Partagez| .

broken trust and broken hearts (ezra)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.com/t230p15-dark-paradise#6743



▌AVATAR : jennifer lawrence
▌CRÉDITS : vercors
▌PSEUDO : .
▌HISTOIRES POSTÉES : 1114
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 29/10/2013
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 9173
▌DATE DE NAISSANCE : 18/02/1994
▌MON ÂGE : 23
▌QUARTIER : Chestnut Park - La Capucine
▌EMPLOI/ÉTUDES : étudiante en psychologie et travaille dans une pâtisserie
▌CÔTÉ COEUR : anciennement fiancée, le coeur en mille morceaux



▌EN CE MOMENT :

▌RPs EN COURS : † just somebody that i used to know w/ Davina
† changé moi ? absolument pas ... w/ Salomé
† our weary hearts just fall apart w/Ezra
† intrigue chez les Griffin

† broken trust and broken hearts ... w/Ezra (ended)



▌DC : une brunette mariée (Sarah), une amnésique (Vithanie)

MessageSujet: broken trust and broken hearts (ezra) Jeu 13 Mar - 20:36


broken trust and broken hearts

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Ezra & Nayana

Passant d’un rayon à l’autre, panier en main, j’observai attentivement la lisse de courses que mon père m’avait remise il y a à peine une demi-heure. J’étais tranquillement installée dans le divan en train de regarder une émission culinaire lorsque mon père m’avait mis la liste devant les yeux. « Nayana, va faire les courses à l’épicerie s’il te plait. » J’avais protesté mais mon père avait finalement eu le dernier mot. Il n’y avait que moi à la maison et lui, il devait se rendre à son travail. Pour une fois que j’avais un jour de congé, je n’allais pas pouvoir en profiter pleinement. J’avais donc quitté le confort du divan pour sortir, sac sur l’épaule. N’ayant nullement l’envie de prendre la voiture, je m’étais rendue à l’épicerie à pieds. A mon aise, bien tranquillement. Sur le chemin, j’étais passée en face de la boulangerie dans laquelle je travaillais. Je séchai même les cours le plus souvent possible pour y travailler. Une chose que ma famille avait beaucoup de mal à comprendre. Pour eux, les études de psychologie sont plus valorisantes que d’être boulangère pâtissière. À travers la vitrine, j’aperçus mon patron. Je lui adressai un rapide signe de la main avec un grand sourire. Un sourire qu’il me rendit avant de s’occuper d’une énième cliente. « Excusez-moi mademoiselle, mais vous bloquez l’accès au Nutella … » Sortant de mes pensées, je me retournai et croisai le regard d’une vieille dame. Je m’excusai et m’éloignai donc des pots de Nutella. Je n’avais nullement remarqué que je m’étais arrêtée, telle une statue, trop absorbée dans mes pensées. Je continuai donc mon chemin à travers les rayons, embarquant au passage une boite de biscuits, de la confiture, des boites de conserve en tout genre… Au final, le panier fut rempli, mais le poids restait raisonnable pour un retour à pied jusque la maison. A la caisse, je passais rapidement, payant avec l’argent que mon père m’avait passé. Pour le peu de monnaies que la caissière me rendit, je décidai de garder cela pour moi. En tout cas, une chose était certaine : la prochaine fois, ce sera à une de mes sœurs à s’y coller. J’étais à peine sortie de l’épicerie, deux sacs en main, lorsque mon portable sonna. Je me mis sur le côté du trottoir, histoire de ne pas gêner la circulation des piétions et sortis mon portable. Un sms. Ezra. Un sourire se forma automatiquement sur mes lèvres. Un sourire qui disparut aussi vite au moment de la lecture du message. « Il faut qu’on parle. » Cette phrase, je ne l’aimais pas. Mais vraiment pas du tout. Généralement, cela n’annonçait rien de bon. Même dans les films et dans les livres. Je ne pris pas la peine de lui répondre. Je me mis directement en route pour son appartement, marchant d’un pas beaucoup plus rapide. J’allais regretter de ne pas avoir pris la voiture, j’en étais certaine. Il me fallut quinze bonne minutes avant d’arriver enfin à son appartement. Toujours inquiète par cet sms énigmatique, je sonnai à la porte. « C’est ouvert. » Hum. Ce n’était pas sa voix habituelle, si douce, si calme. C’était mauvais signe. Ce fut encore plus mauvais signe lorsque je découvris Ezra, me tournant le dos, bras croisés, en train de regarder à travers la fenêtre. « Ezra? Ca va? » lui demandai-je tout en déposant mes sacs à terre et en m'approchant de lui.



Spoiler:
 



nowhere to run, nowhere to hide in this world.
no dreams to have anymore in this world.
/themockingjaysgif saez - no place for us.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur



▌AVATAR : Henry Cavill
▌CRÉDITS : © beetle juice
▌PSEUDO : L.
▌HISTOIRES POSTÉES : 38
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 06/03/2014
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 566
▌DATE DE NAISSANCE : 13/05/1989
▌MON ÂGE : 28
▌EMPLOI/ÉTUDES : Soldat.
▌CÔTÉ COEUR : Officiellement fiancé, mais derrière la façade, c'est devenu bien compliqué.



▌EN CE MOMENT :
I'm addicted to you, hooked on your love. Like a powerful drug I can't get enough of.

« Chez les Saxons, on pendait la femme adultère ou on la brûlait. Chez les Égyptiens, on lui coupait le nez. Chez les Romains, on lui coupait la tête. Aujourd'hui, on se moque de l'homme trompé. » - Alphonse Karr.

▌RPs EN COURS : With Naya
With Summer


▌DC : Aucun

MessageSujet: Re: broken trust and broken hearts (ezra) Ven 14 Mar - 23:06

SAY SOMETHING I'M GIVING UP ON YOU.


I’ll be the one, if you want me to. Anywhere, I would’ve followed you. Say something, I’m giving up on you. And I am feeling so small. It was over my head. I know nothing at all. And I will stumble and fall. I’m still learning to love. Just starting to crawl. Say something, I’m giving up on you.


Les jours s’étaient engrenés. Lentement. Je voyais le soleil s’élever dans le ciel et poursuivre sa route en un arc de cercle, pour ensuite se coucher. Depuis que j’avais appris pour Nayana, je m’étais enfermé chez moi. Je ne voulais pas la voir, j’avais trop peur de la colère qui était enfouie en moi. Depuis trois jours, je ne cessais de tourner le problème dans tous les sens sans jamais trouver d’issue. Pourrais-je continuer à aimer une personne qui m’avait menti, tromper, pendant que j’étais ailleurs entrain de risquer ma vie ? Le plus important : pouvais-je continuer à lui faire confiance ? C’était simple, cette confiance s’était évaporée comme neige au soleil. Quand à mes sentiments, je ne pouvais pas dire la même chose. On dit souvent qu’il n’y a qu’une infime barrière entre l’amour et la haine. J’oscillais encore sur ces deux extrêmes. Bien sûr, je sentais la rage gronder au fond de mes entrailles à chaque fois que je pensais à cette soirée. Cette soirée où j’avais appris qu’elle avait ouvert ses cuisses à d’autres hommes qui n’étaient pas moi. Pourtant, il allait falloir que je lui parle. C’était inévitable, elle allait finir par apprendre que j’étais revenu. J’étais réveillé depuis six heures du matin, appuyé sur la chambranle de la porte de ma chambre, j’observais mon salon. Mon appartement était aussi rangé que si j’y avais une fête la veille. Je prenais alors mon courage à deux mains, rangeant et nettoyant partout où je le pouvais. Il fallait que je m’occupe. Mais aussi que je me défoule. Car, c’était certain que je n’allais pas rester calme longtemps. Je revêtis alors mon jogging avant d’aller courir dix bons kilomètres ! A l’arrivée, je sentais bien que ce n’avait été assez salvateur. Mais je devrais faire avec. Je me saisis de mon portable envoyant un rapide texto à Nayana. En saisira t-elle le sens ? Il faut qu’on parle, je n’avais jamais fait aussi froid et j’avais du mal à l’être. Ce n’était pas dans ma nature. Je ne devais pas flancher, il fallait que je me concentre sur ma colère pour pouvoir dire tout ce que je pouvais bien avoir sur le cœur. Je ne savais pas ce qu’elle allait faire de mon sms. M’appeler ? Me répondre par sms ? Venir à mon appartement ? Je n’en savais rien. Las de me torturer la cervelle, je décidais d’aller prendre ma douche. Cette dernière fut rapide, et je m’habillais à la même vitesse. Ce qui n’était pas plus mal, car quinze minutes plus tard, la sonnette de mon appartement retenti. J’étais quasi-certain que c’était elle. « C’est ouvert. », lâchais-je d’une voix forte et brusque. Ce n’était pas la peine de masquer mes intentions. Sa présence autrefois apaisante, me hérissa les cheveux sur ma nuque, comme des mauvaises ondes. Je ne pouvais même pas la regarder en face, je regardais alors par la fenêtre, bras croisés sur ma poitrine. « Ezra ? Ca va ? », me demanda t-elle et je l’entendis déposer ses paquets à terre. Je fus tirailler entre une envie de rire, et celle de hurler. Je m’incitais alors au calme, mettant quelques secondes avant de répondre, toujours sur le même ton. J’eus un soupir moqueur. « Je me porte comme un charme. », et je me retournais vers elle. Mon regard se posa quelques instants sur ses sacs, elle comptait remplir mon frigo ou quoi ? Je fronçais les sourcils, en la dévisageant. Elle n’était plus très loin de moi, et je n’appréciais pas tellement cette proximité. J’avais bien trop peur de flancher ou alors de faire quelque chose que je regretterais. Même si j’étais pratiquement sûr que je ne ferais rien de stupide. « Arrêtes de faire ton innocente. », cette phrase franchit la barrière de mes lèvres trop rapidement, mais qu’importe maintenant. Allait-elle faire celle qui ne comprenait rien ou alors allait-elle avouer ?



i’ll be the one, if you want me to. anywhere, i would’ve followed you. say something, i’m giving up on you. and i am feeling so small. it was over my head. i know nothing at all. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.com/t230p15-dark-paradise#6743



▌AVATAR : jennifer lawrence
▌CRÉDITS : vercors
▌PSEUDO : .
▌HISTOIRES POSTÉES : 1114
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 29/10/2013
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 9173
▌DATE DE NAISSANCE : 18/02/1994
▌MON ÂGE : 23
▌QUARTIER : Chestnut Park - La Capucine
▌EMPLOI/ÉTUDES : étudiante en psychologie et travaille dans une pâtisserie
▌CÔTÉ COEUR : anciennement fiancée, le coeur en mille morceaux



▌EN CE MOMENT :

▌RPs EN COURS : † just somebody that i used to know w/ Davina
† changé moi ? absolument pas ... w/ Salomé
† our weary hearts just fall apart w/Ezra
† intrigue chez les Griffin

† broken trust and broken hearts ... w/Ezra (ended)



▌DC : une brunette mariée (Sarah), une amnésique (Vithanie)

MessageSujet: Re: broken trust and broken hearts (ezra) Dim 16 Mar - 20:51


broken trust and broken hearts

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Ezra & Nayana

Le changement. Beaucoup d’entre nous disent qu’il est impossible de savoir quand ce changement va arriver, va surgir. Le changement qui fera que notre vie basculera. Du bon ou du mauvais côté de la balance. On se lève le matin, on déjeune, on part au travail, on revient du travail, on soupe en famille et là, ça arrive. Sans prévenir, d’un seul coup. On n’y échappe pas. Le changement arrive brutalement sans qu’on s’y attende. Et quand il arrive, on est obligé de l’affronter, de faire avec. Il faut tenir le coup, encaisser, que ce changement soit bon ou mauvais. Certains affrontent ça plus facilement que d’autres. Les autres, eux, souffrent. Pour certains, ce changement est un signe. Un signe qu’ils doivent changer. Changer quelque chose dans leur vie, affronter leurs peurs, la réalité. Pour d’autres, tout s’écroule. Tout ce qu’ils avaient construit s’écroule tel un château de cartes dans lequel on aurait soufflé. Ils se retrouvent sans rien, seuls. Je n’aimerai pas que cela m’arrive. Je ne le supporterai pas. Je ne saurai pas comment réagir et que faire. Et pourtant, sans le savoir, j’allai bientôt devoir faire face à ce fameux changement. Mes paquets posés à terre, je m’étais approchée d’Ezra doucement. J’avais eu dans l’idée d’enrouler mes bras autour de son corps afin de le serrer contre moi mais il n’en fut rien. « Je me porte comme un charme. » Je m’étais arrêtée net dans mon élan face à cette réponse. J’avais l’impression que sa réponse sentait l’ironie à plein nez. Ce n’était pas le Ezra que je connaissais. Du moins, j’avais cette drôle d’impression que quelque chose clochait. Ce n’était pas vrai, il n’allait pas bien. « Tu es sûr ? » lui demandai-je au  moment même où il se retourna pour me faire face. Son regard se posa sur mes sacs. Froncement de sourcils rapide avant que ses yeux ne croisent les miens. « Ce sont les courses pour mon père. » me sentis-je obligée de justifier. Ezra ne se rapprocha, il ne me prit pas dans ses bras, il ne m’embrassa pas. Il n’agissait pas comme d’habitude. Et je n’osai faire le premier pas en l’embrassant. J’avais juste peu de me prendre un râteau en faisant ça. « Arrête de faire ton innocente. »  Une seule phrase. Une seule. La phrase du changement sans aucun doute. Pendant quelques secondes, je ne lâche pas le regard d’Ezra. J’essaye de comprendre le pourquoi de cette phrase. Peut-être que je fais l’idiote, celle qui ne veut pas comprendre. Et pourtant, dans mon cerveau, tout se met en place. Le message, son attitude,… Je mets tout cela bout à bout et je n’ose comprendre. J’ai peur de comprendre. Terriblement peur de comprendre. Comment aurait-il pu être au courant ? Comment ? Je n’en ai jamais parlé à personne. « Comment tu… » Je ne continuai pas ma phrase. Je sentis le rouge me monter aux joues en quelques secondes. La honte. Voilà ce que je ressentais en cet instant. La honte d’avoir été comme prise sur le fait. Comme un enfant. J’avais juste envie de prendre mes paquets et de quitter cet appartement. Le quitter pour rentrer chez moi et me cacher sous ma couette pour pleurer. Pleurer encore et encore. Pleurer de honte. Tellement honteuse que j’en venais à lâcher le regard d’Ezra pour regarder le bout de mes chaussures. Me voilà en train de baisser la tête comme un enfant.  « Erza, je … Je suis désolée. » Qu’est-ce que je pouvais bien dire d’autre ? Je ne pouvais nier la vérité. Ezra était au courant et je n’avais pas envie d’envenimer la situation en lui mentant encore plus. Je savais que mes excuses ne serviraient à rien. C’était peine perdue…Sans m’en rendre compte, j’avais commencé à pleurer. Des larmes coulaient sur mes joues, des sanglots se faisaient entendre. « J'ai jamais voulu te faire du mal … J’ai…J’ai été conne je sais et je le regrette. Sincèrement. » Même ça, ça ne suffirait pas à calmer Ezra. Ca n’excusait en rien mon comportement, loin de là.




nowhere to run, nowhere to hide in this world.
no dreams to have anymore in this world.
/themockingjaysgif saez - no place for us.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur



▌AVATAR : Henry Cavill
▌CRÉDITS : © beetle juice
▌PSEUDO : L.
▌HISTOIRES POSTÉES : 38
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 06/03/2014
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 566
▌DATE DE NAISSANCE : 13/05/1989
▌MON ÂGE : 28
▌EMPLOI/ÉTUDES : Soldat.
▌CÔTÉ COEUR : Officiellement fiancé, mais derrière la façade, c'est devenu bien compliqué.



▌EN CE MOMENT :
I'm addicted to you, hooked on your love. Like a powerful drug I can't get enough of.

« Chez les Saxons, on pendait la femme adultère ou on la brûlait. Chez les Égyptiens, on lui coupait le nez. Chez les Romains, on lui coupait la tête. Aujourd'hui, on se moque de l'homme trompé. » - Alphonse Karr.

▌RPs EN COURS : With Naya
With Summer


▌DC : Aucun

MessageSujet: Re: broken trust and broken hearts (ezra) Lun 17 Mar - 20:02

SAY SOMETHING I'M GIVING UP ON YOU.


I’ll be the one, if you want me to. Anywhere, I would’ve followed you. Say something, I’m giving up on you. And I am feeling so small. It was over my head. I know nothing at all. And I will stumble and fall. I’m still learning to love. Just starting to crawl. Say something, I’m giving up on you.


Complètement focalisé sur ma colère, je ne faisais aucun effort pour paraître comme d’habitude, il était hors de question que je fasse des pirouettes pour épargner Nayana. Je me faisais l’impression de devenir un vrai salaud, juste avant de me rappeler que c’était elle qui s’était mise dans cette situation. Je ne portais aucune attention à ses gestes, je voulais aller droit au but. « Tu es sûr ? », me demanda t-elle, alors que je m’étais retourné vers elle. Elle se justifia aussi sur la provenance des courses, j’haussais les épaules en guise de réponse à sa justification. « Pourquoi ? Je n’ai pas l’air d’aller bien ? », rétorquais-je de manière abrupte. Je n’arrivais pas à croire qu’elle arrivait à me regarder en face avec ce qu’elle m’avait sur la conscience. Une petite voix dans ma tête me chuchota que c’était peut être parce qu’elle n’en avait rien à faire, qu’elle n’avait pas de sentiment pour moi. Quand bien même, je n’arrivais pas à me justifier son geste. Dans ce cas là, elle n’avait qu’à me larguer pendant une de nos conversations via skype. Cela m’aurait fait mal, certes, mais au moins, je n’aurais pas eu le gout amer de sa trahison dans ma bouche. Puis, une phrase brutale plus tard, ses yeux restèrent fixés dans les miens et son joli visage se décomposa lentement. Elle avait fini par comprendre où j’avais voulu en venir. « Comment tu… », commença t-elle avant de se stopper net, et de baisser le regard sur le sol. J’eus un rire sarcastique, devinant la suite de sa question. Elle était sérieuse ? J’avais l’impression qu’elle n’avait pas eu l’intention de me révéler cette information, même après notre mariage. « Je suis juste aller fêter mon retour avec les gars, là où tu adores sortir. Et apparemment, faire la pêche aux mecs ! », dis-je en la fixant. J’avais bien l’impression d’être cruel, mais j’avais mal, tellement mal. Comme un animal blessé qui préfère charger que de ressentir la douleur. « Ezra, je … Je suis désolée », et je vis des larmes perler le long de ses joues. « J'ai jamais voulu te faire du mal … J’ai…J’ai été conne je sais et je le regrette. Sincèrement. », continua t-elle en continuant de fixer ses chaussures, sa cage thoracique secouée par des sanglots. Je ressentis un pincement au cœur de la voir ainsi, cependant, je ne pouvais faire grand-chose. Pourquoi la consolerais-je alors que c’était elle qui m’avait trahi ? Elle qui avait réduit mon cœur en morceau ! « Ca me fait une belle jambe que tu le regrettes ! Tu sais à quel point ça m’a rendu malade d’entendre ces gars parler de toi ? Alors que moi, j’étais persuadé que j’étais le seul, que tu m’aimais et que tu attendais mon retour…», m’écriais-je en haussant d’un ton. Ma voix n’était plus calme, ni froid, mais cassante. Je sortais alors ma main blessée de ma poche, découvrant mon attelle qui recouvrait mes os cassés. « Mais je me suis trompé apparemment. Je n’ai même pas pu m’empêcher de leur mettre une raclée, comme si tu étais encore à moi. Tu me diras au moins, les mecs que tu te feras arrêterons de parler de tes exploits sexuels dans un endroit public … », lâchais-je d’une voix acide. Je ne pouvais pas être plus clair, il n’était pas question que l’on reste fiancés. C’était trop tard, elle s’était saisi d’un marteau pour réduire mon cœur en bouillie, alors pas question que je tende le bâton pour me faire battre.



i’ll be the one, if you want me to. anywhere, i would’ve followed you. say something, i’m giving up on you. and i am feeling so small. it was over my head. i know nothing at all. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.com/t230p15-dark-paradise#6743



▌AVATAR : jennifer lawrence
▌CRÉDITS : vercors
▌PSEUDO : .
▌HISTOIRES POSTÉES : 1114
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 29/10/2013
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 9173
▌DATE DE NAISSANCE : 18/02/1994
▌MON ÂGE : 23
▌QUARTIER : Chestnut Park - La Capucine
▌EMPLOI/ÉTUDES : étudiante en psychologie et travaille dans une pâtisserie
▌CÔTÉ COEUR : anciennement fiancée, le coeur en mille morceaux



▌EN CE MOMENT :

▌RPs EN COURS : † just somebody that i used to know w/ Davina
† changé moi ? absolument pas ... w/ Salomé
† our weary hearts just fall apart w/Ezra
† intrigue chez les Griffin

† broken trust and broken hearts ... w/Ezra (ended)



▌DC : une brunette mariée (Sarah), une amnésique (Vithanie)

MessageSujet: Re: broken trust and broken hearts (ezra) Mer 19 Mar - 21:06


broken trust and broken hearts

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Ezra & Nayana

La réalité s’imposait peu à peu à moi. Elle faisait son petit bout de chemin jusqu’à mon cerveau. Cette réalité me faisait pleurer. Savoir que, désormais, Ezra était au courant de mes tromperies me faisait pleurer. La Nayana forte que je connaissais n’existait plus en ce moment. J’étais là, face à mon fiancé, telle une pauvre gamine. J’aurai voulu qu’Ezra n’en sache jamais. J’aurais voulu garder cela pour moi seule, emporter ce secret avec moi dans la tombe à ma mort. Mais, malheureusement, ce secret n’était plus. Il n’en était plus un. « Je suis juste aller fêter mon retour avec les gars, là où tu adores sortir. Et apparemment, faire la pêche aux mecs ! » Je me mordis la lèvre inférieure. Quelle conne. Mais quelle conne j’avais été. Bien sûr j’avais déjà imaginé ce scénario dans ma tête de nombreuses fois. J’avais imaginé bon nombre de fois le moment où Ezra apprendrait la vérité d’une quelconque manière que ce soit. Là, il l’avait appris au Midnight Club. De quelle façon ? Mon prénom avait dû franchir certaines lèvres. J’étais connue dans ce club, je m’y rendais bien trop souvent. L’appel de la fête. Pourtant, depuis ma rencontre avec Ezra, j’avais « ralenti » mes sorties. Durant sa mission, on avait très souvent parlé via Skype. On pouvait se voir comme ça. Par vidéo et entendre la voix de l’un et de l’autre. Ca me faisait énormément de bien. Mais sans Ezra près de moi, je n’avais pu tenir et j’étais de nouveau sortie. J’avais de nouveau bu. Boire pour oublier qu’Ezra était à l’autre bout du monde. Boire pour m’amuser un peu. « Ca me fait une belle jambe que tu le regrettes ! Tu sais à quel point ça m’a rendu malade d’entendre ces gars parler de toi ? Alors que moi, j’étais persuadé que j’étais le seul, que tu m’aimais et que tu attendais mon retour… » Ce fut comme un coup de poignard en plein cœur. Je ne pouvais toujours pas le regarder dans les yeux, j’avais trop honte. Cependant, j’étais mortifiée d’apprendre qu’il pensait que je ne l’aimais pas. Tromper son petit ami, son fiancé signifiait cela j’imagine. Mais pour moi, ça ne signifiait pas ça. Loin de là. Je secouai la tête. « Non, c’est pas ... Tu te trompes. » Je relevai la tête, plantant mon regard dans le sien. « Je t’aime Ezra. Je t’ai toujours aimé. J’aurai jamais pu accepter ta demande si je ne t’aimais pas. » Sans baisser la tête, je détournai une nouvelle fois mon regard du sien. « J’ai bu. Trop bu. J’aurai pas dû, je le sais. J’ai bu et j’ai déraillé. Complètement. » Les larmes continuaient à couler. Je devais avoir des yeux de panda mais je m’en fichai. Qu’Ezra me pardonne était impossible. Cette deuxième vérité s’imposait à moi. Qu’est-ce que je pouvais faire ? J’étais impuissante. « Mais je me suis trompé apparemment. Je n’ai même pas pu m’empêcher de leur mettre une raclée, comme si tu étais encore à moi. Tu me diras au moins, les mecs que tu te feras arrêterons de parler de tes exploits sexuels dans un endroit public … » Deuxième coup de poignard en plein cœur. Cela me fendit encore plus le cœur en voyant dans quel état se trouvait sa main. À cause de moi. Tout ça, à cause de moi. Les mots d’Ezra étaient on ne peut plus équivoques. Je venais de briser mon couple. Je venais de briser le cœur d’Ezra. Le mien aussi. Je venais d’anéantir la personne que j’aimais le plus au monde tout ça parce que je n’avais rien été d’autre qu’une pauvre salope incapable de tenir l’alcool, incapable d’attendre bien sagement chez elle le retour de son fiancé. Tremblante et toujours avec des sanglots, je caressai rapidement du bout des doigts, même pas cinq secondes, la bague de fiançailles qu’Ezra m’avait offerte. « Si c’est ce que tu veux... » Je l’enlevai alors. Comme un robot. Je déposai alors la bague sur la table du salon située juste à ma gauche. A quoi bon chercher des excuses ? A quoi bon le supplier ? Il avait pris sa décision, semblait être sûr de lui. Je ne pouvais plus rien faire. C’était peine perdue. Au final, Salomé avait raison.




nowhere to run, nowhere to hide in this world.
no dreams to have anymore in this world.
/themockingjaysgif saez - no place for us.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur



▌AVATAR : Henry Cavill
▌CRÉDITS : © beetle juice
▌PSEUDO : L.
▌HISTOIRES POSTÉES : 38
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 06/03/2014
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 566
▌DATE DE NAISSANCE : 13/05/1989
▌MON ÂGE : 28
▌EMPLOI/ÉTUDES : Soldat.
▌CÔTÉ COEUR : Officiellement fiancé, mais derrière la façade, c'est devenu bien compliqué.



▌EN CE MOMENT :
I'm addicted to you, hooked on your love. Like a powerful drug I can't get enough of.

« Chez les Saxons, on pendait la femme adultère ou on la brûlait. Chez les Égyptiens, on lui coupait le nez. Chez les Romains, on lui coupait la tête. Aujourd'hui, on se moque de l'homme trompé. » - Alphonse Karr.

▌RPs EN COURS : With Naya
With Summer


▌DC : Aucun

MessageSujet: Re: broken trust and broken hearts (ezra) Sam 22 Mar - 20:19

SAY SOMETHING I'M GIVING UP ON YOU.


I’ll be the one, if you want me to. Anywhere, I would’ve followed you. Say something, I’m giving up on you. And I am feeling so small. It was over my head. I know nothing at all. And I will stumble and fall. I’m still learning to love. Just starting to crawl. Say something, I’m giving up on you.


Enoncer les faits était comme un poignard enfoncé dans mon cœur meurtri. Je devais faire un effort monumental pour ne pas me mettre à pleurer et à tout jeter dans la pièce. Je ne pouvais pas laisser mon self-control se faire la malle, pas maintenant. Quand Nayana quitterait l’appartement, je pourrais me rouler en boule et pleurer de tout mon soûl, mais il était hors de question de lâcher le morceau tout de suite. Je ne cessais de me demander, comment est-ce que je pourrais retourner en mission ? Parce que lorsque j’étais là-bas, le compte à rebours avant de revoir Nayana ainsi que nos conversations via Skypa étaient d’une grande aide pour le moral. Bien sûr, je savais bien que c’était une fêtarde, qu’elle aimait sortir, après tout, je l’avais rencontré lors d’une fête. Mais jamais, au grand jamais, je n’avais cru qu’elle pouvait me poignarder dans le dos. Pour moi, avoir des sentiments pour une personne, et aller en voir d’autre, ce n’était pas compatible. Il y avait une faille quelque part. « Non, c’est pas ... Tu te trompes. », commença t-elle, en releva la tête vers moi, plantant ses prunelles dans les miennes, et je haussais les sourcils d’une manière sceptique. Ce n’était pas ce que je croyais ? J’étais persuadé qu’on n’entendait que cette phrase dans les films. Il semblerait qu’on l’entende aussi dans la réalité. Et qu’elle paraisse toujours aussi stupide. « Je t’aime Ezra. Je t’ai toujours aimé. J’aurai jamais pu accepter ta demande si je ne t’aimais pas.», continua t-elle. Alors quoi ? Quel avait été le problème lorsque je n’étais pas là, et que je risquais de me faire massacrer à n’importe quel moment de ma journée ? Elle avait changé d’avis concernant ses sentiments ? Que le mariage lui faisait peur ? « J’ai bu. Trop bu. J’aurai pas dû, je le sais. J’ai bu et j’ai déraillé. Complètement.», fini t-elle et j’eus un ricanement amer, le son avait franchit mes lèvres avant que je n’ai pu le contrôler. Déraillé ? Ce mot n’était pas encore assez fort pour décrire la situation. Elle avait tout foutu en l’air, plutôt ! « Alors quoi ? Tu as trop bu, tu as croisé un gars et tu t’es dit ce n’est pas mon fiancé mais c’est pas grave, il ne le saura jamais ? », lâchais-je sèchement en fronçant les sourcils.  Bien sûr, l’alcool pouvait nous faire faire des choses complètement stupide, mais je ne pouvais pas concevoir qu’elle ai pu le faire comme ça. Et surtout pouvoir se regarder dans une glace par la suite. Elle continua de pleurer, son maquillage dégoulinant le long de ses joues, mais pour le moment, j’en avais rien à faire. Ce n’était pas à elle de pleurer, ce n’était pas elle qu’on avait bercer d’illusions, ce n’était pas elle à qui on avait réduit le cœur en bouillie ! Je tentais de me calmer en m’asseyant sur le rebord de la fenêtre, ma tête entre mes mains, mes doigts dans ma chevelure. « Si c’est ce que tu veux... », dit-elle, caressant sa bague. Je l’observais comme si j’étais hors de mon corps. Je manquais de m’étouffer lorsqu’elle l’enleva et qu’elle la déposa sur la table à ses côtés. Je me redressais alors d’un seul mouvement, m’approchant d’elle, mais pas assez prés pour faillir. « Si c’est ce que je veux ? Ce que je voulais a été remis en question. Je voulais me marier avec toi parce que je t’aimais, parce que je te faisais confiance, que je pensais que tu m’attendrais, parce que tu étais celle avec qui je me voyais finir ma vie. Comment veux-tu que je te fasses confiance maintenant ? », m’écriais-je, complètement indigné. Cette réplique me faisait presque passé pour le méchant de l’histoire, c’était insensé. « Nayana, tu as scellé le sort de notre couple quand tu t’es glissée dans d’autres draps ! Et même si je l’avais découvert des années après notre mariage, ma réaction aurait été la même !», continuais-je sur le même ton, et je sentais que les larmes commençaient à picoter le coin de mes yeux. « J’aurais pu supporter n’importe quoi, Nayana. N’importe quoi. J’aurais pu supporter que tu ai peur du mariage et que tu t’enfuis en me laissant devant l’autel. Mais pas ça, c’est au dessus de mes forces. », soufflais-je, le reste de mes paroles restant bloquée dans ma gorge par manque d’air. On m’avait toujours inculqué des valeurs, et c’était en cela que je croyais, mais là, je ne savais si j’étais capable de supporter un tel écart. Bien sûr, j’étais toujours amoureux d’elle, cela me crevais le cœur de m’emporter ainsi devant elle, mais une autre partie de moi, était entrain de la haïr. Profondément.  



i’ll be the one, if you want me to. anywhere, i would’ve followed you. say something, i’m giving up on you. and i am feeling so small. it was over my head. i know nothing at all. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur http://www.pearl-trees.com/t230p15-dark-paradise#6743



▌AVATAR : jennifer lawrence
▌CRÉDITS : vercors
▌PSEUDO : .
▌HISTOIRES POSTÉES : 1114
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 29/10/2013
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 9173
▌DATE DE NAISSANCE : 18/02/1994
▌MON ÂGE : 23
▌QUARTIER : Chestnut Park - La Capucine
▌EMPLOI/ÉTUDES : étudiante en psychologie et travaille dans une pâtisserie
▌CÔTÉ COEUR : anciennement fiancée, le coeur en mille morceaux



▌EN CE MOMENT :

▌RPs EN COURS : † just somebody that i used to know w/ Davina
† changé moi ? absolument pas ... w/ Salomé
† our weary hearts just fall apart w/Ezra
† intrigue chez les Griffin

† broken trust and broken hearts ... w/Ezra (ended)



▌DC : une brunette mariée (Sarah), une amnésique (Vithanie)

MessageSujet: Re: broken trust and broken hearts (ezra) Dim 23 Mar - 17:53


broken trust and broken hearts

I’ve tried to make this life my own, to find myself, I’ve searched alone. To let love go and let it in, I found it burning like a sin. I’ve worked it out, but learned it hard, it’s sad inside and life is out. Till I won’t settle down and watch either way.
Ezra & Nayana

Que ferai-je une fois que je quitterai cet appartement ? Un appartement dans lequel j’avais vécu de très beaux moments et dans lequel j’étais en train de vivre le pire cauchemar qu’il puisse exister.  Une fois cet appartement quitté, je me rendrai automatiquement chez moi. Les courses, je les laisserai sans doute chez Ezra. Je n’aurai pas le cœur à les reprendre. Tant pis pour ce que mon père dira. J’aurai autre chose à penser. Je m’enfermerai dans ma chambre et je me mettrai à pleurer toutes les larmes de mon corps. Je pleurai comme jamais. Mes sœurs et mon père viendront surement frapper à la porte mais je n’ouvrirai pas. Sauf à Salomé. Salomé qui entrera et j’irai me jeter dans ses bras en lui disant qu’elle avait eu raison. Que j’étais bien trop jeune pour ça. Elle comprendrait de suite. « Alors quoi ? Tu as trop bu, tu as croisé un gars et tu t’es dit ce n’est pas mon fiancé mais c’est pas grave, il ne le saura jamais ? » Nouveau sanglot. « Non, j’ai jamais dit ça. J’étais trop saoule pour penser à quoi que ce soit.  Quand je m’en suis rendue compte, c’était trop tard. Le mal était déjà fait. » Je m’enfonce ou pas ? J’aurai tendance à dire oui. De toute façon, ça ne pouvait pas être pire, si ? C’était difficile à croire mais oui, j’avais eu le cerveau complètement éteint dans un sens. J’avais trompé Ezra. Je l’avais trompé alors que j’étais saoule. Je ne m’en étais même pas inquiétée. Sur le coup, je n’avais même plus pensé à Ezra. Mon cerveau l’avait oublié. Comment en étais-je arrivée là ? Je ne saurai le dire. Malgré mes pleurs, je distinguai sans mal Ezra la tête entre les mains. Il souffrait. Tellement. Et j’étais la responsable. J’étais responsable de son malheur. Je faisais souffrir les gens autour de moi. Cruelle réalité que celle-ci. J’avais à peine déposé la bague sur la table qu’Ezra se retrouva près de moi. Ni trop près, ni trop loin. D’un seul coup, il avait réagi et s’était approché. « Si c’est ce que je veux ? Ce que je voulais a été remis en question. Je voulais me marier avec toi parce que je t’aimais, parce que je te faisais confiance, que je pensais que tu m’attendrais, parce que tu étais celle avec qui je me voyais finir ma vie. Comment veux-tu que je te fasses confiance maintenant ? » Bonne question Ezra. Très bonne question. Il ne me fera plus jamais confiance, c’était certain. Remis en question Ca voulait tout dire. Trois petits pour une grande signification. « Mais moi aussi je voulais me marier avec toi ! Moi aussi je t’aime. Si je ne t'aimais pas, jamais j'aurai accepté ta demande. J’ai...J’ai juste pas été à la hauteur du tout. Je n’ai pas su te le montrer. Et pour ce qui est de la confiance, pourquoi tu me poses la question alors tu connais déjà la réponse Ezra ? » Je frottai du bout des doigts les larmes qui coulaient encore, mes yeux commençaient à me piquer. « Parce que oui, tu la connais déjà la réponse. » J’avais parlé un peu plus fort, sans pour autant hausser le ton. Je ne tenais pas à m’énerver. Ça ne changerait en rien la situation actuelle. Ezra s’énervait, moi je tentai de rester calme, voilà. Ce n’était pas à moi de m’énerver de toute manière. « Nayana, tu as scellé le sort de notre couple quand tu t’es glissée dans d’autres draps ! Et même si je l’avais découvert des années après notre mariage, ma réaction aurait été la même !» Bien qu’il haussait toujours le ton, je remarquai sans peine qu’il était au bord des larmes. J’étais impuissante face à ça. Je ne pouvais plus le prendre dans mes bras. Cela m’était désormais impossible et il ne me laisserait pas faire. « Je m’en doute, c’est normal. » Que dire d’autre ? Je ne savais plus quoi dire. Je devrai sans doute me taire, faire la muette. « J’aurais pu supporter n’importe quoi, Nayana. N’importe quoi. J’aurais pu supporter que tu ais peur du mariage et que tu t’enfuis en me laissant devant l’autel. Mais pas ça, c’est au dessus de mes forces. » La boule qui s’était formée dans ma gorge ne partait plus. Elle était bel et bien là. Je la sentais. Je la sentais comme je sentais mon cœur se casser en petits morceaux seconde après seconde.  « Le mariage ne m’a jamais fait peur. Et je n’aurai pas fui devant l’autel. » terminai-je à voix basse. Je commençai à reculer, à m’éloigner d’Ezra, le regard désormais fuyant.  Je jetai un dernier regard à la bague avant de reporter mes yeux sur Ezra. « Je vais te laisser, c’est beaucoup mieux comme ça. » Je n’avais plus envie d’en dire plus, je ne savais plus quoi dire. Je voulais sortir de cette pièce. Plus les minutes passaient, plus j’avais l’impression d’étouffer. J’avais chaud, trop chaud. Rapidement, je sortis un mouchoir de mon sac et essuyai mes yeux. Tant pis, le rôle du panda ça pouvait bien m’aller après tout. Je me retournai ensuite pour faire face à la porte, empoignant au passage les sacs. « Adieu Ezra. » Adieu. Pas au revoir. Adieu. Je préférai dire ce mot maintenant. Autant continuer à souffrir une bonne fois. C’est comme un sparadrap de toute façon.



nowhere to run, nowhere to hide in this world.
no dreams to have anymore in this world.
/themockingjaysgif saez - no place for us.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Voir le profil de l'utilisateur



▌AVATAR : Henry Cavill
▌CRÉDITS : © beetle juice
▌PSEUDO : L.
▌HISTOIRES POSTÉES : 38
▌ARRIVÉ(E) À PT LE : 06/03/2014
▌IMPORTANCE DANS LE ROMAN : 566
▌DATE DE NAISSANCE : 13/05/1989
▌MON ÂGE : 28
▌EMPLOI/ÉTUDES : Soldat.
▌CÔTÉ COEUR : Officiellement fiancé, mais derrière la façade, c'est devenu bien compliqué.



▌EN CE MOMENT :
I'm addicted to you, hooked on your love. Like a powerful drug I can't get enough of.

« Chez les Saxons, on pendait la femme adultère ou on la brûlait. Chez les Égyptiens, on lui coupait le nez. Chez les Romains, on lui coupait la tête. Aujourd'hui, on se moque de l'homme trompé. » - Alphonse Karr.

▌RPs EN COURS : With Naya
With Summer


▌DC : Aucun

MessageSujet: Re: broken trust and broken hearts (ezra) Dim 6 Avr - 14:05

SAY SOMETHING I'M GIVING UP ON YOU.


I’ll be the one, if you want me to. Anywhere, I would’ve followed you. Say something, I’m giving up on you. And I am feeling so small. It was over my head. I know nothing at all. And I will stumble and fall. I’m still learning to love. Just starting to crawl. Say something, I’m giving up on you.



J’avais l’impression de vivre la scène d’un autre point de vue, comme si mon esprit avait quitté mon corps, et me regardait d’un œil vitreux. Je ne me sentais pas bien, j’avais l’impression d’être une autre personne. Comme si ma personnalité s’était la malle. « Non, j’ai jamais dit ça. J’étais trop saoule pour penser à quoi que ce soit. Quand je m’en suis rendue compte, c’était trop tard. Le mal était déjà fait. », dit-elle, et je me retins de faire écho à son sanglot. Cela me tuait à petit feu de l’entendre raconter les faits. Mais il fallait que je sache, comme un pansement que l’on arrache. Il fallait que j’ai mal pour pouvoir oublier au plus vite. Même si mon cœur aurait trop de mal à l’oublier, elle. Celle avec qui je voulais finir mes jours. J’avais été tellement naïf. Je ne répondis rien pour ne pas tomber en mille morceaux devant elle. Je savais qu’elle était fêtarde, j’aimais ce coté extraverti de sa personnalité, mais jamais je n’aurais pensé qu’elle buvait jusqu’à ne plus avoir le contrôle de ses actes. Alors, qu’elle ôte la bague de son doigt, j’ai le cœur qui se serre. Mon cœur veut qu’elle reste, qu’on trouve une solution au problème, même si il n’y a pas de solution à trouver. Mon cerveau lui, me dit que c’est une bonne chose, qu’elle est raisonnable de ne pas s’accrocher à moi, à tenter de me convaincre de la garder auprès de moi. Alors, je me rapprochais d’elle, mes jambes avançant sans mon consentement. La colère envahit mon corps et je fais de mon mieux pour me canaliser. « Mais moi aussi je voulais me marier avec toi ! Moi aussi je t’aime. Si je ne t'aimais pas, jamais j'aurai accepté ta demande. J’ai...J’ai juste pas été à la hauteur du tout. Je n’ai pas su te le montrer. Et pour ce qui est de la confiance, pourquoi tu me poses la question alors tu connais déjà la réponse Ezra ? Parce que oui, tu la connais déjà la réponse. », me répond t-elle, toujours avec les larmes coulant le long de ses joues. Je grogne avant de mettre un coup de pied dans la chaise la plus proche. Mon calme olympien s’était fait la malle. Pourquoi continuais t-elle à me torturer ? « C’est ce qu’on appelle une question rhétorique. », soufflais-je tout bas, sans rien trouver à répondre. Je le prenais comme une provocation. Je n’écoutais presque plus les mots qui s’échappaient de la bouche de ma bien-aimée. Retenir mes larmes était une chose épuisante ! Je la vis reculer, essuyant ses larmes avec un mouchoir, empoignant ses sacs, me disant qu’elle n’aurait jamais fui devant l’autel, qu’elle me laissait et que c’était mieux ainsi. « Adieu Ezra. », lacha t-elle avant de sortir de l’appartement. Je pouvais m’écrouler maintenant, je pouvais laisser la façade se fissurer. Mon cœur éclater en mille morceaux, laissant un trou béant dans ma poitrine. Je restais quelques minutes, planter dans la pièce qu’elle venait de quitter, à fixer cette porte close. « Adieu mon amour. », murmurais-je pour moi-même, avant de me trainer dans ma chambre, et de m’écrouler sur le lit, laissant les larmes s’échapper de mes yeux. Je devais me reprendre et ne pas laisser la situation dégénéré, mais pas maintenant. Maintenant, je me laissais aller à la douleur de mon cœur meurtri.



i’ll be the one, if you want me to. anywhere, i would’ve followed you. say something, i’m giving up on you. and i am feeling so small. it was over my head. i know nothing at all. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: broken trust and broken hearts (ezra)

Revenir en haut Aller en bas

broken trust and broken hearts (ezra)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Earthquake Relief Where Haiti Wasn’t Broken
» I WALK THIS EMPTY STREET ON THE BOULEVARD OF BROKEN DREAMS - 20 JUILLET, 18H34
» « Boulevard of Broken Dreams »
» Broken Wolves PV Tybalt
» narcisse sauvage || boulevard of broken dreams. [21/10]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pearl Trees ::  :: Les Habitations :: Oak Ridge :: Les Bleuets-