourire ne quittait plus les lèvres d'Arizona, mais il y avait une bonne raison pour ça. Elle était simplement contente d'être là. Disons qu'elle se sentait bien, heureuse, simplement. Elle s'était promis de ne toucher à absolument aucunes copies ce week-end, donc pas de travail ce week-end, elle était avec l'homme dont elle était amoureuse. Simplement, aucuns soucis, aucunes contraintes pour le moment. Elle se contentait de profiter de chaque instants, et il fallait l'avouer, ça faisait du bien, pour une fois, de profiter et de pas penser, de pas songer aux choses qui se passaient, aux problèmes qui arrivaient, ou qui arriverait et tout ça. Elle se contentait de savourer l'instant.    
Code by Silver Lungs


me and you living under a paper moon.
we lay on the floor, breath it in deep. don't speak, don't say a word. just savoring. you're all that i have and all to hold on to, you carry me on. take me away ,let's get out of this town. run, baby, run. we're unstoppable now on top of the world. sing it out loud and mean it and keep believing.we've got the rest of our lives, so let it ride.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.com/t934-miles-t-scott-we-won-t-li

<3

▌AVATAR : Matt Smith
▌CRÉDITS : vava : mia signature : joy
▌PSEUDO : casielsilencio
▌HISTOIRES POSTÉES : 206
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 20/02/2014
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 2851
▌DATE DE NAISSANCE : 09/06/1982
▌MON ÂGE : 35
▌QUARTIER : Oak Ridge
▌EMPLOI/ÉTUDES : Professeur d'Anglais au lycée de Pearl Trees
▌CÔTÉ COEUR : Arizona *-*



▌EN CE MOMENT : J'essaye de mettre au clair toutes mes émotions et de maîtriser mes classes au lycée. Je fais connaissance avec les profs, j'essaye de reprendre en main ma relation avec Arizona, et je mets en place un tutorat pour les élèves en difficulté !
▌DC : Nope

MessageSujet: Re: take me away; let's get out of this town † miles. Mer 4 Juin - 19:51






take me away, let's get out of this town
Arizona & Miles

Apparemment, la journée d’Arizona avait été des plus normales, et des plus ennuyantes. Je la comprenais, moi-même, je n’avais pensé qu’à ce week-end en amoureux. J’avais eu beaucoup de mal à me concentrer sur les textes que nous étions en train d’étudier avec mes élèves, et j’avais accueilli l’heure de la sortie des classes à bras ouverts, trop heureux que j’étais de pouvoir enfin partir et préparer mes affaires et la voiture. Arizona m’explique brièvement qu’elle avait profité du temps libre dans sa journée pour aller faire du shopping et je la regardais, intéressé, pour savoir ce qu’elle avait bien pu acheter. Des fringues, seulement apparemment. Tant pis pour moi.

Tandis que je continuais de conduire prudemment, mais aussi assez rapidement pour pouvoir arriver moins tard, je la vis se pencher vers son sac pour fouiller dedans et récupérer quelque chose à l’intérieur. Elle en sortit une boîte, qu’au début, je ne réussis pas à identifier. C’est quand elle me la déposa sous le nez que je compris qu’il s’agissait de chocolats. « T'en veux?» Evidemment que j’en voulais ! Qui n’aimait pas le chocolat ? Ce n’était pas humain de ne pas aimer le chocolat ! En plus, ils avaient l’air super bon ! J’en pris un pour le déguster en conduisant, et Arizona déposa sa boîte entre les deux accoudoirs de nos sièges, pour qu’ils ne bougent pas trop.

Soudainement, Arizona me retourna la question : « Et toi, ta journée? Pas trop longue? Si tu savais comme je t'envie de pas avoir eu à rester jusqu'à dix huit heures. j'ai cru que mon cerveau allait exploser! »  Je ris doucement, assez doucement pour ne pas qu’elle prenne la mouche, mais assez distinctement pour qu’elle remarque que je l’avais écoutée. La pauvre… mais elle allait pouvoir se détendre durant ce week-end. C’était moi qui m’occupais de tout, et elle aurait juste à profiter. Il était vrai que j’avais de la chance de terminer plus tôt. Mais souvent, je profitais du vendredi soir pour m’avancer dans la correction de copies ou dans la préparation de cours. Là, c’était comme les vacances pour moi, et ça changeait beaucoup de mes habitudes. « Je mesure bien ma chance, t’en fais pas. Les cours étaient lourds aussi aujourd’hui. Les élèves n’en avaient absolument rien à faire… » Dire que parfois, je me disais que j’aurais dû rester à New-York. Au moins, là-bas, les gamins travaillaient. Ici, c’était plus compliqué. Je commençais à comprendre pourquoi j’étais mieux payé ici. Mais j’avais retrouvé Arizona, et rien que pour ça, j’adorais Pearl Trees. « Ça va nous faire du bien ce petit week-end à deux… » Je tournais légèrement la tête vers elle, pendant moins d’une seconde, pour la regarder en souriant et en lui faisant un clin d’œil.

La route n’allait pas être longue, nous étions tous les deux d’une humeur excellente, et je rêvais déjà de tout ce que nous allions pouvoir faire tous les deux pendant trois jours et deux nuits. Le monde était à nous, pour ce temps précis, même si nous n’allions pas très loin. C’était le début d’une belle relation, pour moi. C’était une renaissance, un renouveau, et j’adorais cette sensation. « Je suis content que tu aies accepté de venir avec moi, » lui dis-je en lui prenant la main, avec douceur, et en gardant les yeux sur la route qui zigzaguait lentement à travers les pins. J’avais l’impression que nous étions faits l’un pour l’autre, là, à ce moment précis… et j’appréciais ce sentiment. Plus que tout au monde !


© Fiche de Hollow Bastion sur Bazzart





A mad man
Every man's life ends the same way. It is only the details of how he lived and how he died that distinguish one man from another. • Ernest Hemingway
©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: take me away; let's get out of this town † miles.

Revenir en haut Aller en bas

take me away; let's get out of this town † miles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La Grande Marée Qui Surbmergera Le Monde! (Résultat Des Sondages #1) [Avec de jolies images pour Tar... Car sinon il comprend rien...]
» Fiche Technique de Diego
» Obama-Hillary et le débat démocrate en Pennsylvanie
» Ce n'est pas un vol mais un emprunt[Goby Town, Rang B, Révolutionnaires, Méchants pirates, Bonne révolution]
» [Libre]Paul Narreff reviens d'éxil [Slash Town, Rang D, Chasseurs de Prime, Les Lunettes Sacrées]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pearl Trees ::  :: Au delà des contrées de PT...-